Vous trouverez dans cette rubrique « DIY » des conseils, des astuces pour fabriquer vous-même des ingrédients de base ou des produits vegan faits maison.

Articles

Y’a pas que les crêpes sucrées dans la vie ! Rien de mieux qu’une bonne galette bretonne non ? Demain c’est la Chandeleur j’ai donc décidé de rédiger un petit article pour vous aider à réussir votre galette bretonne vegan.

*Update 2019 : nouvelle recette de crêpes aux champignons et épinard avec un fromage fondant maison !*

La bonne nouvelle c’est que ce n’est pas la recette la plus compliquée à végétaliser. En effet, selon les endroits de Bretagne où vous vous trouvez, on peut trouver cette recette ultra simple et vegan des crêpes au sarrasin. Après d’autres recettes vous proposeront de mettre des œufs, du lait, du beurre … Bref tout le monde pense avoir la “vraie” recette de la galette mais on se rend compte qu’il en existe plein de différentes !

Pour avoir tout testé pendant des années et après pas mal de crêpes ratées haha, je peux aujourd’hui vous proposer ma recette de la galette bretonne préférée : légère, fine, pas grasse, très goûteuse et surtout quasiment INRATABLE ! Bon on s’autorise le droit de rater l’incontournable 1ère crêpe pour la dévorer comme ça à l’apéro ;-)

Pour garnir cette galette bretonne, j’ajoute une poêlée de blettes à l’indienne et une gaufre de pommes de terre (vive le mélange des genres) ! C’est une recette que je fais très régulièrement en hiver, vu la quantité de blette que l’on trouve par ici dans le sud-est, j’ai de quoi en faire à toutes les sauces. Et comme c’est une de mes crêpes salés préférées j’ai décidé de saisir l’occasion de la Chandeleur pour vous la partager.

Après si vous ne jurez que par les crêpes sucrées en ce jour où l’on se trouve toujours de très bonnes excuses pour se goinfrer des crêpes matin, midi et soir, vous pouvez retrouver la recette de ma crêpe rustique que j’avais fait l’an dernier.

Comme je l’ai dit plus haut, il n’y a rien de bien compliqué dans la galette bretonne ! C’est à la porté de tous ! Depuis cette nouvelle année je fais des recettes bien plus simples et je pense que ça se ressent sur le blog au vu des dernières recettes. J’espère que ça vous plait en tout cas ? Après plusieurs demandes de recettes simples de votre part c’est plutôt bien tombé ! Comme on dit : perfect timing !

D’ailleurs pour tout vous dire j’ai également drastiquement diminué ma consommation de gras et de sel. Je n’en mets pratiquement plus du tout même parfois. Bon comme vous allez le voir, je continue à en mettre sur le blog, tout le monde n’a pas envie de faire comme moi.

Mais si vous voulez faites le test ! On se rend vite compte que souvent on fait ça par habitude et qu’on a tendance à ajouter du gras et du sel à toutes les sauces alors que ce n’est pas nécessaire ^^ Bref j’en parlerai plus longuement dans un futur article plus ou moins proche…

C’est parti pour faire sauter les crêpes !

Comment réussir une galette bretonne vegan ?

galette bretonne vegan

Ingrédients pour environ 6 galettes bretonnes au blé noir

  • 330 g de farine de sarrasin (bio de préférence pour un goût plus intense)
  • 90 cl d’eau
  • 10 g de sel de Guérande
  1. Dans un récipient mélanger le sel et la farine
  2. Ajouter l’eau au fur et à mesure tout en fouettant afin que ça ne fasse pas de grumeaux
  3. Laisser reposer dans l’idéal au moins 1h  (je ne le fais jamais !)
  4. Graisser une poêle à crêpe avec de l’huile végétale (ou de la margarine si vous préferez) à l’aide d’un pinceau ou d’un essuie-tout.
  5. Quand la poêle est chaude, verser une bonne louche et étaler uniformément à l’aide d’une raclette à crêpe sinon pencher la poêle dans tous les sens ;-)
  6. Baisser la température pour que la galette ne brûle pas
  7. Retourner lorsque les bords se décollent légèrement ou que la spatule passe facilement en dessous de la crêpe
  8. Réserver et recommencer l’opération
Astuce

Je possède une très grande poêle à crêpe, donc selon la taille de votre poêle, vous aurez plus ou moins de galettes avec cette recette.

Recette de la galette bretonne aux blettes et gaufres de pommes de terre

galette bretonne

Ingrédients de la garniture de blettes à l’indienne

  • 1 à 2 gousses d’ail
  • 2 bottes de blettes
  • un peu d’eau
  • Des épices  : curry, curcuma, gingembre (1 c. à café de chaque)
  • Sel et poivre
  • Huile végétale
  • Crème végétale (facultatif)
  1. Hacher l’ail
  2. Couper les blettes : d’un côté les côtes en petit morceaux et de l’autre les feuilles en fines lamelles
  3. Faire chauffer une poêle légèrement huilée
  4. Ajouter l’ail et les côtes de blettes
  5. Laisser cuire puis ajouter les feuilles de blettes
  6. Ajouter les épices, le poivre et le sel
  7. Couvrir sur feu moyen et laisser mijoter environ 15 min.
Astuce

Si vous n’aimez pas trop épicé, diminuez la quantité d’épices.

