À l’approche des fêtes de Pâques, vous craquerez bien pour des douceurs chocolatées, vegan bien-sûr :). Il n’y a pas de raison pour que nous n’ayons pas droit à nos chocolats en cette période. J’ai donc décidé de mettre le chocolat à l’honneur avec l’une des rares recettes sucrées que j’aimais faire avant d’être vegan : les truffes.

J’ai voulu reproduire la texture et le goût d’une truffe classique tout en ajoutant une touche freestyle : la poudre de wasabi.

J’ai découvert l’association chocolat-wasabi il y a quelques années et je l’avais déjà testée en mousse mais c’est une première pour les truffes. J’ai toujours aimé détourner le chocolat en le mariant avec des goûts épicés comme le gingembre, le poivre ou encore les baies de Sichuan. Vous avez déjà essayé ? Ça sort vraiment des sentiers battus et ça donne une alternative sucrée-salée aux éternels chocolats de Pâques dont il n’est pas évident de trouver une version vegan …

Il y a quelques semaines, nous vous avions parlé du petit colis reçu par Keimling pour découvrir quelques uns de leurs produits. Après la farine de coco dans le Love Fondant, j’ai testé pour cette recette les fèves de cacao pur.

Ce produit m’avait toujours intriguée, je me demandais si ça pouvait se manger tel quel, si c’était bon au goût, si j’allais devoir les travailler … et finalement quand j’ai reçu le paquet, j’en ai goûté une comme ça et c’était délicieux. Alors bien sûr,  quand on est habitué aux chocolats industriels bourrés de lait et de sucre, le choc doit être assez important. Mais quand on est amateur de “vrai” chocolat, le goût est intense avec une pointe d’amertume. Mélangé à la douceur des truffes, il n’en sera que meilleur.

Sans oublier que le cacao cru est un allié de taille pour votre santé, c’est une source naturelle de magnésium, de fer et de vitamine C. Il est également anti-oxydant, brûle graisse et contient de la théobromine ce qui vous mettra d’excellente humeur :) Son prix est un peu élevé à l’achat mais vous en mangerez avec parcimonie.

J’avais déjà réalisé une recette de truffes crues cet automne qui suivait vraiment les codes de la raw food en utilisant les dattes comme base. Mais cette nouvelle version est différente, elle ressemble à la version traditionnelle mais en mode vegan et toujours crue. J’ai remplacé le beurre par de l’huile de coco, le sucre par du sirop d’agave et le chocolat pâtissier par du chocolat cru.

Pour l’enrobage des truffes, j’ai opté pour la poudre de cacao cru d’un côté et la poudre de wasabi de l’autre. Rassurez-vous, la poudre de wasabi n’est pas vraiment forte, elle relève simplement le goût de la truffe.

Il n’y a que 6 ingrédients dans cette recette, elle est donc très simple à réaliser, elle ne nécessite pas de temps de repos au frigo, vous pouvez la faire avec vos enfants ou votre famille le jour même et les déguster directement.

Découvrez la recette dans une courte vidéo qui vous aidera à faire les bons gestes pour la préparation de ces truffes puis la recette détaillée dans la suite de l’article.

Ingrédients pour 14 Truffes choco-wasabi

 

  • 50 g de poudre de cacao cru
  • 14 fèves de cacao pur de Keimling
  • 20 g d’huile de coco
  • 50 g de sirop d’agave
  • une pincée de sel rose de l’Himalaya (ou sel marin)
  • Poudre de cacao cru et poudre de wasabi pour l’enrobage

truffe-ingrédients

Faire la ganache

Faire fondre l’huile de coco si elle n’est pas molle comme du “beurre”.                             Ajouter dans un récipient l’huile de coco, la poudre de cacao, le sirop d’agave, et le sel.
Mélanger jusqu’à ce qu’à formation d’une pâte homogène. Si on respecte les proportions il n’est pas utile de mettre le mélange au frigo avant de les travailler.

Former les truffes

Prendre l’équivalent d’une bonne cuillère à café de ganache, mettre en son centre la fève de cacao pur puis former une boule en roulant avec les deux mains. Répéter l’opération 14 fois.

La ganache ne doit pas coller aux doigts lorsque vous formez les truffes.

