Tenté par un jus vert booster d’énergie pour bien démarrer la journée ? Ces derniers temps je carbure à ça pour être en forme !

Aujourd’hui, c’est “jour de marché”, les légumes d’automne se fondent de plus en plus dans la masse, ça y est l’automne est arrivé, enfin paraît-il …

Ici c’est la cohabitation entre les légumes d’été et ceux d’automne ! Donc il commence à y avoir beaucoup de choix niveau légumes verts feuillus : fanes de radis, fanes de radis noirs, fanes de carottes, menthe, pourpier, laitue, batavia, salade chicorée … Que choisir ?! De quoi se faire une bonne cure de smoothie avec plein de nutriments riches en antioxydant, en fer, en magnésium, en vitamines et en fibres !

marchéUn “smoothie vert” c’est normalement : 60 % de fruits et 40% de légumes verts feuillus, ouais… enfin ça c’est selon les puristes ! Personnellement je ne me prends pas la tête avec les calculs. Le choix des fruits et les légumes c’est selon ce qui me passe sous la main et je mets le tout dans le blender et… : je mixe, je goûte, je rajoute de la verdure, je mixe, je goûte, je rajoute de la verdure… Oui, ça peut durer longtemps comme ça ! :-)

Recette du jus vert


Ingrédients pour mon smoothie du jour

  • 1 banane
  • 1 poire
  • Les fanes de 3 radis noirs
  • Salade chicorée
  • Un peu de pourpier
  • Un peu de menthe
  • Lait végétal ou eau

Il suffit de mettre le tout au blender : en premier le liquide, ensuite les fruits, puis la verdure. Goûter et ajuster selon, si c’est trop amer ajouter un fruit, ou trop sucré ajouter de le verdure.

Et voilà y’a plus qu’à boire. Ça a bien fait son petit effet en tout cas, ça m’a bien boostée pour la journée !!
 

Le jus vert = une boisson santé

Le smoothie vert ou le jus vert a d’énorme bienfaits. C’est un puissant détoxifiant qui assure l’équilibre du corps grâce à l’apport de toutes les vitamines dont il a besoin.

Il est préférable de le consommer à jeun pour ne pas perturber la digestion.

Le smoothie vert est un bon moyen d’augmenter sa consommation de fruits et de légumes, ces derniers sont très alcalinisants ce qui permet de rééquilibrer le corps surtout quand on se nourrit de beaucoup d’aliments acidifiants (protéines animales, produits raffinés, les aliments industriels, mais aussi les céréales et légumineuses) qui sont à l’origine des problèmes de santé.

La différence entre un jus et un smoothie ?

Un jus se fait à l’extracteur, celui-ci va séparer les solides et les liquides, d’un côté les fibres insolubles que l’on ne consomment pas et de l’autre le jus et les fibres solubles, ce qui permet de conserver toutes les vitamines et les enzymes tout en demandant un minimum d’effort de digestion à l’organisme. Les nutriments agissent immédiatement, c’est un concentré d’énergie, idéal pour être booster, mieux que le café et meilleur pour la santé !

Retrouvez ici mon top 3 des jus detox d’hiver.

Ne pas confondre l’extracteur avec la centrifugeuse, celle-ci va chauffer et détruire une partie des enzymes et des vitamines. Il est donc préférable de faire un smoothie si on a pas d’extracteur.

Le smoothie se faisant au blender, les fibres ne sont pas séparées, et la digestion est beaucoup plus longue. Il doit être mâché et bu lentement pour assurer une bonne digestion et qu’il ne tombe pas d’un coup dans l’estomac. Le smoothie est bien plus rassasiant qu’un jus étant donné sa richesse en fibre.

La consommation des jus est préférable pour une personne qui consomme déjà beaucoup de légumes surtout crus, tandis que les smoothies sont plutôt recommandés pour une personne qui en consomme peu. L’idéal étant de consommer les deux !

