Articles

Les nems, encore un plat qui invite aux voyages. De plus il n’y a rien de plus simple à faire. Oui oui je vous assure. Ça vous semble peut-être compliqué, réservé aux cuisinièr(e)s aguerri(e) ? On me le répète assez souvent, mais je vous assure une fois le coup de main attrapé, c’est vraiment super simple. Tout est question de doigté ;-)

C’est grâce à la cuisine asiatique que j’ai commencé à apprécier la cuisine végétale. J’aime tellement cette cuisine simple, légère et épicée qui met en avant les légumes. Cette cuisine est une explosion de saveurs en bouche.

À la maison cette recette est devenue un grand classique. C’était une des premières recettes que j’ai créée au début de notre véganisme et j’ai enfin décidé de la partager avec vous. Il est assez rare que je refasse une recette à lettre, mais celle-ci en fait partie, sauf que dernièrement j’y ai ajouté des shiitakes.

Pour faire des nems il suffit de pas grand chose : des feuilles de riz, des légumes, des céréales ou des légumineuses qui apporteront de la consistance au plat. Il m’arrive de faire des nems avec uniquement des légumes, c’est aussi bon, juste moins consistant, tout dépend de l’appétit que l’on a et de nos besoins.

Il n’y a rien de compliqué, utilisez juste les légumes à disposition. Ici ça sera blette et shiitakes. Pourquoi ? D’abord parce que la blette est un légume de saison et que l’on a à profusion dans le sud-est de la France, j’ai donc naturellement utilisé ce légume dans cette recette. Ensuite les shiitakes, parce qu’ils ont un goût assez prononcé et c’est la touche asiatique du plat. C’est également ma dernière lubie ! Je les mets partout en ce moment. Et enfin les lentilles corail parce que j’avais envie de changer des traditionnelles vermicelles de soja et que j’aime explorer des saveurs différentes.

Il faut toujours que j’apporte une nouveauté quand je refais un plat, cette fois ça sera au niveau de la sauce, que je fais à base de lait coco. Ça faisait un moment que j’avais envie d’essayer et je n’ai pas été déçue.

Ces nems ont une saveur qui change des traditionnels nems vietnamiens c’est certain… ils ont plutôt une saveur indienne : entre les blettes, les lentilles corail et les épices utilisées, ingrédients souvent utilisés dans la cuisine indienne.

Ingrédients Nems

Ingrédients pour 12 nems aux blettes, shiitakes et lentilles corail

12 galettes de riz de de 22 cm (ou 16 pour des galettes de 18 cm)
100 g de lentilles corail
30 g de shiitakes déshydratés
1 bouquet de blette
1 aillet (1 gousse d’ail)
1 oignon nouveau (1 petit oignon)
1 petit piment
Gingembre en poudre
Curry en poudre
Huile d’olive

Ingrédients pour la sauce nems

Sauce tamari
Purée de cacahuète
Lait de coco
Citron
Piment
Eau (option)
Coriandre et/ou menthe fraîche.

Allumer le four T8 ou 240°.

Je préfère cuire les nems au four. À la base j’ai voulu essayé une version plus “light” et depuis je ne les fais que comme ça, tout simplement parce que c’est plus pratique selon moi. En effet tous les nems cuisent en même temps et j’utilise moins d’huile pour le coup. Après chacun fait comme il veut. Si vous avez une friteuse, ou sinon avec de l’huile dans une casserole (ou une poêle) ça marche aussi très bien !

Préparation de la farce

Mettre à tremper les champignons shiitakes dans de l’eau pendant 15-20 minutes.
Cuire les lentilles pendant 15 minutes.
Pendant ce temps, émincer : ail, oignon et piment (enlever les graines si vous n’aimez pas trop pimenté). Faire revenir le tout dans une poêle huilée préalablement.
Séparer les côtes des feuilles de blettes. Émincer les côtes et les ajouter à la poêle. Ajouter ensuite les feuilles ciselées, les shiitakes émincés avec un peu de tamari et laisser mijoter.
Une fois que les lentilles sont cuites les ajouter à la farce. Mélanger bien le tout.
Rectifier l’assaisonnement si besoin.

