Envie de fraîcheur ? Pour ma part, encore et toujours j’ai envie de dire. Avec ces températures oscillant entre 30° et 38°, j’ai passé l’été à manger beaucoup de crudités et de fruits frais, et miracle je ne m’en lasse pas ! Les températures sont moins étouffantes depuis quelques jours mais il fait toujours bien chaud dans ma région du sud-est. J’avais envie de melon ! L’occasion de profiter des derniers melons peut-être ? (avec cette hausse de température, la nature est un peu déboussolée on ne sait pas trop). C’est parti pour une « salade sucrée » très rafraîchissante en mode très parfumée avec plein d’herbes ! Oui j’adore mettre des herbes partout !! :-) Et j’adore aussi l’association melon-figue, tant mieux c’est la saison des figues aussi. Voilà un plat riche en anti-oxydant, en bêta-carotène et en fer. Un vrai bonheur gustatif !

Ingrédients pour 2 :

  • 1 melon
  • 4 figues
  • Crème de balsamique
  • Menthe
  • Basilic
  • Coriandre
  • Roquette

Melon, figues et herbes aromatiques qui viennent des petits producteurs de l’arrière-pays niçois. Les quantités sont subjectives comme je l’ai déjà dit dans d’autres recettes et je pourrais le dire à chaque article, ça dépend de la taille des fruits, de son appétit, si c’est une entrée, un plat principal…

Herbes retouchées

Couper le melon en 8, retirer la peau et les graines.
Couper les figues en 8
Les disposer comme sur la photo, à moins de vouloir faire travailler son imagination et de faire autrement !

Ciseler les herbes aromatiques et la roquette, et parsemer le tout sur les fruits. Si vous avez des fleurs des herbes ou des graines (pour la coriandre) sur votre bouquet, n’hésitez pas c’est encore mieux, c’est vraiment super parfumé! Moi j’en suis fan !

Ensuite il n’y a plus qu’à arroser de crème de balsamique et c’est tout.

Y’a plus qu’a déguster, explosion de saveurs au niveau des papilles garantie ! ;-)

Au fait vous saviez que le melon n’est pas un fruit !? Il fait parti de la famille des cucubitacées tout comme la pastèque, même famille que les potirons et la courgette donc, il est certes très sucré mais peu calorique, et possède plein de vertus.

 

 

Vous avez toujours eu peur de faire des makis ? Cela vous semble compliqué ? Vous pensez que vous n’allez jamais réussir à les rouler et qu’ils vont s’effondrer avant même qu’ils atteignent votre bouche ? Je vous comprends, il m’est arrivé la même chose ! Mais depuis les choses ont changé, je ne les rate plus et je partage aujourd’hui avec vous ma technique et en plus, 10 recettes de makis d’été pour varier les plaisirs.

Je ne me lasse pas des makis, je pourrais en manger tous les midis ! La feuille d’algue de nori apporte un goût iodé unique à ces petites bouchées japonaises qu’on peut farcir à l’infini. C’est pratique et super facile à faire !

10 recettes de makis d'été

Avant d’être vegan, les makis ressemblaient toujours à la même chose, un poisson avec soit concombre soit avocat. Maintenant, j’aime bien m’adapter selon les saisons, j’en fais de toutes sortes selon les légumes ou fruits de saison à disposition.

On est en été, on a besoin de fraicheur, donc j’en profite pour faire des makis avec du melon, des pastèques, du concombre, et de l’avocat, associés à différentes herbes du moment : roquette, basilic, menthe. C’est super frais en bouche !

Ingrédients pour 4 personnes environ

10 recettes de makis d'été

Le riz vinaigré :

  • 250 g de riz rond blanc ( ou semi-complet ou complet)
  • 25 cl d’eau
  • 4 cl  de vinaigre de riz ou du vinaigre de cidre
  • 1 cuillère à soupe de sucre non raffiné
  • 1/2 cuillère à café de sel de mer non raffiné
  • 1 natte en bambou
  • 9 feuilles d’algues de nori grillées

Les fruits :

  • Concombre
  • Pastèque
  • Melon
  • Avocat
  • Tomate
  • Mangue
  • Figues

Les herbes :

  • Roquette
  • Basilic
  • Menthe

Les graines :

  • Sésames
  • Lin

La sauce et accompagnement :

  • 10 cl de sauce soja sucrée ou salée
  • Wasabi (quantité selon goût)
  • 1 c.  à café de purée de cacahuète (facultatif)
  • Gingembre mariné aux vinaigre (facultatif)

Préparation du riz vinaigré

10 recettes de makis d'été

Le secret pour des makis réussis c’est …. la cuisson du riz.