La première fois que j’ai entendu parlé du “jus vert”, c’était dans la série Nip/Tuck haha ! À l’époque je me disais que je ne me voyais pas manger de l’herbe à chat ! Je n’ai toujours pas essayé le jus d’herbe comme faisait Christian Troy, mais le smoothie aux fanes de légumes est un bon début ^^

 

 

Bienvenue sur Vegan freestyle ! Si tu viens de découvrir le blog, tu recherches sûrement de l'inspiration pour tes repas au quotidien. Je te propose de recevoir "30 Jours Vegan" avec  4 Ebooks offert "1 semaine de Meal Plan" : clique ici pour les recevoir !

La socca, vous connaissez ? Vous avez déjà pensé à la faire vous même, histoire de faire perdurer un peu plus longtemps vos vacances sur la Côte d’Azur ? Si vous ne connaissez pas encore ce plat naturellement végétalien, tentez l’expérience, c’est un délice.

Pour celles et ceux qui n’ont jamais entendu parler de la socca, c’est une grande galette assez fine qui est croustillante et moelleuse à l’intérieur. On l’assaisonne de poivre au moment de servir. C’est une spécialité niçoise qui se mange traditionnellement à l’apéro et on la trouve facilement dans le Vieux-Nice. Mais à l’origine elle vient de Ligurie. En Italie, dans les restaurants, elle se trouve sous le nom de farinata.

C’est un plat super rapide à faire, c’est juste de la farine de pois chiche avec de l’eau, du sel et de l’huile d’olive ! Pendant longtemps je n’ai même pas pensé que je pouvais la faire à la maison, comme si c’était impensable de la déguster en dehors du Vieux-Nice, et surtout qu’on ne pouvait la faire cuire uniquement au feu de bois dans un four à pizza et dans une grande plaque en cuivre !

Puis un jour je me suis lancée, pas facile de trouver les bonnes doses selon la poêle que l’on a, la socca ne doit pas être trop fine sinon elle ressemblera à une crêpe, et ni trop épaisse sinon elle ressemblera à une omelette végétale !

Recette de la socca traditionnelle

Ingrédients 

  • Farine de pois chiche
  • Eau
  • Huile d’olive
  • Sel
  • Poivre
Quantité pour 2 personnes environ

Je la fais dans une poêle de 22cm.
J’utilise : 100g de farine, 20 cl d’eau, 2 cuillères à soupe d’huile et une pincée de sel.

Quantité pour 4 personnes environ

Je la fais dans un plat à pizza de 30 cm.
J’utilise : 200 g de farine et 40 cl d’eau, 4 cuillères à soupe d’huile, et 2 pincée de sel.

Les quantités par personnes sont subjectives, mais c’est pour donner une idée…

Après le goût de la socca va aussi dépendre de la qualité de la farine. Avant je la prenais au supermarché sous la marque : “il Molino Chiavazza : Farina di cecci”, puis j’ai découvert la farine de pois chiche bio que l’on trouve dans les magasins bio ou rayon bio des supermarchés (si vous avez de la chance), et depuis je n’aime que la bio qui est vraiment meilleure, moins chère et made in France en plus !

Je ne suis pas sûr que la marque italienne se trouve en supermarché si on n’est pas de la région de toute façon.

Préparation

Mettre dans un saladier la farine de pois chiche, le sel, l’huile et l’eau, puis mélanger avec un fouet. La consistance doit être plus liquide que celle d’une crêpe.
Prendre une poêle (ou un plat à pizza) et y mettre entre 2 et 4 cuillères à soupe d’huile d’olive (ne pas avoir peur d’en mettre beaucoup).

Cuisson

Pour une cuisson à la poêle
Faire chauffer la poêle, quand elle est chaude, verser l’appareil à socca. Répartir de manière homogène en tournant la poêle. La préparation va se mélanger avec l’huile de façon irrégulière. Laisser cuire à couvert sur feu moyen-fort jusqu’à ce que vous puissiez retourner la socca sans qu’elle se casse. La cuisson est d’environ environ 5 minutes de chaque côté. Normalement une socca est croustillante mais moelleuse à l’intérieur.