 

FarceNems

Une fois la farce cuite confectionner les nems

Faire tremper une feuille de riz dans de l’eau tiède. Personnellement je mets de l’eau dans une poêle que je fais légèrement chauffer. Je trempe la feuille dedans 10 sec, j’égoutte et je mets sur la planche en bois. La feuille doit être bien souple sinon elle casse et pas trop humide sinon elle ne collera pas.

Ajouter une cuillère à soupe de farce sur la partie basse de la feuille. Rabattre la feuille du bas sur la farce, roulé un peu en pressant, rabattre à gauche et à droite puis rouler en pressant bien mais pas trop pour ne pas casser la feuille. Tout est question d’habitude. Si ça casse recommencer ;)

Mettre les nems sur une plaque huilée allant au four puis une fois tous les nems confectionnés, repasser un coup de pinceau huilé sur tous les nems.

Et c’est parti pour 20 minutes de cuisson environ selon la taille de vos nems. Retourner à moitié de cuisson. Mais attention que ça soit cuit sinon en les retournant ils vont coller et se casser. Au pire si c’est le cas tant pis, ils ne seront pas moins bons, juste pas très beaux ;-)

Pour la sauce

Mélanger de la sauce tamari, du lait coco, un peu de piment, de la purée de cacahuète (ou autre oléagineux), du citron. Les quantités c’est selon les goûts, ajustez selon votre préférence : si vous préférez une sauce plutôt épicée ou douce, ajoutez plus ou moins de piment, de lait coco ou de purée. Allonger la sauce avec un peu d’eau si vous voulez qu’elle soit plus diluée.

Manger chaque nem enroulé dans une feuille de salade avec quelques feuilles d’herbes aromatiques au choix : coriandre et/ou menthe. Puis tremper dans la sauce. Mmmmh un vrai délice !

Astuces

Ajouter des protéines de soja texturés si vous êtes friands des simili-carnés.
Ajouter du curcuma et du gingembre frais, ça change des épices en poudre.
Remplacer les blettes par les épinards pour varier les plaisirs par exemple.
Faites de même avec les champignons, il existe une multitude de variétés de champignons, de quoi s’amuser selon les saisons et ses envies ;-)
S’il vous en reste en trop il est tout à fait possible de les réchauffer au four le lendemain.

 

Et vous, vous les aimez comment les nems végétaliens ?

 

 

 

Le wok de légumes, ce plat tout droit venu d’Extrême-Orient, fait de loin partie de mon top 5 des recettes à la fois saines et gourmandes. Il réunit tout ce que j’aime en cuisine : les saveurs, les couleurs et le road-trip gustatif.

Non seulement ce wok de légumes est léger et déborde de nutriments mais en plus il me permet de retrouver toutes les saveurs de cette région du monde que j’affectionne particulièrement et où j’espère me rendre un jour …

J’aime aussi particulièrement le côté freestyle du wok ou le côté zen à choisir ;-) On ne prévoit pas nécessairement à l’avance les ingrédients, on improvise et on fait avec les moyens du bord et selon ce qu’on a à disposition, libre à vous de faire un wok avec les légumes et ingrédients dont vous disposez donc.

J’aime aussi cette cuisson au wok avec peu de matière grasse et le fait de ne pas trop cuire les légumes afin qu’ils restent croquants et pas trop dépourvus de leurs nutriments .