Enrober les truffes

Une fois les truffes formées, les rouler alternativement dans la poudre de cacao et dans la poudre de wasabi pour obtenir des truffes noires et vert clair.

Vous pouvez déguster les truffes à température ambiante ou après les avoir laissées reposer un peu au frigo avant de servir. Tout dépend de vos goûts, si vous les aimez moelleuses et fondantes ou plutôt fraiches et fermes.

truffeszoom

Trucs & astuces

  • Si vous avez peur que les truffes au wasabi soient trop fortes, vous pouvez mélanger la poudre de wasabi avec du sucre glace.
  • Vous pouvez laisser libre court à votre imagination pour l’enrobage : poudre de thé matcha, gingembre confit, graines de toutes sortes, coco râpée … J’ai, par exemple, découvert qu’il existait des graines de sésame au wasabi, ça a l’air délicieux et je vais essayer cette alternative pour une prochaine fois.
  • Si vous n’avez pas de cacao cru, vous pouvez bien évidemment faire ces truffes avec de la poudre de cacao torréfié. La seule différence sera au niveau de la qualité nutritive de ces truffes.

 

 

Que mangent les vegans ? Haha that is THE question. En fait il y a autant de façons diverses de manger vegan que de manger “omnivore”. On peut se nourrir de junk food vegan, manger cru/cuit, sans gluten, manger raw till 4, ou s’adonner au crudivorisme. Faites votre choix … ou faites comme moi, un mélange de tout ça en mode freestyle selon vos envies. Suivez-moi pour une journée dans mon assiette !

Aujourd’hui, en ce 20 mars, c’est la Journée sans viande, et ça tombe bien, ça donne une bonne occasion de montrer qu’on peut se nourrir facilement et ce, de manière équilibrée, gourmande et saine, sans cruauté.

Mais comment mangent les vegans ? Comment ne pas être carencé ? Comment remplacer la viande ? Quelle quantité de céréales consommer pour remplacer les protéines ? Mais les graines, oléagineux et autres fruits secs ce n’est pas trop gras ?! Bref on se pose beaucoup de questions.

En fait il n’y a pas de règle, tout dépend de vos besoins, de l’énergie dépensée etc… mais il n’y a pas de repas type. Il suffit de manger de tout et surtout de tous les légumes et fruits, et privilégier les légumes verts qui sont très importants et regorgent de nutriments et micro nutriments.

On veut vous imposer de manger de telle ou telle façon, davantage au petit déjeuner et peu le soir par exemple. Mais il faut avant tout écouter votre corps, si vous n’avez pas du tout faim le matin, pourquoi se forcer ? Si vous mourrez de faim le soir, pourquoi se contenter d’un bol de soupe ?

Le plus important est d’éviter les frustrations, de manger des aliments qui nourrissent vraiment le corps et de savoir ressentir la satiété. Ce n’est pas évident de savoir quand on a atteint la satiété, je me rends bien compte moi-même, quand je mange des aliments “addictifs” genre des pizzas ou des pâtes, je vais continuer à en manger par gourmandise sans me demander si j’ai encore faim. Alors que quand je mange des crudités, quand ça ne passe plus, ça ne passe plus. Ça veut tout dire, la satiété est plus facile à détecter face aux aliments vivants.

Certains (pour ne pas citer de nom) vont dire qu’il ne faut pas manger trop de fruits car c’est plein de sucre. Certes, mais ce sont de bons sucres, essentiels au fonctionnement du corps ! Depuis un an, j’ai énormément augmenté ma consommation de fruits et j’ai perdu beaucoup de poids.

Pour que les cellules fonctionnent il faut du glucose mais du bon glucose. Et non, ce ne sont pas les protéines qui sont le nutriment le plus important comme on entend partout ou comme les industriels de la viande nous ont bien briefés pour nous en faire consommer à profusion … Je rappelle que les protéines il y en a plein dans les fruits et les légumes. Enfin “plein”, juste ce qu’il faut quoi.

Personnellement je ne me pose plus de question, je ne fais plus de calcul, j’écoute mon corps et mes envies et tout se passe très bien depuis. Je suis principalement raw till 4, mais je mange aussi de la junk food vegan, je peux manger avec ou sans gluten, il n’y a pas d’obligation, il faut juste se faire plaisir ! Je prends autant de plaisir à manger une pizza un vendredi soir qu’une assiette de fruits juteuse et colorée le matin.