Pour une cuisson au four (c’est plus simple, il n’y a pas besoin de la retourner)
Faire chauffer le plat avec l’huile jusqu’à ce que l’huile soit chaude, c’est très rapide mais il faut faire très attention, surveiller en permanence car ça peut être dangereux, il ne faut pas qu’il y ait plein de fumée. Sortir le plat du four, verser l’appareil à socca et répartir la pâte de manière homogène. La préparation va se mélanger avec l’huile de façon irrégulière, c’est normal. Enfourner à 210°C (Th. 7) pendant 10 à 15 minutes selon le four et retirer la socca lorsqu’elle est croustillante. De façon traditionnelle, la socca est cuite dans un four à pizza à 300°-500° en quelques minutes, ici ça prendra plus de temps.

Voilà il n’y a plus qu’à découper en portion !

socca

 

La socca en mode revisitée

En cuisine je m’ennuie assez vite si je mange toujours un plat de la même manière, et puis je ne peux m’empêcher de vouloir tout revisiter, histoire de varier les plaisirs. J’ai donc décidé d’ajouter des ingrédients afin qu’elle soit moins monotone ! En fait on peut y mettre absolument tout ce que l’on souhaite !

Pour ma part, j’ai essayé avec tous les ingrédients ci-dessous, il suffit juste de les ajouter à la préparation de base, et suivre les mêmes étapes que précédemment.

J’adore la socca et je n’aime pas jeter, voilà comment est née cette version aux fanes de carottes. Ensuite ça m’a donné de l’inspiration pour d’autres variantes : à découvrir ci -dessous ;-)

Socca aux fânes de carottes

socca

 

Socca aux feuilles de blettes

socca

Socca aux fânes de betteraves

socca

Socca aux poivrons rouges

socca

Socca à la ratatouille

socca

Socca aux oignons

socca

Socca aux herbes de Provence

socca

 Et vous, avez-vous déjà fait une socca ? Plutôt en apéro ou en plat ? Quelle variante préférez-vous ?

Plus de recettes d’apéro ? Découvrez notre ebook Chill Vegan avec 70 recettes !

Chill Apero Vegan

Cliquez ici pour découvrir les apéros 

 

Vous cherchez une recette simple et facile ? Essayez les rouleaux de printemps. Il suffit d’une feuille de riz et on met ce que l’on veut dedans ! On peut en manger toute l’année selon les fruits et légumes de saison.

Aujourd’hui, j’avais envie de faire des rouleaux de printemps mais je ne savais pas à quoi, je ne mange jamais les mêmes rouleaux, ça m’ennuie.
J’aime bien tester à chaque fois de nouvelles saveurs. J’avais mon petit melon et des figues que je pensais faire en mode salade, mais pourquoi ne pas les faire en rouleaux de printemps après tout.

Depuis que je fais des rouleaux de printemps vegan, j’ai naturellement remplacé les vermicelles de riz par des légumes râpés. Ici il n’y a pas de feuille de salade non plus, normalement j’en mets toujours une dans le rouleau, mais cette semaine il n’y avait pas de salade au marché donc je m’adapte !

Mais j’ai plein d’herbes : roquette, basilic, menthe ! Et voilà comment mes rouleaux de printemps aux fruits d’été et aux herbes sont nés ! J’y ai ajouté des carottes râpées, j’aurais pu mettre de la betterave crue râpée aussi mais je n’en avais plus non plus ! Dommage ça aurait fait de jolies couleurs…

Ces rouleaux de printemps vegan sont bien loin de la recette vietnamienne traditionnelle mais testez-les, vous serez surpris !

Recette des rouleaux de printemps aux fruits d’été

Ingrédients pour 2 personnes 
  • Un petit melon
  • 4 figues
  • 4 petites carottes râpées
  • 16 feuilles de riz (18 cm)
  • Herbes aromatiques : Roquette, basilic, menthe

 

Sauce pour les rouleaux de printemp
  • 1 petit piment
  • 2 cuillères à soupe sauce soja shoyu
  • 1 cuillère à soupe de jus de citron
  • 1 morceau de gingembre frais ou 1 cuillère à café en poudre
  • 5 cuillères à soupe d’eau
  • Un peu de sucre (facultatif)

 

Couper le melon en bâtonnet.
Râper les carottes.
Couper les figues en 8.
Laver et effeuiller les herbes.

