Envie de plonger un peu plus dans le monde de la cuisine végétale ? Aujourd’hui je vais vous parler d’un livre de recettes à découvrir absolument. Je regrette de ne pas l’avoir découvert au début de notre véganisme. Il n’est pas tout nouveau puisqu’il est sorti en 2014 mais il reste le livre référence en la matière ! Il s’agit du célèbre “Vegan” de Marie Laforêt.

J’ai le plaisir de partager avec vous cette nouvelle “book review” grâce à notre partenariat avec le site Natura Sense. Après “Le Grand livre de la cuisine crue” de Christophe Berg cet été, nous avons choisi pour cet automne l’ouvrage “Vegan” qui a reçu un “Gourmand World Cookbook award” ! Nous faisons en sorte à chaque fois de choisir un livre qui pourra vous aider et qui forcément nous plait également.

Je vais vous parler du livre bien sûr avant de partager la recette que j’ai choisie de réaliser pour l’article. C’est une recette de saison, simple à faire et qui demande peu d’ingrédients : Courge spaghetti gratinée.

Ce livre s’adresse à tout le monde

C’est un peu l’indispensable à avoir pour tout vegan, curieux de la cuisine végétale ou ceux qui veulent simplement manger plus sainement.

Je suivais bien évidemment Marie Laforêt sur son blog où elle poste régulièrement des recettes toutes plus gourmandes les unes que les autres, mais avoir en un seul livre une petite bible de 500 recettes végétales c’est le rêve :)

Et si vous n’y connaissez absolument rien en cuisine vegan et que vous voulez la découvrir, vous serez servi. Ça reprend vraiment les bases : pourquoi devenir vegan, que veut dire “être vegan”, les produits utilisés, des conseils sur le matériel pour vous faciliter la vie, les indispensables à avoir sous la main.

courge spaghetti

Il y a également tout un chapitre sur des conseils nutritionnels rédigé par le Dr Bernard-Pellet qui pourra rassurer les plus sceptiques sur les carences, les protéines, les vitamines.

C’est aussi le livre idéal à offrir à son entourage pour lui donner des idées lors du prochain dîner à organiser où tout le monde pourrait se régaler de plats vegan !

À la découverte du véganisme

Ce qui est vraiment bien avec ce livre c’est qu’il y a pas mal de recettes de base pour bien débuter dans la cuisine végétale.

Vous avez peur de ne plus manger de mayonnaise, de bacon, de lasagnes ? Vous y retrouverez des recettes pour remplacer très facilement tous les produits animaux.

remplacer la viande marie laforet
Source image : Marie Laforêt

On y retrouve également tous les plats incontournables : pâte carbonara, quiche, paella, risotto, burger, pizzas, etc… De quoi vous prouver à quel point la cuisine végétale est riche et variée. Et surtout qu’on peut manger exactement la même chose qu’avant.

source d’inspiration

Si vous avez déjà dompté les bases de la cuisine vegan, vous trouverez quand même votre bonheur. Il y aura forcément quelque chose de nouveau à découvrir. Elle explique par exemple comment faire vous-même vos pâtes, vos gnocchis, votre fromage vegan.

On retrouve aussi de nombreuses recettes “cuisine du monde” où on apprend à végétaliser les richesses culinaires des autres pays. C’est vraiment une mine d’or qui pourra vous aider si vous êtes en manque d’inspiration, notamment grâce à l’index par ingrédients à la fin du livre.

Et surtout il y a de superbes gâteaux, genre le Layer Cake choco-spéculos qui a l’air dément ! On ne s’est encore jamais lancé dans de gros gâteaux à étages (vegan ou non) mais là je pense qu’on va sauter le pas pour Noël.

layer cake choco speculos marie laforet

Source image : Marie Laforêt

Nos coups de cœur

Il y a plein de sections qui sont très inspirantes, comme celle qui explique comment remplacer le fromage et les produits laitiers. De nombreuses alternatives sont proposées, on n’a pas encore tout testé mais c’est définitivement sur notre “To do list”, comme par exemple ces croquettes au fromage. Encore une de ces recettes que vous auriez pensé ne plus jamais pouvoir manger en devenant vegan !

courge spaghetti

Et pour terminer j’ai beaucoup aimé la dernière partie du livre “Cuisiner pour toutes les occasions” où Marie Laforêt propose des recettes de l’entrée au dessert pour recevoir sa famille ou ses amis, pour réaliser de superbes repas pour les fêtes ou encore des barbecues ou pique-nique en été.