Ingrédients pour 4 gaufres de pommes de terre

galette bretonne gaufre

  • 250 g de pommes de terre
  • Persil
  • Sel
  • Poivre
  1. Éplucher les pommes de terre
  2. Les couper en morceaux
  3. Les cuire à la vapeur ou à l’eau pendant 10-15 min environ selon la taille des morceaux
  4. Une fois cuites, écraser les pommes de terre à la fourchette
  5. Ajouter le persil ciselé, le sel et le poivre
  6. Allumer le gaufrier
  7. Une fois chaud, étaler la purée de pomme de terre
  8. Laisser cuire au moins 15 min jusqu’à ce que ça soit doré
Astuce

Si vous n’avez pas de gaufrier, optez pour des galettes de pommes de terre et cuisez-les au four sur du papier cuisson !

Dressage

Il ne reste plus qu’à dresser le tout dans les assiettes. Installer la garniture dans les galettes, ajouter un peu de crème végétale pour les gourmands ;) Installer les gaufres à côté et accompagner le tout d’une bonne salade verte, de mâche ou de jeunes pousses d’épinards, il faut en profiter c’est la saison ;-)

 

La crêpe champignons-épinard et fromage fondant maison

 crepe vegan

Ingrédients pour 4 crêpes

 

  • 4 crêpes sarrasin
  • 200 g de champignons de Paris
  • 2 poignées d’épinards
  • le fromage fondant (voir recette en dessous)
  • Persil
  • Salade

 

Préparation :

 

  1. Faire revenir les champignons dans une poêle avec de l’huile d’olive, du tamari, de l’ail en poudre et des graines de coriandre pendant environ 10 minutes à feu moyen
  2. Ajouter les épinards à la poêle et laisser cuire 2-3 minutes, les épinards doivent commencer à fondre mais rester bien vert
  3. Préparer la sauce fromage filant (voir recette en dessous)
  4. Cuire la crêpe de chaque côté puis ajouter le fromage coulant et les champignons et épinards (faire bien attention à ne pas mettre d’eau si les légumes en ont rejeté)
  5. Assaisonner et servir avec une salade

Recette de Fromage fondant végétal maison

crêpe champignon

Ingrédients :

  • 25 cl de lait végétal
  • 1 c. à soupe de vinaigre de cidre ou de vin blanc
  • 3 c. à soupe de farine de tapioca
  • 1 c. à soupe de levure maltée
  • 1 c. à café de tamari (ou sel)
  • 1/2 c. à café d’oignon en poudre
  • 1/2 à café d’ail en poudre
  • 1 pincée de curcuma (pour la couleur et la santé)

Préparation :

Mixer tous les ingrédients pour obtenir un mélange bien homogène.

Verser le mélange dans une casserole et faire chauffer à feu moyen en mélangeant non stop

En quelques minutes le mélange va s’épaissir et devenir filant.

Baisser et continuer à mélanger jusqu’à obtenir le fondant parfait

 

 

Voilà de quoi manger une crêpe vegan parfaite alors plus d’excuses :)  Régalez-vous !

 

 

Tout est possible en cuisine végétale, même de faire une omelette sans œuf ! Si si je vous assure ;-) Et dans cet article, je vais vous expliquer comment réussir votre omelette vegan parfaite, adaptée à vos goûts ! En bonus, en fin d’article ma recette d’omelette automnale.

L’ omelette a été l’un de mes premiers défis quand j’ai décidé de ne plus consommer d’œuf… Étant vraiment accro aux œufs, j’en mangeais pratiquement tous les matins. C’était mon petit-déjeuner préféré : les œufs à la coque avec des mouillettes de pain au beurre (bien évidemment) ! Oui je suis une bouche salée.

J’adorais aussi les œufs sous forme d’omelette ou d’œufs cocotte, c’était le repas express et pas compliqué à faire que j’affectionnais particulièrement. Pour compenser le manque de mes œufs ça n’allait pas être chose facile. Enfin ça c’est ce que je pensais…

Je me suis lancée dans des omelettes vegan en voyant un reportage en Inde où ils faisaient des crêpes à base de farine de pois chiche ! Cela m’a fait beaucoup penser à la célèbre Socca mais sous forme de crêpe garnie. En y ajoutant davantage de liquide, c’est comme cela que j’ai réalisé ma première omelette vegan.

C’était très nourrissant, beaucoup plus qu’une omelette avec des œufs, mais en tout cas ça a bien fait son petit effet. C’est fou comme le fait de changer d’alimentation nous fait découvrir une nouvelle façon de manger. Et ce n’était que le début !

Je me suis dit que la cuisine vegan allait me surprendre et effectivement je n’ai pas été déçue… Tout vegan vous le dira, la cuisine végétale nous ouvre des perspectives culinaires auxquelles on n’aurait jamais pensé ni osé aller. Avant je n’aurais jamais pensé faire ce genre de plat. Je serais vraiment passée à côté de quelque chose…

Comment retrouver la texture de l’œuf ?

Mais pourquoi ces vegan s’obstinent-ils à vouloir retrouver ces aliments qu’ils ne veulent plus consommer ? Je dirais tout simplement que c’est comme ça, c’est culturel, on n’a pas un bouton pour effacer notre mémoire en changeant notre façon de vivre et on a donc parfois envie de créer ce qu’on mangeait avant, en version végétale.

Après ma recette des œufs cocotte l’automne dernier, je m’attaque aujourd’hui à la fameuse omelette !

Pour bluffer au mieux son palais il faut reproduire l’omelette comme vous la mangiez. Moi, j’étais fan des omelettes aux champignons. La première fois que j’en ai fait en mode vegan j’ai eu une explosion de joie en bouche (#foodgasm), moi qui pensais que je ne retrouverai jamais cette texture, j’ai été littéralement bluffée.

Certes, ça n’a pas le goût de l’œuf, faut pas se mentir (même s’il existe une petite astuce dont je vous parle un peu plus loin si on veut retrouver ce goût) mais heureusement j’ai envie de dire parce que désormais ce goût est associé à une souffrance à mes yeux !