 

ingrédients Rouleaux de printemps

 

Faire chauffer de l’eau dans une poêle de la taille des feuilles de riz, mais pas trop chaude, on doit supporter de mettre les doigts dedans !

Mettre une feuille dans l’eau pendant 5-10 secondes, puis bien égoutter et mettre sur une assiette.
Installer les ingrédients sur la feuille de riz : herbes au choix, 1 bonne cuillère à soupe de carotte râpée, 2 morceaux de melon en bâtonnet, 2 morceaux de figue, puis rouler le tout. Je préfère utiliser des feuilles de riz de petite taille ça évite d’en mettre partout quand on croque dedans à la première bouchée.

Trucs & astuces

Comment rouler les rouleaux de printemps ?

Mouiller la feuille de riz dans de l’eau légèrement chaude, égoutter et mettre dans une assiette.
Installer les ingrédients sur la partie basse de la feuille (près de soi).
Rabattre la feuille du bas en commençant à rouler les ingrédients en serrant légèrement.
Puis rabattre la feuille à gauche et droite vers le centre.
Continuer à rouler le bas vers le haut en serrant, mais pas trop pour ne pas que la feuille se casse.
La feuille va coller (si elle ne colle pas assez c’est qu’elle est trop mouillée, on peut aussi l’égoutter sur un linge propre ou un essui-tout au début avant de mettre les ingrédients).

Voilà, mettre un peu au frigo, c’est bon bien frais, surtout quand il fait chaud ! Ce plat est bien nourrissant contrairement à ce que l’on pourrait croire ! La prochaine fois il faudrait que j’essaie avec une sauce aux notes de noisette, avec des oléagineux et/ou de l’huile de noix ou noisette à rajouter dans la sauce…

 

 

 

Aujourd’hui ça sera les betteraves à l’honneur, avec un carpaccio de betteraves, de la mangue et des haricots mungo que je fais germer moi-même.

Quand on a envie de fraîcheur, les crudités sont idéales, et pleines de vertus. Cet été, j’étais limite en mode raw à 80%, il a fait tellement chaud et il fait toujours super bon d’ailleurs !

Je me demande vraiment si l’automne va arriver un jour dans le sud…  J’aime bien faire travailler mon imagination pour présenter les crudités, histoire que ce soit un minimum soigné…

carpaccio de betteravesBetteraves (chiogga, jaune et rouge)

Recette du carpaccio de betteraves

Ingrédients pour deux personnes
  • 2 petites betteraves crues (chiogga et rouge ici)
  • 2 poignées d’haricots mungo
  • 1 mangue
  • Basilic
  • Gomasio
  • Graines de lin
  • Graines de tournesol

Personnellement je n’épluche pas les betteraves, je les nettoie bien, je retire les racines, vu qu’elles sont bio tout se mange. Même les tiges et les feuilles de betteraves se mangent, bien sûr, telles quelles en salade, ou cuites avec des céréales, en omelette (vegan), en crêpe, ou comme farce (nems, légumes, …), etc…
Couper les betteraves en fines tranches à la mandoline, ou au couteau mais c’est plus long.
Éplucher la mangue, trancher chaque face jusqu’au noyau, puis couper en petits dés.
Les graines germées de haricots mungo sont faites maison, tellement pratique. Sinon on en trouve facilement en magasin bio.

 

Vinaigrette
  • Agrumes au choix (ici : kumquat, citron)
  • 2 cuillère à soupe de vinaigre de cidre (ou autre vinaigre parfumé)
  • 1 cuillère à soupe de sauce soja shoyu
  • 1 cuillère à soupe d’huile d’olive
  • Mélange de baies (ou poivre)

J’aime bien utliser du jus d’agrumes pour parfumer les crudités, ça permet aussi de limiter la quantité d’huile.
J’utilise souvent, voire tout le temps, de la sauce soja à la place du sel dans les crudités, ça permet de limiter la consommation de sel et ça donne une touche originale.
Le vinaigre de cidre est homemade.
J’utilise toujours un mélange de différentes baies et poivres (que je préfère au “poivre normal”) pour parfumer les plats .