Recette de la courge spaghetti gratinée

courge spaghetti

Comme Halloween approche, j’ai choisi de réaliser sa recette de “Courge spaghetti gratinée”. C’était la première fois que j’achetais et goûtais une courge spaghetti donc contrairement à mon habitude j’ai suivi la recette à la lettre ;-)

C’est une courge que je ne trouve jamais sur mon petit marché bio, mais je l’ai dégotée en magasin bio et j’ai sauté sur l’occasion car j’avais envie de voir de mes propres yeux cette histoire de spaghetti. C’est bluffant ! En tout cas j’ai adoré son côte pratique à déguster.

Ingrédients

courge spaghetti

  • Une courge spaghetti (environ 900 g ici)
  • 150 ml de crème végétale (ici de la crème de coco)
  • 4 cuillères à café d’épices pour colombo (ici curry)
  • 1 cuillère à soupe de levure maltée + 2 c.à.s
  • 2 cuillères à soupe de chapelure (j’ai utilisé celle-ci)
  • 1 cuillère à café de sel
  • 1 cuillère à soupe d’huile d’olive
  • Poivre ou mélange de baies

Préparation

courge spaghetti

  1. Couper la courge spaghetti en 2 avant de la cuire. Si elle est trop difficile à couper, la cuire entière un peu avant au four pour la ramollir.
  2. La cuire entre 40 et 45 minutes, chair contre la plaque à 225°C (th. 7-8).
  3. Mélanger la crème de coco, les épices, 1 cas de levure maltée.
  4. La courge doit encore être al dente quand vous la retirez du four. Laisser refroidir.
  5. Gratter toute la chair de la courge à la fourchette pour obtenir vos spaghettis.
  6. Mettre la chair dans un saladier, ajouter la crème et mélanger le tout.
  7. Répartir la préparation dans les 2 demi-courges. Assaisonner.
  8. Saupoudrer avec la chapelure et 2 cuillère à soupe de levure maltée.
  9. Arroser d’huile d’olive et faire gratiner au four pendant 10 minutes à 200°C.

courge spaghetti

J’ai choisi la crème coco pour plusieurs raisons, d’abord c’est un peu l’association parfaite avec la courge, de plus c’est une crème assez épaisse qui ne disparait pas à la cuisson comme ça peut arriver avec certaines crèmes végétales. Et puis il est vrai que c’est la seule que j’avais sous la main …

Ici la courge faisait un peu plus de 900 g, ça peut sembler beaucoup mais si vous ne mangez que ça sans accompagnement c’est parfait pour 2. À adapter selon si vous l’accompagnez d’autres choses, ça peut faire un plat pour 4 facilement.

J’ai encore utilisé la chapelure que j’utilise pour les nuggets de seitan, c’est une chapelure assez grossière du coup ça apporte bien son petit côté croquant.

Marie Laforêt propose d’utiliser de l’épice colombo, je n’en avais pas du coup j’ai fait avec du curry. À vous d’utiliser l’épice de votre choix également si vous n’avez pas de colombo.

J’espère que cet article vous donnera envie de découvrir encore plus la diversité de la cuisine végétale.

 

 

Vous vous êtes toujours demandé ce que les adeptes de raw-food mangeaient au petit-déjeuner ? Des jus verts à l’extracteur et des fruits à la croque ? Oui, mais pas que … Nous allons vous proposer dans cet article un petit-déjeuner raw vegan sain et gourmand. Au programme : lassi, pancakes, caramel … le tout en mode cru !