En l’assaisonnant comme il faut, le cerveau est bien dérouté, car ce qui fait le goût ce sont les légumes, les épices et l’assaisonnement que vous allez choisir.

Par exemple, si vous aviez l’habitude de manger une omelette aux champignons et au jambon, en mode végétal elle pourrait littéralement vous bluffer si vous réutilisez des saveurs équivalentes comme les champignons que vous aimiez, du jambon végétal ou du tofu fumé, sans oublier les herbes aromatiques comme le persil, de l’ail, et pourquoi pas du fromage végétal ?!

Rien qu’en mettant juste que de l’ail et des herbes aromatiques, ça fait son petit effet. En faisant ma première omelette vegan j’ai compris que ce qui compte c’est l’assaisonnement et non l’ingrédient animal. Comme quand j’ai fait mon premier steak végétal. L’odeur des herbes de Provence enrobait l’atmosphère et me donnait l’impression de cuire un steak normal alors qu’il était aux haricots rouges !

Les omelettes vegans sont devenues mes amies

Si comme moi vous aviez mal au ventre après une bonne omelette bien baveuse, l’omelette vegan va peut-être vous changer la vie …. Les œufs me faisaient constamment des douleurs à l’estomac, surtout quand je les associais avec du fromage râpé, j’adorais ça, mais je souffrais à chaque fois après le repas ! Dorénavant c’est chose finie !

Je me régale d’omelettes végétales que je garnis avec des légumes du moment : poivron, champignon, épinard, ratatouille, blettes, courgette, courge ou tout simplement juste des herbes aromatiques…

Quels sont les ingrédients miracle pour remplacer les œufs ?

  • Les substituts d’œufs

En France, il existe des substituts d’œufs que l’on peut utiliser comme aide culinaire, notamment en pâtisserie (valpiform, Orgran) mais ils ne remplacent pas réellement les œufs, comme pour une omelette (que je sache) contrairement à cette marque aux US : VeganEgg qui a même été jusqu’à reproduire l’emballage !

Les avez-vous déjà testés ? Si oui n’hésitez pas à nous en parler en commentaire, ça nous intéresse d’avoir votre opinion !

  • La farine de pois chiche

Le pois chiche c’est un peu l’ingrédient miracle dans l’alimentation végétale. Il est riche en vitamines et minéraux: du fer, du magnésium, du potassium, des vitamines B, du cuivre, entre autres.

La farine de pois chiche est la farine parfaite au niveau texture et son goût unique est juste trop bon.

  • Le tofu soyeux

Le tofu soyeux vous ne connaissez pas ? C’est comme du tofu mais en beaucoup plus crémeux, un peu comme du fromage blanc. Le tofu est riche en protéines végétales et pauvre en matières grasses, peu calorique, riche en calcium.

Le tofu soyeux lui, va apporter le côté crémeux à l’omelette.

En utilisant de la farine de pois chiche et du tofu soyeux votre omelette vegan sera beaucoup plus consistante qu’avec des œufs mais également beaucoup plus nutritive et ceux sans la moindre trace de cholestérol que contiennent énormément les œufs.

Ici une omelette aux blettes sans tofu

Comment faire une omelette vegan parfaite ?

Pour faire une omelette vegan parfaite il n’y a pas de secret, il faut se lancer et tester selon ses préférences ! C’est comme les omelettes avec des œufs, selon si vous aimez qu’elles soient fermes ou plutôt baveuses (selon vos envies aussi).

La mienne ici est plutôt moelleuse. Je la fais comme je l’aime, mais je ne vous dirai pas qu’elle est parfaite c’est selon les goûts de chacun : omelette baveuse, épaisse, fine, ferme … Bref vous avez compris.

ASTUCE : Il est également possible d’utiliser du sel noir d’Himalaya appelé aussi Kala Namak, c’est un sel particulier qui a le goût et l’odeur de souffre et qui rappelle donc l’œuf. Son odeur unique est très surprenante.

Vous pouvez utiliser du tofu soyeux mais aussi du yaourt ou de la crème végétale en mélangeant des noix de cajou (environ 30 g) avec un peu d’eau pour obtenir une crème bien onctueuse.

Si vous n’avez que de la farine de pois chiche dans votre placard essayez et vous serez déjà bluffé avec seulement cet ingrédient, de l’ail et des herbes aromatiques.

Si vous aimez l’omelette baveuse et bien garnie c’est cette recette qu’il vous faut !

L’omelette est le plat parfait qui s’accommode toute l’année. En ce moment on est en plein automne, j’ai donc utilisé de la courge et les shiitakes pour cette omelette de saison.

À vous d’en mettre ou pas ou d’utiliser un autre légume de saison de votre choix.

Ingrédients pour une omelette vegan pour 2 personnes

omelette vegan

  • 100 g tofu soyeux
  • 50g de farine de pois chiche
  • 10 cl d’eau (ou lait végétal)
  • 50 g de champignons (ici shiitakés)
  • 100 g de chair de courge
  • 1 ail
  • 1 oignon
  • Persil frais
  • Sel
  • Poivre

Préparation de la garniture

omelette vegan

  1. Émincer l’ail et l’oignon.
  2. Les faire revenir dans de l’huile à la poêle.
  3. Couper les légumes en lamelles.
  4. Ajouter le tout à la poêle.
  5. Laisser mijoter quelques minutes.
  6. Ajouter le persil ciselé, le sel et le poivre.