WOKingrédients

 Ingrédients pour un Wok de légumes aux shiitakes pour 2 personnes :

  • 1/4 d’un gros chou chinois
  • 15g de shiitakés déshydratés
  • Un bouquet de brocolis
  • Aillet (ou ail)
  • Oignon
  • Haricots mungo germés
  • Racine de gingembre
  • Racine de curcuma (facultatif)
  • 250g de tofu ferme
  • Vermicelles de riz thaï rouge
  • 1 poignet de noix de cajou
  • Sauce tamari
  • Graines de sésame
  • Coriandre
  • Huile végétale

Récemment j’ai découvert à Naturalia une nouvelle sorte de shiitakes déshydratés sous la marque Supersec absolument fabuleuse, et qui ont un goût prononcé mais vraiment super bon. Meilleurs que les shiitakes frais même. Je tente de ne pas en faire trop souvent vu que je limite tout ce qui n’est pas local mais bon il faut savoir se faire plaisir de temps en temps. Quand je pense que la première fois que j’ai goûté un shiitake j’ai détesté ça tellement c’était puissant, ça avait un goût qui ne me plaisait pas du tout à l’époque.

Les aillets sont arrivés prématurément au marché. J’adore les aillets, si vous ne connaissez pas c’est une jeune pousse d’ail, c’est doux, moins fort que l’ail. On pourrait le confondre avec un mini poireau ou des cébettes. N’hésitez pas à essayer si vous tombez dessus !

Les brocolis sont rigolo cette année, au marché, pas de gros bouquets, mais de jeunes pousses de brocolis qui sont juste les meilleurs brocolis que j’ai jamais mangés. Oui j’ai décidé d’utiliser tous les superlatifs dans cet article haha.

Et une première, la semaine dernière, je suis allée à la Biocoop, qui n’est pas vraiment à côté de chez moi, mais ce fut l’occasion de découvrir de nouveaux produits comme les vermicelles de riz thaï rouge. J’ai donc décidé de m’en servir pour ce wok, elles ne sont pas mal du tout, ça faisait longtemps que je n’en avais pas mangé n’en trouvant jamais en magasin bio.

Souvent dans la cuisine asiatique, les cacahuètes sont utilisées pour donner un peu de croquant, moi je préfère utiliser des noix de cajou, je suis complètement fan de ces oléagineuses.

 

Bon assez parlé, place à l’action :-)

    1- Tremper les shiitakes déshydratés et les vermicelles dans deux bols remplis d’eau séparément.

woktofu

2- Couper le tofu en morceaux et le faire revenir dans une poêle préalablement huilée.
Ajouter de la sauce tamari ainsi que les graines de sésame et un bout de racine de gingembre émincé. Laisser sur le feu peu de temps, il ne faut pas que ça brûle, puis réserver.

3- Couper le chou chinois en fines lamelles.
4- Séparer les petites fleurs de brocolis.

wok0

5- Émincer l’aillet (ou ail), l’oignon, le curcuma, le gingembre et les faire revenir dans un wok (ou une poêle) avec un filet d’huile.

6- Ajouter au wok le reste des légumes : le chou chinois, le brocoli et les shiitakes.
Mélanger constamment. Les légumes ne doivent pas trop cuire et doivent être plus ou moins croquants selon les goûts.

7- Ajouter à la fin le reste des ingrédients hors feu : haricots mungo, noix de cajou, coriandre et tofu.

Voilà, il ne reste plus qu’à servir, et à déguster sans attendre :-)

wok1

 

Astuces

  • Ajouter un filet d’huile de sésame en fin de cuisson pour la touche gourmande.
  • Le tofu et les vermicelles sont un plus, je n’en mets pas forcément à chaque fois. Mais ici vous avez un bon repas complet.
  • Les haricots mungo je les fais germer moi-même, c’est tellement plus simple et plus économique.