Pour illustrer une journée type dans mon assiette en cette période de fin d’hiver, début de printemps, je vous propose une petite vidéo ! Bon ce jour là je vous avoue que j’ai beaucoup mangé mais il y a eu des tentations (retour du marché avec plein de fruits et défi de Lorelei …)  :-D

Vidéo : Une journée dans mon assiette

 

Au réveil

Une journée dans mon assiette

Chaque matin pour commencer la journée, je bois un grand verre de jus de citron pressé dans de l’eau tiède, histoire de se réhydrater après une bonne nuit de sommeil.

Petit-déjeuner

Une journée dans mon assiette

Ensuite dans la matinée, je bois un jus ou un smoothie et/ou des fruits à la croque selon la faim. J’ai la chance d’habiter une région où tout l’hiver j’ai pu avoir oranges, kiwis, citrons, kumquats, pommes, poires à profusion. Parfait pour être en forme dès le matin.

Déjeuner

Une journée dans mon assiette

Le midi chez moi est une notion un peu étrangère :) Il est très rare que je mange à midi pile, je laisse plutôt trainer jusqu’en début voire milieu d’après-midi ! Parfois il peut même m’arriver de ne pas manger avant le soir car mon jus m’a bien nourrie. Mais sinon pour le déjeuner c’est soit salade de crudités ou makis crus que j’affectionne particulièrement en ce moment…

Goûter

 

tarte au citron meringuée

 

Le jour où j’ai tourné cette vidéo, Lorelei faisait sa recette de tarte au citron pour le blog. Du coup, je me suis laissée tenter par une petite tarte au citron meringuée pour le goûter (enfin le goûter-apéro plutôt vu l’heure). Mais en règle générale je ne prends pas de goûter. Si j’ai un petit creux, je mange des fruits secs et des oléagineux (dattes, raisins secs, noix de cajou, amandes).

Dîner

Une journée dans mon assiette

Le soir, en cette saison, c’est très souvent un plat chaud (risotto, pâtes aux légumes, pizzas, wok ..). Mais en ce moment, je suis assez monomaniaque sur les légumes vapeurs (pommes de terre, brocoli, céleri, chou-fleur, patates douces, courges …). D’abord parce que c’est pratique et rapide à faire, et en plus j’adore les pommes de terre vapeur. Je les mange tout simplement avec l’huile d’olive du petit producteur bio de mon marché qui est à tomber, et accompagnées souvent d’une bonne salade et d’herbes aromatiques (bon là il n’y avait plus de salade pour le coup). Je ne mange jamais de dessert en fin de repas, je les préfère en dehors des repas. Mais j’ai toujours fait ça, même avant d’être vegan.

 

 

 

 

Un crurry ça vous dit ? Un quoi ? Un CRUrry ?! Oui vous avez bien lu “cRurry”. C’est un curry cru. Rien à avoir avec un curry qui aurait refroidi sur le coin de la table et qu’on aurait lâchement abandonné, non non :-) D’ailleurs, je ne sais absolument pas si le terme existe mais j’ai décidé de baptiser ce plat “crurry crémeux” …

Bon ok il ne fait pas super chaud alors vu comme ça vous allez me dire que ça ne donne pas envie, mais pourtant… Je découvre que la crusine peut aussi être réconfortante ! Est-ce que l’idée que seul un plat chaud réchaufferait serait une légende ? Bref… Peu importe moi j’avais trop envie de ça en tout cas ! Et je vous le conseille.

Depuis le temps que je voulais adapter un curry en mode cru. Après mon jeûne je n’ai eu envie que de cru pendant quelques jours, comme si j’étais devenue une boulimique de microcutriments. Ce fut donc l’occasion de tester ce petit crurry avec les légumes du moment. Il me restait du lait coco, ça ne pouvait pas mieux tomber !

Je me suis donc lancée dans ce crurry en mode freestyle, comme souvent, et avec les moyens du bord et ce qu’il me restait du dernier marché. Ce plat se fait super rapidement ! Et il est super économique également, et oui pas de cuisson ! Et il permet de bénéficier au maximum de tous les micronutriments qui se détériorent habituellement en grande partie à la cuisson.