Préparation et cuisson de l’omelette vegan

omelette vegan

  1. Dans un récipient, mélanger la farine de pois chiche et le tofu soyeux, ajouter l’eau au fur et à mesure tout en fouettant.
  2. Ajouter la garniture cuite et bien mélanger.
  3. Huiler une poêle, une fois chaude verser la préparation et bien la répartir dans la poêle de façon homogène.
  4. Laisser cuire sur feu moyen pendant 5-10 minutes jusqu’à ce que l’omelette soit cuite et selon si vous l’aimez plutôt “baveuse” ou plutôt bien cuite.
  5. Faire glisser l’omelette dans une assiette en rabattant la moitié de l’omelette sur l’autre moitié.

omelette vegan

J’espère que cette recette vous plaira. N’hésitez pas à partager votre avis, surtout si vous l’avez testée :-)

Faire son propre tofu maison ? Tiens, quelle drôle d’idée…  À première vue ça semble être un travail assez fastidieux et compliqué alors que ça parait si simple de l’acheter tout fait dans son magasin. Mais il existe plein de bonnes raisons pour faire son tofu maison que vous allez découvrir …

Que vous aimiez ou non le tofu cet article pourrait vous intéresser. Si vous adorez le tofu vous allez encore plus l’aimer. Si vous avez un a priori négatif que ce soit gustativement ou niveau santé, ça va peut-être ne plus être le cas ! Enfin je l’espère ;-)

Le tofu maison un des premiers DIY que j’ai réalisé avant même d’être vegan, même végétarienne. J’ai découvert le tofu dans un restaurant japonais. À l’époque les sushi bar étaient loin d’être à la mode. Dans le resto japonais où j’allais régulièrement, le cuisinier faisait tout à la plancha devant nous. La classe non ? Oui un cuisinier par table, c’est pas beau ça ? Ma passion du tofu a commencé là. Il faut dire que j’avais commencé par du haut de gamme et je ne comprenais pas cette vendetta anti tofu qui disait qu’il était soit sans goût soit mauvais.

Puis j’ai finalement compris en voulant me procurer cette petite merveille dans le commerce il y a une dizaine d’années. Le tofu était vendu sous vide, tout sec, caoutchouteux … bouuuh c’était juste immonde, je comprenais mieux.

Je me suis donc rabattue sur les magasins asiatiques qui avaient du tofu de meilleure qualité, mais ce n’était jamais aussi parfait que ceux que j’avais pu manger dans ce fameux resto japonais…

Aujourd’hui des années plus tard et avec le boom des magasins bio, la qualité des tofus vendus au rayon frais se rapproche grandement du souvenir de mon tofu parfait. Il existe plusieurs marques, plusieurs goûts, plusieurs façons de le faire et on peut très facilement trouver son bonheur.

Mais je dois dire qu’après avoir fait mon propre tofu maison ce fût encore tout autre chose… Me voilà enfin avec un produit de qualité. Et ça vaut bien de passer quelques heures en cuisine !

6 bonnes raisons de faire son tofu maison

Première raison : Tout d’abord, pour le plaisir et la fierté de réussir à faire du tofu fait maison. S’amuser à réaliser un produit qu’on ne pensait pas pouvoir faire alors qu’il n’y a rien de bien compliqué. Le tofu demande juste de la patience. Quand je cuisine j’aime bien mettre une petite musique d’ambiance et me concentrer uniquement sur ce que je suis en train de créer. C’est un bon moyen de découvrir la cuisine pleine conscience. La cuisine asiatique s’apparente à une cuisine zen et peut être vécue comme une méditation. C’est un peu le cas pour moi, une raison de plus qui fait que j’aime autant la cuisine asiatique :)

Deuxième raison : c’est moins cher. Si vous faites votre tofu vous-même, vous allez vite vous en rendre compte. Si vous êtes un grand consommateur de tofu, ça peut-être un plus. Bien évidemment, il faut avoir le temps de le faire !

Troisième raison : c’est meilleur. Et oui c’est toujours meilleur quand on le fait soi-même c’est bien connu, non ?  Vous allez me dire “pas toujours” peut-être haha.

Quatrième raison : Vous allez découvrir que le soja jaune permet de faire 3 produits différents : du lait (tonyu), du tofu et vous allez récupérer l’okara (pulpe de soja) ! Seulement celles et ceux qui ont fait du tofu savent ce que c’est ! En effet c’est un produit qu’on ne trouve pas sauf si on fait son propre tofu. Et quand on récupère pas loin de 1 kg d’okara en faisant du tofu on se dit qu’on a de quoi faire plein, plein d’autres recettes.

Cinquième raison : Vous pouvez donner au tofu le goût que vous souhaitez : fumé, curry, algue, tamari, etc… Laissez parler votre imagination.

Sixième raison : C’est bon pour la santé. Oui c’est dépourvu de cholestérol, riche en protéine végétale (bien plus riche en protéine que la protéine animale) mais il est également riche en fer, magnésium et omega 3. Alors pourquoi s’en priver ?

Mais le soja c’est le MAL ?

C’est pas bien ! Tout le monde le dit !

Mouais … Le problème c’est que quand tout le monde semble connaître une vérité il vaut mieux s’en méfier et se demander d’où elle vient. Si vous êtes inquiet au sujet du soja je vous conseil de lire cet article complet sur le sujet !

Allez dire au Pays du Soleil Levant que le soja c’est mauvais pour la santé… C’est la base de l’alimentation asiatique ! Et alors que ça fait des siècles qu’ils en consomment, nous on décide de diaboliser le soja … Ce n’est pas fabuleux ça ?

Mais il faut utiliser de bons produits : du soja bio français. Bien sûr pas du soja plein d’OGM qui vient des States et qui sert à gaver les animaux qui vont servir à nourrir les carnistes ;-) Là j’avoue que c’est une bombe à retardement. Mais on a de la chance, en France il existe de bons producteurs de soja bio qui peuvent nous garantir la qualité de leur produit.