Cette partie peut-être délicate quand on est novice. Alors je vous livre mes astuces pour avoir le riz idéal pour la confection de vos makis.

Rincer le riz à l’eau environ 3-4 fois, jusqu’à ce que l’eau soit transparente, puis le faire tremper dans l’eau pendant 1h (ce n’est pas obligatoire mais c’est mieux surtout s’il est complet, vous pouvez même le laisser plus longtemps)

Mettre le riz dans une casserole avec les 25 cl d’eau, l’eau doit être à peine au dessus du niveau du riz. Si vous utilisez un riz complet ajouter le double d’eau.

Couvrir la casserole et porter à ébullition, puis mettre sur feu doux et laisser cuire à couvert 8 minutes pour le riz rond blanc, 15 à 20 minutes si vous utilisez du riz rond semi-complet et 30 minutes pour un riz complet.

Laisser reposer 10 minutes sans lever le couvercle quand c’est cuit, ça permet au riz de bien gonfler.

Ne pas trop cuire au risque que le riz soit trop pâteux. Au début il peut y avoir des ratées mais après il se peut que vous ne pesiez même plus votre eau, vous le ferez à l’œil :)

Pendant ce temps mettre le vinaigre de cidre, le sel et le sucre dans une petite casserole sur feu doux.

Mélanger, puis verser sur le riz cuit encore chaud. Avec une spatule (ou une cuillère en bois à sushi) mélanger délicatement le riz en le soulevant pour l’aérer. Ne surtout pas l’écraser en faisant des mouvements circulaires.

10 recettes de makis d'été

Ensuite couper les fruits en bâtonnets pendant que le riz refroidit.

10 recettes de makis d’été

10 recettes de makis d'été

Maki tomate-basilic
Maki melon-roquette
Maki melon-basilic
Maki melon-figues-roquette
Maki avocat-menthe
Maki pastèque-menthe
Maki pastèque-avocat-basilic
Maki melon-pastèque-concombre-basilic
Maki avocat-melon-basilic
Maki concombre-mangue-basilic

Faites votre choix ;-)

 

Confection des makis

10 recettes de makis d'été

Prendre une feuille de nori et la mettre sur la natte. La natte en bambou n’est pas indispensable, vous pouvez aussi les faire comme ça, mais la natte aide bien pour débuter

Étaler le riz à la moitié de la feuille (comme sur la photo) ou au 2/3 (selon la grosseur des makis que l’on souhaite mais c’est plus facile de rouler le maki quand le riz est à la moitié).

Disposer les ingrédients au choix sur le riz.

Rouler les makis à l’aide de la natte en bambou, en serrant à chaque tour, humecter légèrement la feuille de riz sur la partie haute du maki pour qu’elle adhère bien.

Une fois tous les rouleaux finis, prendre le couteau bien aiguisé, humidifier la lame, et trancher doucement (ne pas appuyer) les rouleaux.

 

Faire la sauce

Mélanger tous les ingrédients de la sauce. Ajouter de l’eau si vous trouvez cela trop salé. Pour faire des variantes, vous pouvez ajouter une cuillère à café de purée de cacahuète pour une sauce crémeuse. Vous pouvez accompagner les makis de lamelles de gingembre marinés.

Voilà c’est prêt ! Mettre au frigo pour que les makis soient bien frais, puis déguster!

10 recettes de makis d'été

Les makis peuvent se manger à l’apéro, en entrée ou en plat principal, ou même à emporter pour un pique-nique.

Il se peut que dans un premier temps vos makis ne soient pas parfaits mais ce n’est pas grave, ils seront quand même bons ! C’est juste un coup de main à prendre et après c’est un jeu d’enfant.

Allez plus d’excuses, lancez-vous !