 

 

 

Un crurry ça vous dit ? Un quoi ? Un CRUrry ?! Oui vous avez bien lu “cRurry”. C’est un curry cru. Rien à avoir avec un curry qui aurait refroidi sur le coin de la table et qu’on aurait lâchement abandonné, non non :-) D’ailleurs, je ne sais absolument pas si le terme existe mais j’ai décidé de baptiser ce plat “crurry crémeux” …

Bon ok il ne fait pas super chaud alors vu comme ça vous allez me dire que ça ne donne pas envie, mais pourtant… Je découvre que la crusine peut aussi être réconfortante ! Est-ce que l’idée que seul un plat chaud réchaufferait serait une légende ? Bref… Peu importe moi j’avais trop envie de ça en tout cas ! Et je vous le conseille.

Depuis le temps que je voulais adapter un curry en mode cru. Après mon jeûne je n’ai eu envie que de cru pendant quelques jours, comme si j’étais devenue une boulimique de microcutriments. Ce fut donc l’occasion de tester ce petit crurry avec les légumes du moment. Il me restait du lait coco, ça ne pouvait pas mieux tomber !

Je me suis donc lancée dans ce crurry en mode freestyle, comme souvent, et avec les moyens du bord et ce qu’il me restait du dernier marché. Ce plat se fait super rapidement ! Et il est super économique également, et oui pas de cuisson ! Et il permet de bénéficier au maximum de tous les micronutriments qui se détériorent habituellement en grande partie à la cuisson.

Recette du crurry crémeux

crurry crémeux

Ingrédients pour 2 Crurry crémeux

  • 1 potimarron
  • 1 poivron salade rouge
  • Dattes
  • 1 chou rave
  • Noix de cajou
  • Raisins secs

Sauce pour le crurry

  • 1 avocat
  • Feuille de Coriandre
  • Racine de gingembre
  • Racine de curcuma
  • Épices en poudre : curry, piment.
  • Sauce Tamari
  • 30 cl de lait coco

Raper le potimarron et le chou rave.
Couper en fines lamelles le poivron.
Réserver le tout dans un saladier.

Mixer tous les ingrédients de la sauce.
Ajouter la sauce aux légumes, ainsi que les datte, les raisins secs, et les noix de cajou au plat sans oublier les feuilles de coriandre.

Les quantités de légumes c’est selon l’appétit, mais par contre je compte toujours 1/2 avocat par personne. Pour les racines de gingembre et curcuma c’est selon si vous aimez bien relevé ou pas.

Déguster immédiatement, ou laisser un peu imbiber la sauce au plat.

Ce plat peut se faire également à l’avance, pas de stress de plat à réchauffer, y’a juste à servir et à avaler !

Et voilà, il n’y a plus qu’à déguster ce fabuleux crurry qui va vous donner la pêche et sans digestion lourde :-)

 

 

 

Que diriez-vous d’un petit voyage au pays du soleil Levant sans bouger de chez vous? J’ai la solution pour vous avec cette assiette aux saveurs japonaises. Vous voyagerez à travers vos pupilles et vos papilles.

Traditionnellement, les japonais ont sur la table une multitude de différents plats sans ordre prédéfini et chacun se sert selon son envie. C’est cette façon de faire que j’ai voulu reproduire avec cette assiette. Ici pas d’entrée ni de plat principal, tout est à disposition et on mange à sa guise.

Malheureusement, n’ayant encore jamais été au Japon, j’ai découvert les “bentos” au restaurant japonais et j’ai tout de suite adoré l’idée de réunir dans une seule et même assiette 4-5 recettes différentes, voire plus.

Aujourd’hui je n’ai pas utilisé mon bento mais j’ai réuni dans cette assiette quatre de mes recettes préférées du moment, inspirées de la cuisine nippone. C’est une assiette “healthy’ et remplie de minéraux, de macronutriments et de micronutriments.

Connaissez-vous les spaghettis de mer ? Je n’en avais jamais gouté avant, pourtant j’adore les algues. J’utilise régulièrement les algues dans ma cuisine : en paillette, wakamé, nori, laitue de mer, salade du pêcheur, Kombu pour toute sorte de recettes différentes.