Pourquoi un tofu maison est-il plus ou moins réussi ?

Quand on a pris le coup de main et l’habitude, en s’équipant de matériel qui facilite la tâche, ça change la vie, en tout cas moi ça m’a bien aidé… Il est possible de faire son tofu en faisant avec le matériel qu’on a déjà à la maison mais il est vrai que depuis que j’utilise un kit tofu, et un bon mixeur, pas besoin d’avoir un Vitamix non plus, moi j’utilise le Foodmatic Personal Mixer PM1000. Mon tofu est devenu maintenant beaucoup plus volumineux, j’en obtiens presque le double pour la même quantité de soja et il est aussi bien plus ferme.

L’okara aura une texture crémeuse, comme du fromage blanc, alors qu’avec un mixeur ordinaire, l’okara aura plus une texture de semoule.

Selon les recettes dans lesquelles on l’utilise ensuite ça change beaucoup au niveau de la texture. L’okara peut s’utiliser comme du tofu soyeux dans de nombreuses recettes (omelette, gâteau, flan, gratin, etc…). Mais attention le goût est assez prononcé parfois.

J’utilise des graines de soja non dépelliculées. Mais par contre il faut qu’elles soient dépelliculées pour faire du lait de soja sinon le lait risque d’être trop fort et imbuvable. Pour du tofu peu importe si le soja est dépelliculé ou non, par contre le goût sera plus prononcé pour l’okara.

J’utilise du nigari pour la coagulation du lait de soja. Il est possible d’utiliser du citron ou du vinaigre de cidre pour faire son tofu mais je trouve ça plus pratique avec le nigari. À vrai dire je n’ai jamais essayé autrement.

Vous pouvez très bien faire votre tofu sans boite mais avec une passoire, au risque qu’il ne soit pas bien ferme et qu’il ait une forme bizarre. Sinon prenez une boite tupperware et faites des petits trous. J’ai fait ça pendant longtemps.

Si vous n’avez pas de boite, emmaillotez le tofu dans une étamine et serrez-le bien. Mettez un poids dessus, du liquide va couler, il faut donc le mettre dans un récipient et le vider régulièrement. Avec la boite à tofu pas de souci le fond est ouvert et s’égoutte facilement en gardant sa forme parfaite.

Attention le soja jaune doit cuire car il est toxique cru. Donc le lait ne peut pas se faire minute comme tout autre lait végétal.

Avec 300 g de soja jaune, on peut obtenir environ :

  • 1 kg d’okara + 1,3 litre de lait

OU

  • 1 kg d’okara +  300 g de tofu

Matériel et ingrédients

tofu maison

  • 300 g soja jaune
  • 3 litres d’eau + eau pour le trempage
  • 1 cuillère à soupe de nigari (se trouve en magasin bio)
  • Boîte à tofu (on en trouve sur le net, sinon fabriquez-en une : prenez une boite tupperware et faites des trous au fond)
  • 1 étamine
  • 1 grande casserole
  • 1 passoire fine
  • Un poids

faire son Lait et son okara maison

tofu maison

  1. Faire tremper le soja pendant 24h. Les graines vont doubler de volume donc il faut mettre de l’eau en conséquence. Après trempage, rincer les graines de soja jaune.
  2. Mixer les graines avec un peu d’eau, utiliser une partie des 3 L d’eau. Vous devez obtenir une consistance crémeuse. La puissance du mixeur change beaucoup : plus le mixeur est puissant plus ça sera bien crémeux, moins il est puissant plus la consistance sera granuleuse, ce qui changera la consistance de l’okara également. (Edit cf. commentaire : Attention de ne pas trop mixer longtemps si vous utilisez un mixeur puissant sinon l’okara sera inexistante et impossible à filtrer)

tofu maison

  1. Une fois le soja jaune mixé, mélanger au reste d’eau dans une casserole. Mettre sur le feu pendant 30 min, mélanger constamment et ne pas le laisser sans surveillance ça déborde très facilement. Même en le surveillant il m’est arrivé que ça déborde avec une seconde d’inattention.
  2. Une fois cuit, prendre un grand saladier et filtrer à l’aide d’une passoire fine. Là vous avez d’un côté la pulpe de soja (okara) dans la passoire , et de l’autre le lait de soja (tonyu).

tofu maison

Vous pourriez très bien vous arrêter là. Mais bon pourquoi s’arrêter en si bon chemin alors que vous êtes à 2 doigts de réaliser le meilleur tofu de votre vie ;-)

Garder l’okara bien sûr. Vous devriez en avoir pour plus de 900 g ! Je vous conseille de le congeler pour une utilisation ultérieure.

 

Faire son tofu ferme maison

rice burger tofu

  1. Remettre le lait de soja que vous venez de filtrer sur le feu. Chauffer et arrêter avant ébullition.
  2. Hors feu ajouter 1 cuillère à soupe de nigari. Mélanger et laisser reposer le temps que le lait caille (ça va assez vite mais le laisser reposer pendant environ 20 à 30 minutes pour être sûr).tofu maison
  3. Mettre l’étamine dans la boite à tofu. Filtrer à l’aide d’une étamine, verser le tofu et serrer l’étamine, presser bien (vous n’avez pas besoin de conserver le liquide qui s’écoule de l’étamine).
  4. Fermer l’étamine et ajouter un poids. Laisser environ 2h voire plus (plus vous le laissez longtemps, plus il sera ferme). À la fin du pressage vous devriez avoir environ 300g de tofu.
  5. Mettre le tofu dans une boite en verre (ou plastique) couvrir d’eau et fermer la boite.
  6. Mettre au frigo. Consommer rapidement, en général il ne fait pas long feu :-)

tofu maison

Faire son tofu soyeux maison

Reprenez les étapes 1 et 2 du tofu ferme. Puis le faire s’égoutter dans une étamine + passoire sans le presser. Laissez le s’égoutter quelques heures ou une nuit au frigo.

tofu maison

J’espère que cet article vous aidera à vous lancer dans le tofu maison ! En attendant, voici mes recettes préférées à réaliser avec cet ingrédient. Je n’aime pas trop le transformer surtout quand on a passé du temps à le fabriquer. Simplement snacké c’est parfait pour se rendre compte de la qualité du produit ! Même si je craque totalement aussi sur les nuggets de tofu :)

Quelques recettes à base de tofu

comment cuisiner le tofu

 

Dans cet article, je propose 10 recettes de tofu nature ferme pour enfin aimer le tofu !