Depuis un peu plus d’un an, nous sommes très intéressées par la raw food dans son ensemble. Et c’est pour cela que nous avons été ravies lorsque Natura Sense nous a contactées pour rédiger un article sur le livre de notre choix.

Natura Sense est une boutique en ligne qui vend des accessoires pour une cuisine saine et crue (blender, déshydrateurs, germoirs etc …) ainsi que des livres de cuisine végétale.

Pour cet article, nous avons craqué pour le célèbre livre “Le grand livre de la cuisine crue” de Christophe Berg.

Petit-déjeuner raw vegan

Dès l’introduction, l’auteur Christophe Berg nous rappelle un détail très important : en réalité, la raw food ne se résume pas à la cuisine crue au sens littéral.

En anglais, le mot “raw” a un double sens et ne signifie pas seulement “cru” mais aussi “brut”, c’est à dire sans transformation. Ça correspond bien à notre philosophie alimentaire, nous aimons privilégier les aliments crus mais également les aliments qui n’ont pas été transformés.

De plus, la raw food a de nombreuses qualités : c’est naturellement sans gluten, sans lactose, sans cholestérol, les méthodes de cuisson préservent les qualités nutritionnelles des aliments et les raw foodistes privilégient les produits bio, de saison et locaux.

Après le jeûne d’Edelweiss et la désintox au gluten de Lorelei, la cuisine crue que nous avions un peu délaissé ces derniers mois, c’était exactement ce qu’il nous fallait !

Le grand livre de la cuisine crue

Tout d’abord quelques mots sur ce très joli livre de près de 250 pages.

Il regorge de conseils pour bien démarrer dans le cru. Si vous êtes débutant et que vous n’y connaissez absolument rien, ce livre vous guidera étape par étape : l’équipement nécessaire, les produits à acheter, les superaliments ainsi que des conseils sur les techniques de la crusine.

Petit-déjeuner raw vegan

Ce livre s’adresse aussi aux crudistes avisés et sur-équipés qui trouveront à l’intérieur des centaines de recettes.

Tous les grands classiques de la cuisine crue sont abordés dans ce livre, des tapas aux tartelettes aux fruits en passant par les smoothies, les pizzas ou encore les makis ! Ça donne vraiment envie et en plus la majorité des recettes ont vraiment peu d’ingrédients et sont très simples à réaliser. Mais on trouve également des recettes plus élaborées.

Petit-déjeuner raw vegan

Je sais que la cuisine crue peut faire un peu peur au début, car on s’imagine que l’on doit avoir beaucoup de matériel hors de prix comme le blender, le déshydrateur, l’extracteur. Je ne vais pas vous mentir, ça aide beaucoup car effectivement si on veut varier sa crusine, on va devoir passer par là. Mais pas de panique, vous pouvez très bien commencer doucement avec le matériel que vous avez déjà (couteaux, épluche-légume, mandoline, robot…) et après si ça vous plait, investir dans d’autres appareils.

Prochainement je rédigerai un article sur les indispensables de la cuisine crue, ceux qu’on a acheté et ceux qu’on rêve d’avoir pour vous donner des idées et des conseils.

Petit-déjeuner raw vegan et sans gluten

Nous avons beaucoup hésité pour savoir quelles recettes nous voulions faire pour cet article tellement toutes nous donnaient envie ! Mais finalement comme nous n’avions jamais posté d’article sur un petit-déjeuner complet c’était l’occasion.

Petit-déjeuner raw vegan

Ce petit-déjeuner raw vegan sera composé d’une boisson, de pancakes et de petits délices à tartiner.

Pour le réaliser vous aurez besoin du matériel suivant :

  • un déshydrateur
  • un blender (ou un robot mixer)

Lassi Chia-Mangue

Petit-déjeuner raw vegan

  • 120 ml de lait de coco
  • 2 cuillères à café de graines de chia
  • 150g de mangue congelée
  • 1 cuillère à café de cardamome

Pour cette recette, j’avais acheté, pelé, découpé et congelé 150g de mangue la veille.
Sortir la mangue du congélateur et verser tous les ingrédients dans le bol du blender. Mixer jusqu’à obtenir une crème homogène. Laisser reposer 10 minutes au frais avant de servir.