 

Dressage du carpaccio de betteraves

Disposer les betteraves en rosace en alternant les couleurs.
Installer la mangue au centre.
Déposer les haricots mungo, les graines de lin et de tournesol, le gomasio.
Ciseler du basilic et poser dessus.
Arroser de vinaigrette.

Voilà un plat rempli de vitamines et minéraux ! Il n’y a plus qu’à dévorer !

 

 

Pourquoi acheter de la sauce tomate alors qu’elle est si simple et rapide à faire ?

Après si on mange de saison, il suffit de faire des bocaux ou des conserves à l’avance. C’est d’ailleurs le moment d’en faire, il y a encore plein de tomates et elles sont censées être encore là jusqu’au début de l’automne, tout dépend d’où vous habitez.

J’adore la sauce tomate surtout celle maison, bien fruitée, douce et pas amère. Elle s’utilise à toute les sauces (haha), dans les pâtes, en base de pizza, dans les fajitas/burritos, dans les plats indiens etc… De quoi faire une overdose de tomates :-)

Allez sur les marchés, surveiller les tomates second choix, en pleine saison, on peut en trouver à très bon prix.

sauce tomate

Les fins de marché peuvent aussi être intéressantes pour récupérer les tomates “moches” qui seront parfaites pour faire une sauce.

Ingrédients pour la sauce tomate
  • 1 kg de tomates
  • 1 oignon
  • 1 ail
  • 1 à 2 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • Herbes de Provence (romarin,thym, laurier, origan) fraîches ou sèches
  • Au choix : basilic, menthe, coriandre, persil, estragon
  • Sel
  • Mélange de baies
Préparation de la sauce tomate

Émincer l’oignon et l’ail.
Faire chauffer l’huile d’olive dans une casserole (ou une sauteuse).
Faire revenir l’ail et l’oignon sur feu doux.

Couper les tomates en morceaux (pas besoin d’éplucher si elles sont bio)
Ajouter dans la casserole.
Faire mijoter avec les herbes de Provence pendant 20 à 30 minutes.
Ajouter un sucre si les tomates sont amères et pas de saison ^^

Pour une sauce classique : Retirer le bouquet garni et mixer le tout

Pour une sauce aux herbes : Retirer le bouquet garni et ajouter les herbes aromatiques fraîches aux choix selon la sauce que l’on veut réaliser

Ou vous pouvez faire plusieurs variantes en choisissant différentes herbes pour chaque bocal !

Voilà c’est prêt, vous pouvez l’utiliser tout de suite ! ;-)

Ou sinon pour faire des conserves, il faut verser la préparation dans un bocal stérilisé (qui a été ébouillanté pendant 10 minutes), fermer et puis retourner immédiatement le bocal pour que l’air se stérilise à l’intérieur. Laisser refroidir.

 

 

Avez-vous déjà tenté de faire vous-même votre glace vegan ? Même si ça se démocratise de plus en plus chez certains glaciers, ce n’est pas toujours évident de trouver une bonne glace vegan. Alors quoi de plus simple que de la fabriquer soi-même ?

La première fois que j’ai goûté de la glace vegan, ça m’a rappelé cette fabuleuse glace minute que j’avais mangée une fois dans un restaurant où j’avais pris un menu moléculaire.

Le dessert était une glace réalisée avec de l’azote liquide que le serveur nous a préparé à table devant tout le monde. Cela consistait à prendre une purée de fruit frais, là en l’occurence c’était de la mangue, et ensuite de la fouetter énergiquement dans un saladier avec de l’azote liquide qui est à très basse température. La glace était prête en 2 minutes !

Ici le principe est le même sauf que là nous allons devoir congeler les fruits et les mixer, mais niveau goût c’est très ressemblant même si on a pas d’azote liquide. Si vous avez déjà testé vous verrez !

Le sorbet est-il toujours une glace vegan?

Souvent on pense qu’un sorbet est forcément vegan alors qu’on peut y trouver des ingrédients d’origine animale, comme du lait, du blanc d’œuf ou de la gélatine.
En Amérique du Nord on appelle cela des “sherbet”.