 

woktofu
Snacké comme dans ce wok de légumes aux shiitakes

tofu maison katsu
Pané à la japonaise avec cette recette de Tofu Katsu

tofu frit
Frit comme dans cette assiette aux saveurs japonaises

 

 

 

Avez-vous déjà pensé à fabriquer votre propre vinaigre de cidre ? Et oui, pourquoi acheter du vinaigre tout fait alors qu’il est si simple et économique de le faire soi même ?

N’aillez pas peur ce n’est pas du tout compliqué ! Je vais vous donner envie de faire votre propre vinaigre, en tout cas je l’espère. Moi ça m’a un peu changé la vie je dois dire… plus besoin d’en acheter, il y en a toujours à disposition…

C’est également l’occasion pour nous d’inaugurer une nouvelle section sur le blog : le DIY.

Une à deux fois par mois, le vendredi nous posterons un article spécial “DIY – Fait maison” pour partager avec vous des petites astuces pour faciliter notre quotidien.

On commence cette semaine par l’un de mes petits chouchous : le vinaigre de cidre.

Le vinaigre une histoire de famille

Dans ma famille on a toujours fait le vinaigre à la maison. Je pense que c’est un des rares DIY qui continue à perdurer de générations en générations en France. Ou tout du moins dont on a déjà vu ou entendu parler dans son entourage. Enfin si ce n’est pas le cas je suis là pour vous expliquer :-)

Le vinaigre de vin ou de cidre se fait de la même façon. C’est un peu la base de la fermentation, enfin en tout cas c’est la première que j’ai fait sans savoir que c’en était… Le kombucha, le kimchi, la lacto-fermentation, le réjuvélac sont d’autres fermentations plus ou moins connues selon d’où l’on vient.

Je viens justement de me lancer dans mon premier réjuvélac pour faire des fromages végétaux !

J’ai toujours vu un vinaigrier trainer chez mes grand-parents, mes parents, … mais il est vrai que je trouvais cela très acide. Quand j’ai découvert le vinaigre balsamique je ne jurais que par celui-ci, beaucoup plus subtile, et très intéressant au niveau gustatif. Mais impossible à faire à la maison … le drame.

Puis j’ai découvert le vinaigre de cidre. Le vinaigre de cidre est beaucoup plus doux. J’ai commencé à l’utiliser à la place du vinaigre de riz quand je faisais mon riz vinaigré. Puis à le mettre à peu près partout dès que j’avais besoin de vinaigre.

Le vinaigre de cidre est-il vegan ?

Cette question est légitime et se pose dès qu’on touche à l’alcool. Le label vegan n’est pas encore bien répandu pour les boissons alcoolisées. Si on commence à trouver des vins “vegan” en magasins bio, c’est encore assez difficile pour le cidre.

Donc effectivement, ce n’est pas toujours évident d’être sûr à 100% que son vinaigre de cidre est vegan. Je conseille donc d’acheter son cidre et sa première bouteille de vinaigre en magasin bio et de bien lire les étiquettes à défaut de trouver le logo vegan. C’est le mieux qu’on puisse faire à l’heure d’aujourd’hui.

Mais il y a clairement du progrès car j’ai dernièrement acheté une bouteille de vinaigre balsamique de Modène avec le logo vegan. On y arrive doucement mais sûrement :)

Saviez-vous que le vinaigre de cidre a de multiples possibilités ?

Le vinaigre de cidre est multitâche. En effet il ne s’utilise pas uniquement pour la cuisine mais également pour l’entretien de la maison et aussi pour la salle de bain.

vinaigre de cidre

Différentes utilisations du vinaigre de cidre

Dans la salle de bain

Etonnement, j’ai à la fois une bouteille de vinaigre de cidre dans ma cuisine, mais également une dans ma salle de bain ! Et oui c’est un peu un produit magique :)

Je l’utilise tout d’abord pour mes cheveux. C’est un excellent après-shampoing naturel mélangé avec quelques gouttes d’huiles essentielles et de l’eau. Je l’utilise régulièrement, c’est un vrai miracle, pas d’odeur de vinaigre surtout si on utilise avec des huiles essentielles (yang-ylang par exemple), il agit comme un démêlant et rend les cheveux doux et brillants.

Ensuite cet été, il m’a sauvé plusieurs fois. Il est bon pour la peau et apaise en cas de coup de soleil, piqures, acné, démangeaisons … Comme j’ai fait une croix sur tous les produits anti-moustiques ou après-soleil, j’utilise désormais le vinaigre de cidre à la place et c’est encore plus efficace !

Et pour finir, je l’utilise également comme bain de bouche, en alternance avec le bicarbonate. Il élimine les bactéries.

Pour la maison

Si vous aussi vous voulez tirer un trait sur tous les produits toxiques qu’on vous vend pour nettoyer votre intérieur, qui ne fonctionnent pas et qui sont nocifs, testez le vinaigre de cidre !