La recette est très simple et je ne l’ai pas modifiée par rapport au livre.

Notre avis : C’est une boisson très fraîche, ça fait un peu comme une crème glacée. La cardamome est bien présente et donne une petite touche épicée agréable. Ça peut tout aussi bien servir de dessert glacée à la fin d’un repas.

Pancakes raw aux noix du Brésil

Petit-déjeuner raw vegan

Pour 6 à 8 pancakes :

  • 2 bananes
  • 60 g de noix du Brésil
  • 4 cuillères à soupe de graines de lin blond moulues
  • 1 cuillère à soupe d’eau
  • 1 cuillère à café de cannelle (normalement la recette propose de l’extrait de vanille)

Petit-déjeuner raw vegan

Mixer les bananes au blender avec la poudre de cannelle puis ajouter les noix du Brésil  et mixer à nouveau jusqu’à obtenir une pâte homogène. À ce moment-là vous pouvez ajouter un peu d’eau si c’est trop épais.
Verser dans un saladier et ajouter les graines de lins moulues. Mélanger.
Sur une feuille cirée du déshydrateur, former des cercles assez épais à l’aide d’une louche ou d’une grosse cuillère. La recette est normalement pour 6 pancakes mais j’en ai fait 8 avec (je crois que mes pancakes étaient un peu petites …).

Petit-déjeuner raw vegan

Déshydrater pendant 12h à 42°C. Retourner lorsqu’une face est sèche. Puis poursuivre la déshydratation jusqu’aux ce que les deux faces soient séchées de façon homogène. Pour ces pancakes, j’ai remis 1h au déshydrateur avant de servir les pancakes car je les avais fait la veille.

Notre avis : La texture et le goût sont bons et c’est vraiment parfait pour le petit-déjeuner. La banane est bien présente mais contrebalancée par la noix du Brésil qui a un goût un peu terreux et les graines de lins qui apportent un croustillant.
Mais c’est quand même très différent des pancakes à la farine telles qu’on les connait. Il ne faut donc pas s’attendre à trouver le goût des “vraies” pancakes.

Caramel vegan à tartiner

Petit-déjeuner raw vegan

Pour un bocal :

  • 2 dattes medjool (comme je n’en avais pas j’ai utilisé les dattes deglet nour)
  • une douzaine d’abricots secs bio

Dénoyauter les dattes et découper les abricots en gros morceaux. Mettre dans un bocal et couvrir d’eau. Laisser tremper 1 nuit au réfrigérateur puis mixer le tout au blender avec l’eau de trempage jusqu’à obtention d’une pâte homogène.

Je n’ai pas mis toute l’eau de trempage, j’ai filtré avant et j’ai ajusté pour avoir la consistance que je souhaitais en la rajoutant petit à petit. Je vous conseille de faire de même.

Ce caramel se conserve plusieurs semaines au frigo mais il n’a pas duré si longtemps chez nous haha ;-)

Notre avis : Le goût est vraiment bluffant ! C’est notre recette coup de cœur ! Même si le goût de l’abricot est présent on sent quand même un vrai goût caramélisé. Et je pense qu’avec des dattes de très bonne qualité comme les Medjool, les Bahree ou les Sukari qui ont déjà un goût de caramel ça doit vraiment être une tuerie. En tout cas on va refaire cette recette plein de fois !

Crème pêche-abricot

Petit-déjeuner raw vegan

On a adapté la recette “Crème de cerise” avec de la pêche et de l’abricot bio du marché, parce que malheureusement cette année, il n’y a eu des cerises qu’une seule fois :'(

  • 50 g de noix de cajou mises à tremper
  • 60 ml d’eau (j’ai réduit la quantité par deux pour avoir une crème plus consistante)
  • 1/2 jus de citron vert
  • 2 pêches
  • 1 abricot

Rincer les noix de cajou et les placer dans le bol du blender. Verser l’eau et le jus de citron. Mixer jusqu’à obtention d’une crème onctueuse.

