Les confitures sont, pour moi, une véritable madeleine de Proust, particulièrement la confiture de kumquats. J’adorais, quand j’étais petite, passer l’été chez mes grand-parents. De nombreux fruits et légumes du soleil poussaient dans leur jardin, et lorsque ces fruits étaient en grande quantité ils finissaient soit en confiture soit en clafouti…
Les kumquats dans cette recette-ci ne viennent pas du jardin de mon enfance mais on me les a donnés gracieusement, elles viennent d’un jardin privé et elles sont 100% saines, sans pesticide et locales. Ce qui est bien avec les kumquats c’est qu’il y en a toute l’année, c’est comme les citrons ! Il me restait de la menthe trouvée au marché, du coup je me suis dit que ce serait peut-être une association originale qui changerait un peu.

Ingrédients :

  • 365 g de kumquat non traités
  • 220 g de sucre blond de canne (soit 60% de sucre du poids des fruit)
  • 10 cl eau (soit 30 % d’eau du poids des fruits)
  • Un petit citron non traité
  • 1 bouquet de feuilles de menthe et ses fleurs
  • 1 gaze stérile ou 1 boule à thé
  • 1/2 cuillère à café d’agar-agar (facultatif, ici je n’en ai pas mis)
  • Pots stérilisés

Il est possible de faire des confitures encore plus allégées avec 30 à 50% de sucre, mais c’est vraiment trop amère je trouve, pour des confitures d’agrumes en tout cas. Après c’est selon les goûts ! :-)

Pourquoi utiliser de la gelatine de porc alors que les fruits sont remplis de pectine végétale! Le zeste et la partie blanche des agrumes ainsi que les pépins sont riches en pectine, le trognon des pommes et leur peau également! Ici j’utilise les pépins des kumquats

Le jus de citron permet d’accélérer la prise de la confiture.

La stérilisation des pots ? Avec 60% de sucre comme dans la recette ici il ne devrait pas y avoir de problème de moisissure. Le pot se conserve un an en les lavant à l’eau chaude avec un peu de vinaigre d’alcool. Si vous faites une plus grosse quantité de confiture, et que vous ne la consommez pas dans l’année, par précaution, il est préférable d’ébouillanter vos pots !

Kumquats blanchis
Pépins gaz
Gaz
Kumquats épéppinées

Ébouillanter les kumquats 5 minutes pour retirer un peu de leur amertume, passer sous l’eau froide pour les refroidir, ensuite les épépiner, et mettre les pépins dans une gaze ou une boule à thé, puis presser le citron.

Il est possible aussi d’ajouter de l’agar-agar en fin de cuisson afin de gélifier encore plus la confiture. Attention à ne pas trop en mettre sinon la confiture sera trop ferme ! Mélanger l’agar-agar dans un petit récipient avec un peu de liquide de cuisson puis rajouter dans la casserole, faire bouillir une minute. L’agar-agar gélifiera la configure en refroidissant.

Préparation confiture

Mettre à cuire tous les ingrédients dans une casserole avec la gaze et le jus de citron, porter à ébullition puis baisser à feu doux et cuire pendant 1h.
Mixer le tout, sauf si on aime les morceaux entiers.

Une fois que la confiture est cuite, mixer la préparation et verser la confiture bouillante dans les pots, fermer et retourner le pot immédiatement pour créer le vide et stériliser l’air.

La menthe apporte une touche original à cette confiture, cela me donne d’autres idées d’association pour la prochaine fois :-)

 

 

Il fait chaud, trèèèès chaud, les cigales sont déchainées, cela fait maintenant 2 mois que le mercure n’est pas passé en dessous des 30°C. Alors apporter un peu de fraicheur à l’apéro avec ces mini bruschetta à la tomate, il n’y a rien de mieux!

J’adore tout ce qui est tartine, crostini, pincho et bruschetta en été. C’est rapide, efficace et très pratique, surtout quand on n’a pas envie de passer des heures en cuisine sous cette chaleur par exemple! Je ne sais pas le temps qu’il fait par chez vous mais au pire ça vous apportera un peu de soleil :-)

Ingrédients pour la bruschetta à la tomate

  • Tranches de pain au cumin
  • Tomates
  • Feuilles de basilic
  • Huile d’olive
  • Ail frais (ou ail en poudre)
  • Sel
  • Poivre

Préparation

Couper les tomates en petit dès.
Ciseler les feuilles de basilic.
Mettre le tout dans un bol, ajouter un peu d’huile d’olive, de l’ail en poudre, du sel, du poivre et mélanger le tout.
Mettre le bol au frais si on veut que la préparation soit bien froide ou au congélateur même le temps que le pain grille.

Faire griller les tranches de pain au four (ou au grille pain si vous n’en avez pas beaucoup), les frotter à l’ail et ajouter un petit filet d’huile d’olive sur chaque tranche, puis déposer le mélange tomates-basilic sur les tranches.

bruschetta à la tomate

Trucs & Astuces

  • Si vous avez un reste de ratatouille, remplacer les tomates par de la ratatouille.

 

Voilà ! L’apéro est prêt ! Y’a plus qu’à déguster ! :-)

 

 

 

Quelle joie quand l’été arrive de retrouver sur les étales du marché : aubergines, courgettes, poivrons, et tomates ! La ratatouille est un plat traditionnel niçois incontournable de l’été, et en plus naturellement vegan comme beaucoup de plats du sud d’ailleurs !