Recette du crurry crémeux

crurry crémeux

Ingrédients pour 2 Crurry crémeux

  • 1 potimarron
  • 1 poivron salade rouge
  • Dattes
  • 1 chou rave
  • Noix de cajou
  • Raisins secs

Sauce pour le crurry

  • 1 avocat
  • Feuille de Coriandre
  • Racine de gingembre
  • Racine de curcuma
  • Épices en poudre : curry, piment.
  • Sauce Tamari
  • 30 cl de lait coco

Raper le potimarron et le chou rave.
Couper en fines lamelles le poivron.
Réserver le tout dans un saladier.

Mixer tous les ingrédients de la sauce.
Ajouter la sauce aux légumes, ainsi que les datte, les raisins secs, et les noix de cajou au plat sans oublier les feuilles de coriandre.

Les quantités de légumes c’est selon l’appétit, mais par contre je compte toujours 1/2 avocat par personne. Pour les racines de gingembre et curcuma c’est selon si vous aimez bien relevé ou pas.

Déguster immédiatement, ou laisser un peu imbiber la sauce au plat.

Ce plat peut se faire également à l’avance, pas de stress de plat à réchauffer, y’a juste à servir et à avaler !

Et voilà, il n’y a plus qu’à déguster ce fabuleux crurry qui va vous donner la pêche et sans digestion lourde :-)

 

 

 

Avez-vous déjà bu un bon jus ? Moi en tout cas j’adore les jus, j’ai découvert ça il n’y a pas si longtemps, ne buvant que du jus d’agrumes jusqu’ici. J’ai voulu tester les jus detox de fruits et légumes de façon plus large.

Les jus sont pratiques, faciles à digérer et ça permet d’avoir un maximum de nutriments de façon concentrée.

On nous suggère de consommer 5 fruits et légumes par jour, mais ça ne suffit pas même si c’est un bon début.

7 bonnes raisons de boire des jus

  • Il est difficile d’ingurgiter une grande quantité de fruits et légumes, car c’est long à mâcher toutes ces fibres et on ne pourrait pas manger autant de fruits et de légumes sans les mettre en jus.
  • Si vous n’aimez pas trop les fruits et les légumes, c’est un bon compromis.
  • Si vous avez du mal à digérer les fibres, votre système digestif vous remerciera.
  • Si vous voulez augmenter votre consommation de cru c’est une bonne manière de s’y mettre facilement.
  • De plus il est important d‘alcaliniser son corps ! Souvent notre alimentation est bien trop acidifiante, ce qui est la cause de nombreux soucis et de maladies plus ou moins graves. Tout ce qui n’est pas fruits et légumes est acidifiant pour l’organisme. Notre santé dépend de cet équilibre. Si on est trop acide, c’est là où les maladies se développent d’où l’importance de consommer une grande quantité de végétaux.
  • Les jus sont très nutritifs, riches en micronutriments, en minéraux et permettent d’éliminer les toxines.
  • Les jus nourrissent les cellules et nettoient nos organes.

Mais attention les fibres sont très importantes également. Boire des jus ne signifie pas consommer les végétaux uniquement sous cette forme. Les fibres aident à éliminer les toxines. Tout est question d’équilibre, il ne faut pas se nourrir uniquement de jus bien sûr. Ça permet néanmoins de reposer son système digestif et d’avoir une meilleure biodisponibilité.

Comment faire un jus ?

Un jus se fait au pire à la centrifugeuse, au mieux à l’extracteur. On fait ce qu’on peut avec ce qu’on a. J’en ai fait pendant longtemps à la centrifugeuse, mais il est vrai que ça fait beaucoup plus de perte, c’est super bruyant, on a un peu l’impression d’être sur un chantier, et c’est vraiment pas pratique à nettoyer, on en fout partout !

L’extracteur va préserver à 95% les vitamines, les enzymes, les antioxydants et les minéraux. En effet, il va extraire le jus doucement, comme un prémâchage, contrairement à la centrifugeuse qui est beaucoup moins concentrée et qui va chauffer les ingrédients, et tuer au passage une partie des nutriments.