Couper les pêches et l’abricot en morceaux et les ajouter au blender. Mixer à nouveau.

Je n’ai pas mis d’épice dans cette recette mais vous pouvez ajouter de l’extrait de vanille ou de la cardamome.

Notre avis : Crème assez surprenante. Je n’avais encore jamais utilisé les noix de cajou pour faire une crème “sucrée” donc c’était une première. La pêche et l’abricot se marient bien. Je pense qu’un arôme vanille est un plus, j’en mettrai la prochaine fois.

Vous pouvez déguster cette crème en dessert également, avec des fruits frais ou vous servir de cette crème comme base pour une tartelette.

Comme il m’en restait j’ai fait une verrine avec la crème pêche-abricot et la fin du caramel cru ! C’était parfait pour terminer le repas sur une touche sucrée-acidulée.

En tout cas, nous allons tester de nombreuses recettes de cette petite bible du cru et nous perfectionner dans ce domaine. Suivez-nous sur Instagram où nous partageons avec vous nos tests culinaires ;-)

 

 

Nous avions entendu parler de la sortie de Demain, le film depuis quelques temps et même si nous n’allons jamais au cinéma, une fois n’est pas coutume et pendant nos vacances nous nous sommes rendus dans les salles obscures pour découvrir ce documentaire.

De manière générale, nous avons beaucoup apprécié le film, le message qu’il tente de véhiculer, la mise en lumière de toutes ces personnes qui se battent dans l’ombre pour sauver la planète pendant que les autres la détruisent.

C’était un film très émouvant et très touchant et surtout c’est un film qui fait réfléchir. Et ça c’est très rare. Je ne pense pas qu’on puisse sortir de la séance sans avoir été interpellé dans son mode de vie.

Au départ, c’était un film participatif qui a fait appel au crowdfunding. En à peine 3 jours ils avaient atteint leur objectif de 200.000 euros et ont terminé avec 444 390 € ! Un bel exploit qui montre que les gens ont envie d’en faire plus pour notre avenir et notre planète.

Demain, le film est très bien fait, en 5 parties qui abordent tous les sujets : l’alimentation, l’énergie, l’éducation, l’économie et la démocratie.

Je vais commencer en sens inverse du film.

La démocratie

Nous avons l’exemple inspirant d’Elango Ragaswami, de la caste des Intouchables, devenu maire de sa ville puis ayant crée un modèle de démocratie participative dans plusieurs villes d’Inde.

J’admire également beaucoup le peuple islandais qui a sauvé son économie et sa démocratie, même s’il leur reste encore beaucoup à faire pour lutter contre la corruption étatique et faire approuver leur nouvelle constitution.

L’économie

Je n’y connais rien en économie, c’est du chinois pour moi mais grâce à ce film j’ai pu comprendre pas mal de choses qui paraissent très simples comme par exemple : comment est créé l’argent.

Demain, le film

J’avais déjà entendu parler du franc Wir ainsi que des monnaies locales mises en place dans certaines villes et je trouve ces initiatives vraiment bonnes. Et ça m’a permis de découvrir qu’à Nice, une monnaie locale va être mise en place fin 2016.

L’éducation

J’ai toujours été admirative des pays du Nord, leur approche de l’éducation ou de la transition énergétique me conforte dans cette idée.

Demain, le film

Étant moi même dans le milieu de l’éducation, je suis totalement en accord avec leur mode de fonctionnement. J’ai la chance de travailler dans un établissement où il n’y pas de notes, pas de problème de discipline, où les gens sont là pour apprendre et nous, nous sommes là pour les encourager, les aider dans une ambiance détendue.

Quand on voit la différence entre le système éducatif français et celui des pays du Nord, on ne comprend pas ce qu’attendent les pouvoirs publics français pour ne serait-ce qu’un minimum améliorer la vie à l’école.

Une chose est sûre, dès la sortie du DVD je l’achèterai car il sera un très bon outil pour sensibiliser mes étudiants à la situation actuelle et aux réponses que chacun de nous peut apporter.