Mélangé avec du bicarbonate il nettoie de façon écologique votre intérieur. Il m’est arrivé de ravoir des tâches de curcuma indélébile avec ! (Et si vous avez déjà eu des tâches de curcuma frais vous savez de quoi je parle …)

Pour le corps

Un petit coup de froid ? Retour aux remèdes de grand-mère. Le vinaigre de cidre a des vertus thérapeutiques diverses. Il est anti-bactérien, anti-infectieux et très riche en minéraux !

On l’utilise également pour faciliter la digestion en l’associant aux aliments, car il alcalinise le corps.

En cuisine

Je l’utilise pour assaisonner quasiment toutes mes salades de crudités, ça permet d’acidifier légèrement sans que cela soit trop fort comme le vinaigre de vin. On peut également l’utiliser dans les marinades ou pour la lacto-fermentation.

C’est également devenu l’allié de nos desserts ! Nous l’utilisons pour remplacer les œufs afin de faciliter la levée de la pâte ou d’un gâteau lorsqu’on l’associe à la poudre à lever !

On peut aussi diluer un peu de vinaigre de cidre dans de l’eau, ça en fait une excellente boisson rafraîchissante.

Bon alors on s’y met ? ;-)

Il n’y a rien de plus simple à faire son propre vinaigre de cidre, ça ne demande qu’une qualité … la patience.

vinaigre de cidre

DIY : FABRIQUER SON VINAIGRE DE CIDRE

Ustensiles

  • Vinaigrier en grès ou bocal en verre (surtout pas en métal, ni en plastique)
  • Petit entonnoir
  • Petit bouteille (sinon garder la bouteille de vinaigre)

Ingrédients

  • 1 bouteille de 50 cl de vinaigre de cidre bio
  • 1 bouteille de cidre brut bio

Pas besoin d’avoir une mère de vinaigre pour faire du vinaigre, souvent c’est à cause de ce manque que l’on ne se lance pas !

Comme vous le voyez, peu d’ingrédients sont nécessaires pour faire du vinaigre : il faut juste du vinaigre bio et du cidre bio.

Oui j’insiste sur le bio. Pourquoi faire un vinaigre plein de pesticides après tout ? Et il faut que le vinaigre soit non pasteurisé. Car si le PH n’est pas idéal la fermentation sera plus problématique voire impossible.

La qualité du vinaigre dépendra forcément des produits que vous allez utiliser. Il est certain que tous les bienfaits énumérés plus haut seraient réduits à néant aussi. C’est vous qui voyait. Mais le but est d’avoir un bon produit qui puisse fermenter dans les meilleures conditions sans ratage, tout en aillant ses bonnes propriétés originelles qui restent intactes.

Préparation du vinaigre de cidre

Verser 1/3 de vinaigre pour 2/3 de cidre dans votre vinaigrier ou votre bocal en verre. Reposer le couvercle sur votre vinaigrier ou une gaz stérile fermée d’un élastique si vous utilisez un bocal. Si vous utilisez un contenant transparent mettez-le à l’abri de la lumière.

Maintenant il faut attendre…

Selon la température ambiante, le vinaigre se fera plus ou moins vite. Au contact de l’air, une mère va se former à la surface. Ça prendra quelques semaines en été, plus d’un mois en hiver. Une fois la mère créée ajouter du cidre et attendre 2-3 semaines pour que le vinaigre se forme. Je n’ai jamais vraiment compté mais c’est assez rapide quand même.

vinaigre de cidre

 

J’ai sorti la mère du vinaigrier pour vous montrer la bête ;-)

Faire son vinaigre de cidre à partir de la mère

Il est possible de faire son vinaigre à partir de la mère mais cette mère n’est pas forcément facile à trouver à moins de connaître quelqu’un qui fait son vinaigre de cidre et qui aura la bonté de vous en donner un morceau.

Si vous avez une mère, il suffit de reprendre les étapes précédentes à partir de la formation de la mère.

Une fois que le vinaigre est prêt, remplir une bouteille en verre à l’aide d’un petit entonnoir. Pourquoi pas utiliser la bouteille vide de votre vinaigre que vous avez achetée pour faire votre vinaigre à la base.

Puis rajouter du cidre dans votre vinaigrier, environ 1/2 bouteille (ou environ ce que vous venez de prendre). Pendant le temps où vous allez vous servir de votre petite bouteille de vinaigre, le vinaigre aura le temps de se recréer dans votre vinaigrier.

vinaigre de cidre

Étant donné qu’il n’est pas pasteurisé, ne vous inquiétez pas, votre vinaigre sera trouble, signe de bonne qualité contrairement à ceux vendus en supermarché ! Une mère peut commencer à se développer dans le fond de votre bouteille comme en témoigne la photo ci-dessus. Pas d’inquiétude c’est normal.

Avez-vous déjà fait de la fermentation ?! N’hésitez pas à me faire partager vos expériences en tout cas !

 

 

Vous avez envie d’un burger vegan ? Mais vous n’avez pas de buns ? Aujourd’hui j’avais envie de vous faire partager ma recette de petits pains à burger faciles à faire : les buns vegan, mais cela prend un peu de temps j’avoue.

Il faut le temps que la pâte gonfle donc il faut s’y prendre à l’avance. Le plus simple étant de faire plein de buns vegan à l’avance et de les congeler, ensuite en cas d’envie de burger c’est super rapide à faire.

Les buns vendus dans le commerce ne sont pas toujours vegan surtout ceux vendus en supermarché ! Il y a des oeufs, du lactose et des produits inexpliqués, tel que le mono et diglycérides d’acides gras que les fabricants disent soi disant végétal, alors qu’avec une recherche un peu approfondie on se rend compte que c’est du gras d’origine animale !