L’extracteur va presser davantage les fruits et les légumes, il y aura donc davantage de jus. Les fibres seront totalement séparées et bonnes à jeter. Ce qui permet d’avoir immédiatement les nutriments à disposition et donc un maximum de micro-nutriments sans l’inconvénient de la digestion, et sans le ventre qui ressemble à un ballon de baudruche quand on a pas l’habitude de consommer cru :-)

Mais par contre le hic c’est le prix. L’extracteur n’est pas donné, il y en a pour tous les portefeuilles, qui va du plus sophistiqué à celui à manivelle (au moins pas besoin d’électricité et 100% écolo). Un extracteur peut faire aussi plein d’autres choses, comme des pâtes, des glaces crues, du lait végétal, il suffit de changer l’embout selon ses besoins.

Bref, revenons à nos jus.

Un jus le matin vous boostera davantage qu’un café qui vous rendra plutôt nerveu(se)x qu’autre chose. J’étais accro au café, capable d’en boire 3-4 d’affilés et je ne bois plus que des jus le matin. Bon parfois il m’arrive d’en prendre parce que j’aime le goût du café mais ensuite j’ai de fortes palpitations et je suis super stressée ^^.

Mon top 3 des jus detox d'hiver

Pour le jus d’hiver il y a pas mal de choix, surtout pour les légumes verts !

Voici ma liste de fruits et légumes de saison et locaux (région sud-est) et dont je ne me passe pas pour faire des jus en hiver :

  • Épinards
  • Blettes
  • Céleris rave
  • Fenouil
  • Radis noir
  • Radis rave
  • Carottes
  • Betteraves
  • Salades en tout genre
  • Les choux (verts, rouge, blanc, frisé, kale, brocolis, romanesco)
  • Pommes
  • Poires
  • Oranges,
  • Pamplemousses,
  • Citrons
  • Kiwi
  • Poivrons salade
  • Herbes aromatiques

Tout passe à l’extracteur. Mais très important: je ne jette jamais les tiges ou feuillus que je n’utilise pas et je les conserve pour un futur jus. Ce qui permet de faire du zéro déchet ! Par exemple si j’utilise uniquement les fleurs d’un chou fleur, je conserve les feuilles et les “parties dures” pour mon jus du lendemain matin. Pareil pour les herbes aromatiques, je gardes les tiges pour les jus. De même pour les épinards. Les carottes je garde les fanes également, etc… bref vous avez compris on ne jette rien :-)

Je mets toujours une racine de curcuma et de gingembre (sans enlever la peau) que je trouve facilement en magasin bio. Le curcuma est un puissant anti-inflammatoire et qui va purifier le sang, le foie et la lymphe. Il est connu pour ses propriétés antioxydantes, anti-inflammatoires et anticancéreuses. Associer le curcuma au gingembre permet d’augmenter son pouvoir d’absorption qui est faible. Attention à la dose lorsque l’on n’a pas l’habitude, allez-y doucement au début. Si vos lèvres piquent quand vous buvez c’est signe que la dose est sûrement trop forte ;-)

Bien évidemment, je ne peux que vous conseiller de faire vos jus avec des fruits et légumes bio. À moins de vouloir un cocktail de pesticides ^^. Le bio permet de ne rien jeter et de tout réutiliser pour les jus comme expliqué pour les feuillus, tiges et fanes… Pas besoin d’éplucher non plus (comme si le fait d’éplucher enlevait les pesticides d’ailleurs). La peau des fruits et légumes est d’autant plus intéressante que leurs vertus se trouvent dans la peau et dans la couche inférieure !

Ce genre de jus est très nutritif et se déguste pendant quelques heures selon la quantité. Moi personnellement, selon la densité du jus, il m’arrive de mettre 2h à boire mon jus de 50cl. C’est tellement riche en nutriments. Si vous sentez que vous n’arrivez pas à finir, c’est qu’il faut s’en tenir là. Toujours écouter son corps ;-)

Mon top 3 des jus detox

Les doses sont vraiment subjectives, selon la quantité de jus désirée et la taille des ingrédients. Les quantités sont pour environ 50 cl de jus. Les ingrédients sont classés par ordre de quantité.

Jus detox orange

  • 2-3 carottes
  • Curcuma
  • Gingembre (moi j’utilise un pouce mais c’est trop si c’est votre premier jus, pareil pour le curcuma)
  • 1 citron non épluché (ou autre agrume)

Mon top 3 des jus detox d'hiver

Pourquoi un jus orange ? La carotte est riche en antioxydants, en bêta-carotènes et très reminéralisante. Elle est bonne pour l’ensemble du corps, particulièrement pour les intestins mais aussi pour la peau.