Souvent j’en fais en grosse quantité, ensuite c’est selon les envies, la ratatouille s’accommode à l’infini : pizza, quiche, cake, bruschetta, galette, raviolis, samoussa, avec toutes sortes de céréales, … Bref la liste est longue ! Aujourd’hui je vais me concentrer sur la recette de base. C’est l’un des rares plats que je ne revisite pas.

Ingrédients :

  • 2-3 aubergines
  • 1 courgette
  • 1 poivron rouge et 1 poivron vert
  • 2-3 tomates
  • 1 oignon
  • 2-3 gousses d’ail
  • Huile d’olive
  • 1 petit bouquet de thym
  • 3-4 feuilles de laurier
  • 1 branche de romarin
  • Sel
  • Poivre

Les quantités de chaque ingrédient sont subjectives, tout dépend de la taille des légumes et des goûts de chacun, moi je préfère quand il y a davantage d’aubergine, après il peut m’arriver de varier les quantités des légumes selon ce qu’il reste, ou de l’adapter selon ce qu’il y a au marché quand la fin de saison est proche.

On peut aussi varier les couleurs des légumes, par exemple mettre 3 sortes d’aubergines différentes : violette longue, blanche, violette graffiti. Pareil pour les poivrons : vert, jaune, rouge, orange. Les tomates aussi. La ratatouille sera d’autant plus colorée.

La qualité des ingrédients est primordiale aussi, plus les légumes seront frais et de saison, meilleure sera la ratatouille et pas amère (sinon il faut ajouter un morceau de sucre). Le choix de la qualité de l’huile d’olive est aussi importante, le top étant l’huile : 100% huile d’olive vierge extra biologique de première pression à froid.

 

Alors là attention ! C’est le drame! On ne plaisante pas avec la ratatouille. Il y a deux façons de la faire si je puis dire :

  • La ratatouille “en mode express”: on coupe tout et on met le tout à mijoter. Quelle horreur diront les puristes !! Franchement ils n’ont pas tort. Cela ne sera plus une ratatouille, elle risque de ressembler à une bouillie insipide…
  • La ratatouille “façon traditionnelle” : les légumes sont cuits séparément et sont réservés au fur et à mesure. Ensuite on les laisse mijoter pendant loooongtemps. Cette façon de faire est tellement meilleure et tellement fondante, elle n’est pas forcément beaucoup plus longue. Il suffit de couper une catégorie de légume pendant qu’un autre cuit, plutôt que de tout couper à la chaîne et que le légume “coupé” attende sur le bord du plan de travail.

Je vais donc approfondir la manière traditionnelle de la ratatouille :

Il faut une sauteuse pour cuire les légumes individuellement, et un faitout ou cocotte en fonte où l’on réserve les ingrédients qui vont mijoter tous ensemble une fois qu’ils seront cuits. Moi personnellement j’utilise une grande sauteuse anti-adhésive en forme de wok.

 

D’abord, si on ne veut pas que les aubergines soient des éponges à l’huile d’olive, il faut les couper en cubes et les faire dégorger dans du sel pendant environ 30 mim, le temps de la préparation des autres légumes. Étape non obligatoire mais sinon il va falloir utiliser davantage d’huile d’olive !

Ensuite, c’est parti pour le travail à la chaîne!

Il faut éplucher l’ail et l’émincer.
Éplucher l’oignon et le ciseler.
Faire chauffer la sauteuse avec de l’huile d’olive, ajouter ail et oignon et les faire revenir, attention ça ne doit pas brûler mais dorer!

Pendant ce temps, couper les poivrons, retirer les graines et la queue, tailler en lamelle.
Réserver les oignons et ail qui doivent être doré.
Ajouter dans la sauteuse un peu d’huile d’olive, et faire revenir les poivrons.

Pendant ce temps, couper la courgette en cube. Ensuite faire la même opération qu’avant, une fois que les poivrons sont saisis, les réserver avec le mélange : ail, oignon, poivron. Et faire revenir les courgettes dans la sauteuse avec un filet d’huile d’olive.

Pendant que les courgettes cuisent, rincer les aubergines qui ont dégorgé à l’eau, sinon les couper si cette étape n’a pas été faite. Une fois que les courgettes sont grillées mais pas cuites à coeur, les ajouter au mélange (ail, oignon, poivron, courgette), et faire revenir les aubergines dans la sauteuse avec de l’huile d’olive. Ajouter au reste une fois qu’elles sont grillées.

L’étape de la sauteuse est terminée et maintenant tous les ingrédients sont dans la cocotte prêts à mijoter.

Ratatouille

Ajouter les tomates coupées en quartiers , le thym, le romarin, les feuilles de laurier et quelques gousses d’ail entières (facultatif). Saler, poivrer et ajouter un peu d’huile d’olive et mélanger le tout.

Mettre la ratatouille sur feu doux à couvert, et laisser mijoter pendant 1h minimum, mélanger de temps en temps afin qu’elle n’accroche pas, goûter et rectifier l’assaisonnement si besoin. Plus la ratatouille mijotera longtemps plus elle confira, donc arrêtez-la quand elle aura la texture qui vous convient.

La ratatouille est encore meilleure le lendemain ! Elle se mange chaude, tiède ou froide ! C’est comme on veut ;-)