 

 

Les confitures sont, pour moi, une véritable madeleine de Proust, particulièrement la confiture de kumquats. J’adorais, quand j’étais petite, passer l’été chez mes grand-parents. De nombreux fruits et légumes du soleil poussaient dans leur jardin, et lorsque ces fruits étaient en grande quantité ils finissaient soit en confiture soit en clafouti…
Les kumquats dans cette recette-ci ne viennent pas du jardin de mon enfance mais on me les a donnés gracieusement, elles viennent d’un jardin privé et elles sont 100% saines, sans pesticide et locales. Ce qui est bien avec les kumquats c’est qu’il y en a toute l’année, c’est comme les citrons ! Il me restait de la menthe trouvée au marché, du coup je me suis dit que ce serait peut-être une association originale qui changerait un peu.

Ingrédients :

  • 365 g de kumquat non traités
  • 220 g de sucre blond de canne (soit 60% de sucre du poids des fruit)
  • 10 cl eau (soit 30 % d’eau du poids des fruits)
  • Un petit citron non traité
  • 1 bouquet de feuilles de menthe et ses fleurs
  • 1 gaze stérile ou 1 boule à thé
  • 1/2 cuillère à café d’agar-agar (facultatif, ici je n’en ai pas mis)
  • Pots stérilisés

Il est possible de faire des confitures encore plus allégées avec 30 à 50% de sucre, mais c’est vraiment trop amère je trouve, pour des confitures d’agrumes en tout cas. Après c’est selon les goûts ! :-)

Pourquoi utiliser de la gelatine de porc alors que les fruits sont remplis de pectine végétale! Le zeste et la partie blanche des agrumes ainsi que les pépins sont riches en pectine, le trognon des pommes et leur peau également! Ici j’utilise les pépins des kumquats

Le jus de citron permet d’accélérer la prise de la confiture.

La stérilisation des pots ? Avec 60% de sucre comme dans la recette ici il ne devrait pas y avoir de problème de moisissure. Le pot se conserve un an en les lavant à l’eau chaude avec un peu de vinaigre d’alcool. Si vous faites une plus grosse quantité de confiture, et que vous ne la consommez pas dans l’année, par précaution, il est préférable d’ébouillanter vos pots !

Kumquats blanchis
Pépins gaz
Gaz
Kumquats épéppinées

Ébouillanter les kumquats 5 minutes pour retirer un peu de leur amertume, passer sous l’eau froide pour les refroidir, ensuite les épépiner, et mettre les pépins dans une gaze ou une boule à thé, puis presser le citron.

Il est possible aussi d’ajouter de l’agar-agar en fin de cuisson afin de gélifier encore plus la confiture. Attention à ne pas trop en mettre sinon la confiture sera trop ferme ! Mélanger l’agar-agar dans un petit récipient avec un peu de liquide de cuisson puis rajouter dans la casserole, faire bouillir une minute. L’agar-agar gélifiera la configure en refroidissant.

Préparation confiture

Mettre à cuire tous les ingrédients dans une casserole avec la gaze et le jus de citron, porter à ébullition puis baisser à feu doux et cuire pendant 1h.
Mixer le tout, sauf si on aime les morceaux entiers.

Une fois que la confiture est cuite, mixer la préparation et verser la confiture bouillante dans les pots, fermer et retourner le pot immédiatement pour créer le vide et stériliser l’air.

La menthe apporte une touche original à cette confiture, cela me donne d’autres idées d’association pour la prochaine fois :-)

 

 

Quelle joie quand l’été arrive de retrouver sur les étales du marché : aubergines, courgettes, poivrons, et tomates ! La ratatouille est un plat traditionnel niçois incontournable de l’été, et en plus naturellement vegan comme beaucoup de plats du sud d’ailleurs !

Souvent j’en fais en grosse quantité, ensuite c’est selon les envies, la ratatouille s’accommode à l’infini : pizza, quiche, cake, bruschetta, galette, raviolis, samoussa, avec toutes sortes de céréales, … Bref la liste est longue ! Aujourd’hui je vais me concentrer sur la recette de base. C’est l’un des rares plats que je ne revisite pas.

Ingrédients :

  • 2-3 aubergines
  • 1 courgette
  • 1 poivron rouge et 1 poivron vert
  • 2-3 tomates
  • 1 oignon
  • 2-3 gousses d’ail
  • Huile d’olive
  • 1 petit bouquet de thym
  • 3-4 feuilles de laurier
  • 1 branche de romarin
  • Sel
  • Poivre

Les quantités de chaque ingrédient sont subjectives, tout dépend de la taille des légumes et des goûts de chacun, moi je préfère quand il y a davantage d’aubergine, après il peut m’arriver de varier les quantités des légumes selon ce qu’il reste, ou de l’adapter selon ce qu’il y a au marché quand la fin de saison est proche.