L’énergie

Le film nous parle des alternatives aux énergies fossiles qui ont été développées dans plusieurs pays, notamment en Europe du Nord : éolienne, énergie hydraulique, photovoltaïque …

Pendant les vacances j’avais déjà regardé plusieurs documentaires sur les énergies renouvelables sur Arte et les moyens mis en place par l’Islande et le Danemark.

Demain, le film

Même si tout n’est pas parfait, notamment avec les problèmes de l’industrie de l’aluminium qui détruit peu à peu le paysage naturel islandais, ils ont mis en place les énergies renouvelables et aujourd’hui près de 90% de la consommation d’énergie en provient.

Quant au Danemark sur l’île de Samsø, ils ont installés de nombreuses éoliennes dans la mer et désormais les paysans gagnent plus d’argent avec l’éolienne qu’avec les céréales. Et l’autre bonne nouvelle c’est qu’ils produisent deux fois plus d’électricité verte qu’ils n’en utilisent. Un exemple à suivre de toute urgence !

Dans le film, l’accent est également mis sur l’utilisation du vélo au Danemark, et même si de plus en plus en France, les villes encouragent les déplacements à vélo, nous sommes encore loin derrière.

On peut également voir la réussite de la ville de San Francisco, qui vise le “zéro déchet” en 2020 et qui aujourd’hui, a déjà atteint 80% de recyclage. Une révolution qui a non seulement été bénéfique pour l’environnement mais également pour l’emploi où un millier de nouveaux emplois dans ce secteur ont été créés.

Plusieurs villes en France souhaitent suivre cette voie sous l’impulsion du mouvement Zero Waste.

L’alimentation

Je terminerai par ce volet qui, à mes yeux, est le plus important.

Tout d’abord, la vie rêvée de ce couple qui a tout plaqué pour créer une ferme en permaculture : la Ferme du Bec. C’est encourageant de voir ces initiatives et surtout les excellents résultats qui prouvent bien qu’une autre agriculture est possible.

J’ai également été très touchée par les habitants de la ville de Détroit. Cette ville a complétement été laissée à l’abandon et ce sont les habitants eux même qui ont dû trouver des solutions pour pouvoir se nourrir. Un très bel exemple de tout ce qu’on peut accomplir quand tout une communauté se met ensemble pour le réaliser.

Demain, le film

Je vais terminer par mon seul bémol sur le film : j’ai été déçue qu’ils ne disent que du bout des lèvres qu’il fallait arrêter diminuer la viande pour sauver la planète et nourrir le monde entier. Même si je comprends que le film se veut positif et qu’ils n’allaient pas faire un remake de Earthlings, ils auraient quand même pu approfondir ce sujet et prendre quelques minutes pour interroger des végétaliens du monde, montrer qu’une autre alimentation est possible.

La consommation massive de viande est un fléau pour l’agriculture, pour les animaux et pour les humains. Mais comme à la COP 21, on n’en parle pas, c’est tabou.

Alors que nous savons que la production de viande est le plus gros pollueur à l’heure actuelle comme nous l’explique l’association L214, on nous encourage simplement à ‘diminuer’ notre consommation. Je trouve ça triste, et surtout dommage qu’un film engagé ne mette pas plus en lumière ce volet là, surtout sachant que 62% des français seraient prêts à le faire.

Néanmoins, comme je l’ai dit au début de l’article, ce film fait réfléchir et nous donne envie de faire encore plus : se battre pour le tri sélectif, se mettre à la monnaie locale, changer de fournisseur d’énergie, faire du bénévolat dans un groupe de jardiniers, prendre plus souvent le vélo, ne plus rien acheter dans les grandes enseignes et privilégier encore plus nos producteurs locaux…

Mais surtout : ne pas se résigner.

Jamais.

Et vous, avez-vous vu Demain, le film ?
Qu’en avez-vous pensé ?

 

Pour aller plus loin :

Le site officiel du film Demain et un récapitulatif des solutions apportées.

5 enseignements à retenir du film sur le blog Vegemag

Colibri, le mouvement de Pierre Rabhi