Jus detox rouge

  • 2-3 betteraves
  • 1 orange sans l’écorce (laisser la partie blanche)
  • Curcuma
  • Gingembre

Mon top 3 des jus detox d'hiver

Pourquoi un jus rouge ? La betterave est particulièrement efficace pour purifier le foie et le sang.

Jus detox vert

  • Feuillus de n’importe quel légume
  • 1 pomme ou 1 poire
  • 1 orange ou 1 pamplemousse sans l’écorce (laisser la partie blanche)

Mon top 3 des jus detox d'hiver

Le feuillu vert : ça peut-être des tiges, feuilles et fanes de n’importe quel légume tel que le fenouil, carotte, radis, épinards, blettes, chou vert, kale, feuilles vertes du chou, salade, …

Pourquoi le jus vert ? Pour la chlorophylle ! Qui va purifier le sang, qui va oxygéner un maximum les cellules ! Le jus vert est aussi riche en anti-oxydants et en vitamines. Il permet de se débarrasser des métaux lourds et des toxines.

Dû à leur richesse en vitamines et en fer les jus verts sont très bons pour la peau, les cheveux, la vue, les ongles … Et le combo fer + vitamine C permet de fixer parfaitement le fer !

Mon top 3 des jus detox d'hiver

Mais il n’y a pas de règle, il m’arrive de mélanger betterave et carotte, et d’ajouter des feuillus aussi aux jus orange et rouge. Selon les feuillus utilisés ça ajoutera un petit goût particulier, par exemple : les branches de persil ou de coriandre ou les branches et feuilles de céleri ou fenouil apporteront des saveurs différentes et surprenantes !

J’aime bien aussi ajouter un poivron, c’est très bon au goût et riche en vitamines.

Les quantités c’est au goût, plus c’est vert mieux c’est, mais attention si c’est trop amère, c’est un signal que vous envoie votre corps, dans ce cas, rajoutez des fruits. Je mets soit de la pomme soit de l’orange avec un citron aussi si on aime.

Il est possible d’ajouter un bout de racine de curcuma et de gingembre à tous vos jus mais pas trop si vous n’êtes pas habitué car vous risquez de faire une forte detoxination qui va vous rebuter à vous refaire des jus. Après vous pouvez y aller par la méthode forte si vous voulez mais vous êtes prévenu :-)

Astuces

Ajouter un citron à votre jus pour sa conservation, si vous le buvez tout au long de la journée. Mais un jus ne se prépare pas à l’avance. Les enzymes se dégradent assez rapidement. Il serait dommage de perdre tous les bons nutriments.

Ne pas éplucher le citron. Mais par contre retirer la peau des autres agrumes sans enlever la partie blanche, elle serait trop forte en huiles essentielles, ça serait trop astringent pour l’organisme.

 

Mis à jour Février 2018 : Nouvelle recette

Jus Vert “Good Morning”

À l’occasion de la campagne 1,2,3 Veggie de l’Association végétarienne de France, j’ai réalisé une nouvelle recette de jus vert, idéal à boire le matin pour booster son énergie pour toute la journée !

Cliquez ici pour découvrir la recette

 

Manger cru en hiver ça vous dit ? Avez-vous déjà essayé des rouleaux 100% crus ? Non alors testez mes rawleaux d’automne ! Comme je vous l’avais déjà dit dans l’article en mode healthy vegan, depuis quelques temps je m’efforce d’avoir une alimentation de plus en plus “vivante”.

En été, il est plus naturel de manger cru, la chaleur aidant. Les légumes d’automne ne se prêtent pas à première vue à être consommés crus.

On a plus envie de plats chauds et réconfortants comme une soupe de courge, un gratin dauphinois, des “œufs” cocotte aux épinards, un bon risotto, etc…

Et on pense à tort que l’alimentation vivante va nous “refroidir”. Je vous avoue qu’avant je pensais pareil. Mais manger cru n’est pas manger froid, c’est se nourrir de toute l’énergie que nous donnent les végétaux. Et ça fait un bien fou :)

Les “rawleaux” c’est quoi ça ?