On peut aussi varier les couleurs des légumes, par exemple mettre 3 sortes d’aubergines différentes : violette longue, blanche, violette graffiti. Pareil pour les poivrons : vert, jaune, rouge, orange. Les tomates aussi. La ratatouille sera d’autant plus colorée.

La qualité des ingrédients est primordiale aussi, plus les légumes seront frais et de saison, meilleure sera la ratatouille et pas amère (sinon il faut ajouter un morceau de sucre). Le choix de la qualité de l’huile d’olive est aussi importante, le top étant l’huile : 100% huile d’olive vierge extra biologique de première pression à froid.

 

Alors là attention ! C’est le drame! On ne plaisante pas avec la ratatouille. Il y a deux façons de la faire si je puis dire :

  • La ratatouille “en mode express”: on coupe tout et on met le tout à mijoter. Quelle horreur diront les puristes !! Franchement ils n’ont pas tort. Cela ne sera plus une ratatouille, elle risque de ressembler à une bouillie insipide…
  • La ratatouille “façon traditionnelle” : les légumes sont cuits séparément et sont réservés au fur et à mesure. Ensuite on les laisse mijoter pendant loooongtemps. Cette façon de faire est tellement meilleure et tellement fondante, elle n’est pas forcément beaucoup plus longue. Il suffit de couper une catégorie de légume pendant qu’un autre cuit, plutôt que de tout couper à la chaîne et que le légume “coupé” attende sur le bord du plan de travail.

Je vais donc approfondir la manière traditionnelle de la ratatouille :

Il faut une sauteuse pour cuire les légumes individuellement, et un faitout ou cocotte en fonte où l’on réserve les ingrédients qui vont mijoter tous ensemble une fois qu’ils seront cuits. Moi personnellement j’utilise une grande sauteuse anti-adhésive en forme de wok.

 

D’abord, si on ne veut pas que les aubergines soient des éponges à l’huile d’olive, il faut les couper en cubes et les faire dégorger dans du sel pendant environ 30 mim, le temps de la préparation des autres légumes. Étape non obligatoire mais sinon il va falloir utiliser davantage d’huile d’olive !

Ensuite, c’est parti pour le travail à la chaîne!

Il faut éplucher l’ail et l’émincer.
Éplucher l’oignon et le ciseler.
Faire chauffer la sauteuse avec de l’huile d’olive, ajouter ail et oignon et les faire revenir, attention ça ne doit pas brûler mais dorer!

Pendant ce temps, couper les poivrons, retirer les graines et la queue, tailler en lamelle.
Réserver les oignons et ail qui doivent être doré.
Ajouter dans la sauteuse un peu d’huile d’olive, et faire revenir les poivrons.

Pendant ce temps, couper la courgette en cube. Ensuite faire la même opération qu’avant, une fois que les poivrons sont saisis, les réserver avec le mélange : ail, oignon, poivron. Et faire revenir les courgettes dans la sauteuse avec un filet d’huile d’olive.

Pendant que les courgettes cuisent, rincer les aubergines qui ont dégorgé à l’eau, sinon les couper si cette étape n’a pas été faite. Une fois que les courgettes sont grillées mais pas cuites à coeur, les ajouter au mélange (ail, oignon, poivron, courgette), et faire revenir les aubergines dans la sauteuse avec de l’huile d’olive. Ajouter au reste une fois qu’elles sont grillées.

L’étape de la sauteuse est terminée et maintenant tous les ingrédients sont dans la cocotte prêts à mijoter.

Ratatouille

Ajouter les tomates coupées en quartiers , le thym, le romarin, les feuilles de laurier et quelques gousses d’ail entières (facultatif). Saler, poivrer et ajouter un peu d’huile d’olive et mélanger le tout.

Mettre la ratatouille sur feu doux à couvert, et laisser mijoter pendant 1h minimum, mélanger de temps en temps afin qu’elle n’accroche pas, goûter et rectifier l’assaisonnement si besoin. Plus la ratatouille mijotera longtemps plus elle confira, donc arrêtez-la quand elle aura la texture qui vous convient.

La ratatouille est encore meilleure le lendemain ! Elle se mange chaude, tiède ou froide ! C’est comme on veut ;-)