Ces algues, bien que s’appelant “spaghettis de mer” ressemblent plutôt à des tagliatelles visuellement. Elles m’ont vraiment étonnée, je ne m’attendais pas du tout à une texture semblable aux pâtes mais c’est bluffant ! Elles sont très iodés, il faut aimer ce petit goût.

Personnellement se fut une révélation, et elles vont devenir un ingrédient incontournable de mon placard. Je les ai achetées dans mon magasin bio et elles sont “made in France” car récoltées en Bretagne. Vous pouvez les trouver également sous le nom de haricot de mer.

Les algues ont un grand intérêt nutritionnel. Un petit plat de spaghettis de mer vous apporte : protéines, fibres, anti-oxydant, iode, sodium, calcium, magnésium, oméga 3, vitamine A et C.

Autre ingrédient dans cette assiette aux saveurs japonaises : le tofu. Je sais que le tofu est souvent accusé de ne pas avoir de goût, mais sa texture poreuse absorbe les saveurs qui lui sont associées et c’est également une bonne source de protéine végétale sans matière grasse (pour celles et ceux qui sont angoissés des carences en protéines).

Vous pensez ne pas aimer le tofu ? Mangez le frit avec de la sauce soja c’est vraiment délicieux. Vous pouvez l’assaisonner avec les épices de votre choix. Mon mélange préféré est tofu-tamari-gingembre frais. Vous avez déjà essayé ? Après ce n’est que mon ressenti mais j’en suis complètement fan.

Le tofu se trouve en magasin bio, vendu en barquette de 500 g au rayon frais, il est vraiment meilleur que celui vendu sous vide que je n’aime pas du tout. Et encore meilleur, il est possible de faire son tofu soi même mais c’est assez long (je l’ai déjà fait, ça semble fastidieux mais c’est simple, j’en ferai un prochain article).

Je vous laisse découvrir les autres recettes qui composent cette assiette aux saveurs japonaises, vous pouvez les réaliser toutes ensembles ou alors séparément selon vos envies.

Ingrédients pour 2 assiettes

 

Salade de graines germés :

  • 2 poignées d’haricots mungo germés
  • 2 poignées d’alfalfa germés
  • 1 cuillère à café de sauce tamari
  • 1 cuillère à café de vinaigre de cidre
  • 1 cuillère à café d’huile d’olive
  • 1 cuillère à café d’huile de sésame
  • 1 cuillère à café de purée de sésame

Salade d’algues : 

  • 50 g de spaghettis de mer déshydratées
  • 1 cuillère à soupe de graines de sésame
  • 1 cuillère à soupe de sauce soja Tamari
  • 1 cuillère à soupe de vinaigre de cidre
  • 1 cuillère à soupe d’huile d’olive
  • 1 cuillère à soupe d’huile de sésame
  • 1/2 cuillère à café de wasabi en tube

Tofu frit :

  • 200g de tofu ferme
  • Un bout de racine de gingembre
  • 1 gousse d’ail
  • 1/2 cuillère à soupe d’huile de sésame
  • 1/2 cuillère à soupe d’huile d’olive
  • 1 cuillère à soupe de graines de sésame
  • 2 cuillères à soupe de sauce tamari

Légumes sautés de saison :

  • 6 têtes de chou romanesco
  • Une poignée de champignons “shiitaké” frais
  • 1 oignon
  • 1 gousse d’ail
  • 1 carotte
  • 1 poivron salade rouge
  • Un bout de racine de gingembre
  • Quelques feuilles d’épinards
  • 1 cuillère à soupe de sauce tamari
  • 1 cuillère à soupe d’huile de sésame
  • 1 cuillère à soupe d’huile d’huile d’olive
  • Coriandre fraiche

Maintenant passons à la réalisation des plats.

Salade de graines germées

Mélanger tous les ingrédients de la vinaigrette.
Incorporer la sauce aux graines germées.