Par habitude, pour faire mes rouleaux de printemps,  j’utilisais toujours une feuille de riz farcie avec toutes sortes de fruits et légumes. Je ne les avais jamais fait en mode 100% cru. Comme en ce moment, je teste des légumes que je n’avais jamais essayés crus, je me suis dit que c’était l’occasion de tenter l’expérience avec des légumes d’automne. Tous les ingrédients sont “raw” (crus), donc j’ai naturellement renommé cette recette les rawleaux d’automne !

Je ne sais pas si c’est pareil dans les autres régions mais en ce moment à mon petit marché, il y a plein d’épinards, de petites blettes ou de bettes à cardes. Si c’est le cas n’hésitez pas, c’est l’occasion d’essayer les “rawleaux”.

Ces feuilles vertes remplacent parfaitement la feuille de riz. Après libre à vous de mettre celles de votre choix. De plus ces légumes verts feuillus sont des superaliments : riches en vitamines, en phytonutriments, en fibres, en fer, en calcium, en protéines et en oméga-3. Il ne faut pas hésiter à en manger en abondance. Comme le dit Victoria Boutenko : “les légumes verts feuillus mériteraient d’avoir leur propre groupe alimentaire”.

Vous connaissez la courge longue de Nice ? Ma maraîchère m’a donné un gros bout de cette courge. Je n’avais jamais essayé ces courges énormes à la chair orange et à la peau verte. Cette courge m’avait toujours intriguée, mais au vu de leur taille énorme, à choisir, je préférais toujours prendre du potimarron ou de la butternut.

Ce fut donc l’occasion d’essayer, et crue de plus. Etonnement son goût est plutôt sucré et son odeur fruitée, un délice.

Recette des Rawleaux d’automne

Blettes rawleaux

Petites blettes de Nice

Ingrédients pour 4 rouleaux  :
  •  8 feuilles d’épinard (ou des feuilles de blettes)
  • Courge crue (environ 400g)
  • 1 avocat mûr
  • Germes d’alfalfa
  • Jus de citron

Retirer la peau et râper la courge. Réserver.
Couper l’avocat en tranche, mettre du jus de citron dessus afin qu’il ne s’oxyde pas. Réserver.

Pour la sauce : 
  • 2 cuillères à soupe de purée de sésame (ou purée de cacahuètes)
  • 2 cuillères à soupe de tamari
  • 2 cuillères à soupe de vinaigre de cidre
  • 1 cuillère à soupe d’huile de noix
  • 1 cuillère à soupe d’huile d’olive.
  • Wasabi

Dans un récipient, mélanger tous les ingrédients pour la sauce sauf le wasabi.

Mélanger la courge râpée avec une partie de la sauce afin qu’elle soit bien imprégnée.

Pour la sauce d’accompagnement : ajouter le wasabi au reste de la sauce.

Confection des rawleaux :

Répartir sur une feuille d’épinard (ou de blette) : la courge râpée, une tranche d’avocat et l’alfalfa. Puis rouler. Recommencer.

rawleaux epinard blette

 

Voilà il ne reste plus qu’à déguster :-)

Ces rouleaux m’ont surpris ! J’avais toujours peur que cela fasse trop de crudités avec cette grande feuille verte crue, que ça soit fade et pas agréable à mâcher, mais non pas du tout. La sauce mélangée avec la courge râpée ramollit légèrement la feuille, surtout pour la feuille de blette qui est plus épaisse. Si ce sont des feuilles de petite blette comme ici, les feuilles sont plus fines que les feuilles de bettes à carde.

 

Et vous, vous êtes déjà amusé à revisiter les rouleaux de printemps ?

 

 

 

Vromage ? Fauxmage ? Fromage végétal ? Les véganes ne manquent pas d’imagination pour renommer le fromage en mode “crueltyfree”.

Pourquoi préférer du fromage végétal ?

Les fromages végétaux sont très bons pour la santé, ce sont des probiotiques excellents pour les intestins qui détruisent les bactéries pathogènes. La France est peut-être le royaume du fromage mais les États-Unis sont bien plus en avance que nous sur le fromage végétal.

Ils sont sans lactose et pas besoin de tuer un petit veau pour avoir la présure non plus, mais ils ne sont pas moins gourmands voire addictifs ! Et si vous voulez connaître mon opinion sur le sujet, je vous laisse découvrir mon article : 17 raisons d’arrêter les produits laitiers.