Cela faisait longtemps que je voulais faire des glaces maison, mais je n’ai pas de sorbetière. Du coup j’avais tenté d’en faire sans sorbetière, ouais… C’était pas mal mais ça ressemblait plus à un granité on va dire…

Il m’a fallu devenir vegan pour découvrir l’alimentation crue et donc forcément la glace vegan crue qui est un pur délice et en plus super simple à faire !

En gros, il suffit de congeler un fruit frais et ensuite de le mixer, et voilà la glace est prête ! C’est cru donc c’est vivant, nourrissant et plein de vitamines, pas besoin d’ajouter de sucre, ni de lait, et elles sont sans additif, sans colorant ou autres produits chimiques.

DIY Glace Vegan

Matériel nécessaire :

  • Sac congélation ou boite tupperware.
  • Un mixer à 2 lames (ou autre, mais ça me semble le plus simple)


Quelques recettes simples de glace vegan

glace vegan

Les fruits style banane, avocat ou mangue sont les fruits de bases à utiliser pour avoir une texture qui ressemble à une glace onctueuse, après il suffit d‘ajouter les ingrédients de votre choix.

Pour une glace vegan à la banane

  • Couper une banane (ou plusieurs bananes) en morceaux et congeler le tout 2h au moins.
  • Mixer les bananes congelées jusqu’à ce qu’elles soient homogènes.
  • Mettre dans un récipient et déguster immédiatement.

Vous verrez comme c’est surprenant rien qu’avec cette recette de base !

Glace banane vegan

Pour une glace vegan au chocolat

  • Mixer 2-3 bananes préalablement congelées
  • Ajouter du cacao en poudre “cru” (ou pas cru, tout dépend si vous voulez que ça soit 100% cru),
  • Vous pouvez ajouter des pépites ou des petits morceaux de chocolat, ainsi que de la coco râpée ou des noix de pécan écrasées pour un résultat plus gourmand.

Pour un sorbet vegan à la fraise

  • Congeler 1 à 2 bananes avec des fraises et mixer ensuite.
  • Ajouter éventuellement de la vanille, du citron ou même des herbes aromatiques, comme le basilic ou la menthe, c’est très bon avec la fraise.

Pour varier les plaisirs, il suffit de remplacer les fraises par un autre fruit.

Pour une version avec des fruits oléagineux

  • Mixer séparément au choix : des noix de cajou, des noix de pécan, des noisettes ou des amandes afin d’obtenir une purée végétale, sinon il en existe des toutes prêtes vendues en magasin bio.
  • Mixer 2 bananes congelées.
  • Ajouter 2 cuillères à soupe de purée d’oléagineux.
  • Ajouter éventuellement chocolat en morceaux ou cacao cru en poudre, avec des oléagineux entiers ou écrasés.

Si vous trouvez que la glace n’est pas assez sucrée, il est possible d’ajouter du sirop d’agave, du sucre coco, des dattes (à mixer avec la préparation), du sucre de canne, …

Il est possible aussi d’y ajouter un coulis, des pépites de chocolat, des copeaux de chocolat râpés en décoration sur la glace, ou tout simplement des fruits frais !

Pour une version gourmande “banane, chocolat, beurre de cacahuète”

Glace inspirée de la recette du super blog vegan “Hot for Food”.

glace vegan gourmande

  • Mixer 2 bananes congelées dans un blender jusqu’à obtenir des paillettes
  • Ajouter 2 cuillères à soupe de beurre de cacahuètes
  • 1 cuillère à soupe de sirop d’érable
  • Ajouter une poignée de fèves de cacao crues
  • Remixer le tout ensemble et déguster immédiatement


Du coup, en faisant cet article cela m’a inspirée avec ce qu’il me restait, j’ai donc préparé un sorbet à la pastèque :

glace vegan pastèqueglace vegan banane pastèque

  • Une pastèque entière (elle était petite)
  • 2 bananes.

Couper le tout et congeler quelques heures.
Mixer les fruits congelés jusqu’à ce que la glace soit homogène.
Ajouter de la menthe ciselée.

sorbet

Et voilà, un bon petit sorbet bien frais fait avec les moyens du bord ! :-)