Salade d’algues

Tremper les algues déshydratées dans de l’eau fraîche pendant 10 à 15 minutes. Les algues ne se cuisent pas dans cette recette, c’est possible, mais ce serait vraiment dommage de perdre tous leurs bienfaits nutritionnels à la cuisson.
Pour faire la sauce mélanger le reste des ingrédients (sauce tamari, vinaigre de cidre, huile d’olive, huile de sésame, wasabi).
Une fois les algues ré-hydratées, ajouter la sauce et les graines de sésame. Mélanger le tout.

Spaghetti de mer

 

Tofu frit au gingembre 

Couper le tofu en morceaux.
Émincer le gingembre et l’ail.
Faire chauffer l’huile dans une poêle et ajouter le tofu, le faire dorer sur les deux faces.
Ajouter le gingembre et l’ail émincé puis verser le tamari qui va caraméliser le tofu.
Retourner le tofu une dernière fois.

tofu frit

Légumes sautés de saison

Émincer l’ail, l’oignon et le gingembre.
Couper la carotte, le poivron et le shiitaké en bâtonnet.
Faire revenir le tout (sauf les épinards) dans de l’huile d’olive à feu moyen.
Les légumes doivent être saisis, ne pas trop les cuire, il faut qu’ils restent croquants.
Ajouter la sauce tamarin, l’huile de sésame et les épinards, et laisser cuire quelques instants.

Une fois que tout est prêt, dresser les 4 plats dans une assiette ou dans un bento, ajouter la coriandre fraiche ciselée sur les légumes sautés. Il ne reste plus qu’à vous régaler.

Et vous, quelle est votre recette japonaise préférée ? 

 

 

 

Vous cherchez une recette simple et facile ? Essayez les rouleaux de printemps. Il suffit d’une feuille de riz et on met ce que l’on veut dedans ! On peut en manger toute l’année selon les fruits et légumes de saison.

Aujourd’hui, j’avais envie de faire des rouleaux de printemps mais je ne savais pas à quoi, je ne mange jamais les mêmes rouleaux, ça m’ennuie.
J’aime bien tester à chaque fois de nouvelles saveurs. J’avais mon petit melon et des figues que je pensais faire en mode salade, mais pourquoi ne pas les faire en rouleaux de printemps après tout.

Depuis que je fais des rouleaux de printemps vegan, j’ai naturellement remplacé les vermicelles de riz par des légumes râpés. Ici il n’y a pas de feuille de salade non plus, normalement j’en mets toujours une dans le rouleau, mais cette semaine il n’y avait pas de salade au marché donc je m’adapte !

Mais j’ai plein d’herbes : roquette, basilic, menthe ! Et voilà comment mes rouleaux de printemps aux fruits d’été et aux herbes sont nés ! J’y ai ajouté des carottes râpées, j’aurais pu mettre de la betterave crue râpée aussi mais je n’en avais plus non plus ! Dommage ça aurait fait de jolies couleurs…

Ces rouleaux de printemps vegan sont bien loin de la recette vietnamienne traditionnelle mais testez-les, vous serez surpris !

Recette des rouleaux de printemps aux fruits d’été

Ingrédients pour 2 personnes 
  • Un petit melon
  • 4 figues
  • 4 petites carottes râpées
  • 16 feuilles de riz (18 cm)
  • Herbes aromatiques : Roquette, basilic, menthe

 

Sauce pour les rouleaux de printemp
  • 1 petit piment
  • 2 cuillères à soupe sauce soja shoyu
  • 1 cuillère à soupe de jus de citron
  • 1 morceau de gingembre frais ou 1 cuillère à café en poudre
  • 5 cuillères à soupe d’eau
  • Un peu de sucre (facultatif)

 

Couper le melon en bâtonnet.
Râper les carottes.
Couper les figues en 8.
Laver et effeuiller les herbes.