Dans les magasins bio, on peut trouver facilement des buns qui semble vegan à lire les étiquettes… Il y en a même qui ont le logo vegan mais je ne suis pas vraiment convaincue par la qualité de ses petits buns très friables, après ça reste pratique quand on a pas le temps, au moins si vous les faites vous même vous savez ce qu’il y a dedans.

RECETTE DES BUNS VEGAN

buns vegan
Ingrédients pour 6 buns vegan
  • 300 g de farine T65
  • 1 cuillère à soupe de graines de lin (ou de chia) + 3 cuillères à soupe d’eau tiède
  • 2 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • 5 g de levure de boulanger déhshydratée
  • 15 cl d’eau tiède (ou lait végétal)
  • 1 cuillère à café de sel
  • 1 cuillère à café de sucre
  • Graines au choix (facultatif)
Préparation des buns vegan

Moudre les graines de lin au mortier ou au mini hachoir, mélanger avec les 3 cuillères à soupe d’eau tiède. Laisser reposer 15 minutes, ça va avoir une consistance gélatineuse comme du blanc d’œuf.

buns vegan

Mélanger dans un saladier la moitié de la quantité de farine avec la levure, le sel et le sucre.

Ajouter les 15 cl d’eau ainsi que le mélange graines de lin + eau et l’huile d’olive. Mélanger à l’aide d’une cuillère (ou d’une spatule).

Ajouter le reste de farine puis pétrir avec les mains pour former une boule homogène.

buns vegan

Remettre la boule dans le saladier et couvrir d’un linge humide.
Allumer le four sur T1 (30°), éteindre quand c’est chaud, mettre le saladier dans le four pendant 1h30 minimum. La pâte va mieux gonfler ainsi.

buns vegan

Au bout des 1h30, la pâte a énormément gonflé ;-)

Pétrir à nouveau la pâte et la diviser en 6 part égales, former les pâtons et les déposer sur une plaque allant au four. Laisser reposer 1/4 d’heure sous un linge.

buns vegan

Bouler les pâtons une dernière fois.

Si vous le souhaitez c’est le moment d’ajouter des graines sur les buns : humidifier légèrement le buns avec de l’eau à l’aide d’un pinceau, ensuite mettre des graines de votre choix dans une coupelle. Presser chaque petit pâton humidifié dans les graines. Répéter l’opération avec chaque buns puis disposer sur la plaque du four en espaçant suffisamment chaque buns car ils vont bien gonfler !

buns vegan
Couvrir d’un linge et laisser reposer au moins 1/2 heure. Les pâtons vont doubler de volume comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessous !

buns vegan

Chauffer le four sur T7 (210°), mettre une coupelle d’eau pour que le four soit dans une atmosphère humide. Enfourner les buns 10 minutes environ.
Une fois qu’ils sont cuits, les sortir et les laisser refroidir sur une grille.

buns vegan

Voilà, il n’y a plus qu’à les couper en deux et les garnir.

Vous pouvez aussi les congeler pour une utilisation ultérieure, il suffira la prochaine fois de les décongeler à basse température dans le four T3 (ou 90°) maximum, ils ne doivent pas durcir :-)

En manque d’idée ? Pourquoi ne pas essayer ce Burger de seitan bien épicé ou ce Burger en mode provençal aux courgettes grillées ;-)

 

 

Pourquoi acheter de la sauce tomate alors qu’elle est si simple et rapide à faire ?

Après si on mange de saison, il suffit de faire des bocaux ou des conserves à l’avance. C’est d’ailleurs le moment d’en faire, il y a encore plein de tomates et elles sont censées être encore là jusqu’au début de l’automne, tout dépend d’où vous habitez.

J’adore la sauce tomate surtout celle maison, bien fruitée, douce et pas amère. Elle s’utilise à toute les sauces (haha), dans les pâtes, en base de pizza, dans les fajitas/burritos, dans les plats indiens etc… De quoi faire une overdose de tomates :-)

Allez sur les marchés, surveiller les tomates second choix, en pleine saison, on peut en trouver à très bon prix.

sauce tomate

Les fins de marché peuvent aussi être intéressantes pour récupérer les tomates “moches” qui seront parfaites pour faire une sauce.

Ingrédients pour la sauce tomate
  • 1 kg de tomates
  • 1 oignon
  • 1 ail
  • 1 à 2 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • Herbes de Provence (romarin,thym, laurier, origan) fraîches ou sèches
  • Au choix : basilic, menthe, coriandre, persil, estragon
  • Sel
  • Mélange de baies
Préparation de la sauce tomate

Émincer l’oignon et l’ail.
Faire chauffer l’huile d’olive dans une casserole (ou une sauteuse).
Faire revenir l’ail et l’oignon sur feu doux.

Couper les tomates en morceaux (pas besoin d’éplucher si elles sont bio)
Ajouter dans la casserole.
Faire mijoter avec les herbes de Provence pendant 20 à 30 minutes.
Ajouter un sucre si les tomates sont amères et pas de saison ^^

Pour une sauce classique : Retirer le bouquet garni et mixer le tout

Pour une sauce aux herbes : Retirer le bouquet garni et ajouter les herbes aromatiques fraîches aux choix selon la sauce que l’on veut réaliser

Ou vous pouvez faire plusieurs variantes en choisissant différentes herbes pour chaque bocal !

Voilà c’est prêt, vous pouvez l’utiliser tout de suite ! ;-)

Ou sinon pour faire des conserves, il faut verser la préparation dans un bocal stérilisé (qui a été ébouillanté pendant 10 minutes), fermer et puis retourner immédiatement le bocal pour que l’air se stérilise à l’intérieur. Laisser refroidir.