À Los Angeles il y a même une boutique “Vromage” ouverte en 2014, 100 % Dairy Free, le propriétaire, Youssef Fakhouri, fabrique des fromages véganes depuis 2009, si vous avez la chance de passer par Sunset Boulevard, c’est là où sa boutique se trouve !

Vromage-All-Vegan-Cheese-Shop-in-West-Hollywoodsource

En France dans les magasin bio, on peut trouver sous la marque “Sojami”, des fromages à base de tofu frais, ils sont très bons et bluffants. Il en existe d’autres mais je n’ai trouvé que celui-là dans mon magasin bio.

À Paris il y a une boutique vegan : “Un Monde Vegan”, qui propose toutes sortes de fromages végétaux : mozzarella, cheddar, parmesan, ils ont un site internet si on ne peut pas si rendre.

Comment faire son fromage végétal ?

Après quand on est adepte du “homemade” il est bien évidemment possible de faire son fromage végétal soi même, et c’est très facile à faire !

Il y a différentes façons de faire des fromages végétaux, on peut utiliser pour base : des oléagineux, ou des légumineuses.

Ensuite il faut un ingrédient qui permet de rendre le fromage plus ou moins ferme si on le souhaite : avec de l’agar agar, de la fécule ou de la farine.

Pour la lactofermentation, j’utilise le tamari ou du laitage de soja. Mais il existe d’autres moyens comme le réjuvelac, un probiotique naturel.

Pour donner du goût à votre fromage frais il y a le choix :

  • Herbes aromatiques (ciboulette, aneth, coriandre, origan, thym, …)
  • Morceaux d’oléagineux concassés (noix par exemple)
  • Baies (baies roses, baies de sichuan, mélange de poivres, coriandre, … )
  • Épices au choix (cumin, paprika, graines de moutarde, graines de cumin, … )
  • Aussi pourquoi pas selon vos goûts et envies des morceaux de : piments, poivrons grillés, tomates séchées, olives ou de la figue.

Bref il n’y a aucune limite et de quoi faire une multitude de fromage végétal :-)

Recette du fromage végétal frais

ingrédients fromage végétal
Ingrédients pour le fromage végétal 
  • 200g d’oléagineux : noix de cajou, noisette, amande, poudre d’amande
  • 1 cuillère à café de miso brun
  • le jus d’un petit citron
  • 1 petit ail
  • 1 petit oignon
  • 1 cuillère à soupe de sauce soja Tamari
  • 1 cuillère à soupe de baies roses
  • 1 cuillère à soupe d’aneth en poudre (ou fraîche)
  • 1 cuillère à café de sel
  • 1 cuillère à café de mélange de poivres
Préparation du fromage végétal

Faire tremper les oléagineux une nuit dans de l’eau, sinon minimum 2h. Les noix de cajou ont besoin de moins de temps de trempage.
Mixer tous les ingrédients jusqu’à ce que la préparation soit bien homogène. Avoir un bon mixer puissant sera plus efficace. Ajouter un peu d’eau si ça ne mixe pas bien

Cette quantité permet de faire 3 petits fromages dans des cercles de 8 cm de diamètre, à moins de vouloir faire un grand fromage.

fromage végétal

Graisser légèrement un ramequin ou un cercle avec de l’huile d’olive pour faciliter le démoulage puis mettre la préparation dedans.
Mettre au frigo. Plus il restera longtemps au frigo plus le fromage végétal va se faire.

J’ai une préférence pour les noix de cajou dans le choix des oléagineux, j’en suis complètement accro même, difficile de s’arrêter quand on commence à en manger !

La texture en bouche ressemble davantage au fromage frais que les noisettes par exemple qui s’homogénéisent plus difficilement (surtout quand on a pas un mixer très puissant) et qui ont un goût plus prononcé.

Trucs & Astuces

Vous pouvez ajouter 2 à 4 cuillères à soupe de levure maltée afin d’accentuer le goût de fromage. Tout dépend si vous souhaitez une saveur fromagère ou plutôt une saveur qui se rapproche d’un fromage type Tartare.

Et vous le fromage végétal ça vous tente ? Avez-vous déjà goûté ?

 

Recipe in English : Pink peppercorn Nut Cheese