 

ingrédients Rouleaux de printemps

 

Faire chauffer de l’eau dans une poêle de la taille des feuilles de riz, mais pas trop chaude, on doit supporter de mettre les doigts dedans !

Mettre une feuille dans l’eau pendant 5-10 secondes, puis bien égoutter et mettre sur une assiette.
Installer les ingrédients sur la feuille de riz : herbes au choix, 1 bonne cuillère à soupe de carotte râpée, 2 morceaux de melon en bâtonnet, 2 morceaux de figue, puis rouler le tout. Je préfère utiliser des feuilles de riz de petite taille ça évite d’en mettre partout quand on croque dedans à la première bouchée.

Trucs & astuces

Comment rouler les rouleaux de printemps ?

Mouiller la feuille de riz dans de l’eau légèrement chaude, égoutter et mettre dans une assiette.
Installer les ingrédients sur la partie basse de la feuille (près de soi).
Rabattre la feuille du bas en commençant à rouler les ingrédients en serrant légèrement.
Puis rabattre la feuille à gauche et droite vers le centre.
Continuer à rouler le bas vers le haut en serrant, mais pas trop pour ne pas que la feuille se casse.
La feuille va coller (si elle ne colle pas assez c’est qu’elle est trop mouillée, on peut aussi l’égoutter sur un linge propre ou un essui-tout au début avant de mettre les ingrédients).

Voilà, mettre un peu au frigo, c’est bon bien frais, surtout quand il fait chaud ! Ce plat est bien nourrissant contrairement à ce que l’on pourrait croire ! La prochaine fois il faudrait que j’essaie avec une sauce aux notes de noisette, avec des oléagineux et/ou de l’huile de noix ou noisette à rajouter dans la sauce…

 

 

 

Vous avez toujours eu peur de faire des makis ? Cela vous semble compliqué ? Vous pensez que vous n’allez jamais réussir à les rouler et qu’ils vont s’effondrer avant même qu’ils atteignent votre bouche ? Je vous comprends, il m’est arrivé la même chose ! Mais depuis les choses ont changé, je ne les rate plus et je partage aujourd’hui avec vous ma technique et en plus, 10 recettes de makis d’été pour varier les plaisirs.

Je ne me lasse pas des makis, je pourrais en manger tous les midis ! La feuille d’algue de nori apporte un goût iodé unique à ces petites bouchées japonaises qu’on peut farcir à l’infini. C’est pratique et super facile à faire !

10 recettes de makis d'été

Avant d’être vegan, les makis ressemblaient toujours à la même chose, un poisson avec soit concombre soit avocat. Maintenant, j’aime bien m’adapter selon les saisons, j’en fais de toutes sortes selon les légumes ou fruits de saison à disposition.

On est en été, on a besoin de fraicheur, donc j’en profite pour faire des makis avec du melon, des pastèques, du concombre, et de l’avocat, associés à différentes herbes du moment : roquette, basilic, menthe. C’est super frais en bouche !

Ingrédients pour 4 personnes environ

10 recettes de makis d'été

Le riz vinaigré :

  • 250 g de riz rond blanc ( ou semi-complet ou complet)
  • 25 cl d’eau
  • 4 cl  de vinaigre de riz ou du vinaigre de cidre
  • 1 cuillère à soupe de sucre non raffiné
  • 1/2 cuillère à café de sel de mer non raffiné
  • 1 natte en bambou
  • 9 feuilles d’algues de nori grillées

Les fruits :

  • Concombre
  • Pastèque
  • Melon
  • Avocat
  • Tomate
  • Mangue
  • Figues

Les herbes :

  • Roquette
  • Basilic
  • Menthe

Les graines :

  • Sésames
  • Lin

La sauce et accompagnement :

  • 10 cl de sauce soja sucrée ou salée
  • Wasabi (quantité selon goût)
  • 1 c.  à café de purée de cacahuète (facultatif)
  • Gingembre mariné aux vinaigre (facultatif)

Préparation du riz vinaigré

10 recettes de makis d'été

Le secret pour des makis réussis c’est …. la cuisson du riz.

Cette partie peut-être délicate quand on est novice. Alors je vous livre mes astuces pour avoir le riz idéal pour la confection de vos makis.

Rincer le riz à l’eau environ 3-4 fois, jusqu’à ce que l’eau soit transparente, puis le faire tremper dans l’eau pendant 1h (ce n’est pas obligatoire mais c’est mieux surtout s’il est complet, vous pouvez même le laisser plus longtemps)

Mettre le riz dans une casserole avec les 25 cl d’eau, l’eau doit être à peine au dessus du niveau du riz. Si vous utilisez un riz complet ajouter le double d’eau.

Couvrir la casserole et porter à ébullition, puis mettre sur feu doux et laisser cuire à couvert 8 minutes pour le riz rond blanc, 15 à 20 minutes si vous utilisez du riz rond semi-complet et 30 minutes pour un riz complet.

Laisser reposer 10 minutes sans lever le couvercle quand c’est cuit, ça permet au riz de bien gonfler.

Ne pas trop cuire au risque que le riz soit trop pâteux. Au début il peut y avoir des ratées mais après il se peut que vous ne pesiez même plus votre eau, vous le ferez à l’œil :)

Pendant ce temps mettre le vinaigre de cidre, le sel et le sucre dans une petite casserole sur feu doux.

Mélanger, puis verser sur le riz cuit encore chaud. Avec une spatule (ou une cuillère en bois à sushi) mélanger délicatement le riz en le soulevant pour l’aérer. Ne surtout pas l’écraser en faisant des mouvements circulaires.

10 recettes de makis d'été

Ensuite couper les fruits en bâtonnets pendant que le riz refroidit.

10 recettes de makis d’été

10 recettes de makis d'été

Maki tomate-basilic
Maki melon-roquette
Maki melon-basilic
Maki melon-figues-roquette
Maki avocat-menthe
Maki pastèque-menthe
Maki pastèque-avocat-basilic
Maki melon-pastèque-concombre-basilic
Maki avocat-melon-basilic
Maki concombre-mangue-basilic

Faites votre choix ;-)

 

Confection des makis

10 recettes de makis d'été

Prendre une feuille de nori et la mettre sur la natte. La natte en bambou n’est pas indispensable, vous pouvez aussi les faire comme ça, mais la natte aide bien pour débuter

Étaler le riz à la moitié de la feuille (comme sur la photo) ou au 2/3 (selon la grosseur des makis que l’on souhaite mais c’est plus facile de rouler le maki quand le riz est à la moitié).

Disposer les ingrédients au choix sur le riz.

Rouler les makis à l’aide de la natte en bambou, en serrant à chaque tour, humecter légèrement la feuille de riz sur la partie haute du maki pour qu’elle adhère bien.

Une fois tous les rouleaux finis, prendre le couteau bien aiguisé, humidifier la lame, et trancher doucement (ne pas appuyer) les rouleaux.

 

Faire la sauce

Mélanger tous les ingrédients de la sauce. Ajouter de l’eau si vous trouvez cela trop salé. Pour faire des variantes, vous pouvez ajouter une cuillère à café de purée de cacahuète pour une sauce crémeuse. Vous pouvez accompagner les makis de lamelles de gingembre marinés.

Voilà c’est prêt ! Mettre au frigo pour que les makis soient bien frais, puis déguster!

10 recettes de makis d'été

Les makis peuvent se manger à l’apéro, en entrée ou en plat principal, ou même à emporter pour un pique-nique.

Il se peut que dans un premier temps vos makis ne soient pas parfaits mais ce n’est pas grave, ils seront quand même bons ! C’est juste un coup de main à prendre et après c’est un jeu d’enfant.

Allez plus d’excuses, lancez-vous !