Vous retrouverez dans cette section toutes les recettes vegan réalisées avec des fruits et légumes de printemps.

Articles

Que faire quand on est invité à déjeuner ou à dîner chez des proches et que l’on ne veut ni imposer son alimentation à l’ensemble de la tablée, ni se retrouver à manger des radis avec une feuille de salade en créant l’apitoiement général ? Pas facile à gérer comme situation …

Vous êtes invité et bien évidemment tout le monde n’est pas vegan, voire personne. Vous savez qu’il est préférable pour vous d’apporter votre propre repas, mais vous ne savez pas exactement quoi préparer pour que ça soit rapide, que ça ne monopolise pas trop la cuisine de votre hôte mais que vous vous régaliez quand même.

C’est un peu la situation dans laquelle on s’est retrouvées le week-end dernier, alors je vais partager avec vous la recette qui nous a sauvé la vie : les courgettes farcies !

Ça tombe bien, les courgettes rondes sont arrivées au marché, du coup j’ai eu l’idée de faire des petits farcis, vegan évidemment.

Il suffit de les préparer à l’avance et une fois sur place il n’y a plus qu’à enfourner et à attendre. Il n’y a absolument rien à faire d’autre. Enfin si, il ne vous reste qu’à espérer que le four ne soit pas monopolisé par un cadavre haha.

Après, la question est : quel type de farcis je vais faire ? Avec la menthe que je venais d’acheter, j’ai tout de suite pensé à des farcis en mode indienne : lentilles corail, riz, épices, etc… et pour le liant j’ai utilisé de la farine de pois chiche avec du lait coco.

C’était vraiment délicieux et super pratique à transporter. Et je vous conseille d’en faire plus pour faire goûter aux non vegan qui pourraient être réticents au départ, mais qui se laisseront facilement tenter par l’odeur alléchante ;-)

Retrouver la recette en vidéo à la fin de l’article.

Ingrédients pour 8 Courgettes farcies saveurs indiennes

ingredients_farcis-indiens

  • 8 courgettes rondes
  • 50 g lentilles corail
  • 100 g de riz complet
  • 1 oignon nouveau
  • 1 gousse d’ail
  • 1 bout de racine de gingembre
  • 2 cuillères à soupe de sauce tamari
  • 1 c. à café d’épices en poudre de : cumin, curry, paprika
  • 50 g de farine de pois chiche
  • 30 cl de lait coco
  • 50 g de graines (sésame, chia, lin et tournesol)
  • 5 branches de menthe fraîche
  • 10 branches de persil frais
  • Poivre ou mélange de baies
  • facultatif : basilic et capucine pour la déco

Préparation

Courgettes farcies saveurs indiennes

  1. Cuire le riz dans de l’eau, le temps change selon s’il est plus ou moins complet. Ici cuire moins longtemps : environ 20 minutes , car après ça cuira dans le four avec la farce.
  2. Cuire les lentilles dans de l’eau pendant 10 minutes.
  3. Émincer et faire revenir dans une poêle huilée : oignon, ail, gingembre.
  4. Évider les courgettes, puis les ajouter ensuite dans la poêle ainsi que les épices sans oublier d’assaisonner.
  5. Une fois cuits ajouter le riz et les lentilles corail. Ajouter les herbes fraîches ciselées, les graines et le tamari.
  6. Dans une saladier mélanger le lait coco et la farine. Mélanger jusqu’à ce que ça soit bien  homogène. Ajouter à la poêle. Mélanger.
  7. Farcir les courgettes évidées. Mettre au four T°7 pendant 30 minutes environ. Piquer les courgettes avec un couteau pour voir quand elles sont cuites. Si vous aimez vous pouvez les manger encore légèrement croquantes.

Trucs et Astuces

  • Pour une petit entrée un farci par personne peut suffire. Pour un plat, selon l’appétit, entre 2-3 farcis.
  • Avec le reste de farce faites des steaks pour un burger par exemple ;-)

Et vous, quelle est votre recette fétiche quand vous êtes invité ?

 

 

 

 

Je ne sais pas si c’est dû au printemps mais en ce moment j’ai envie de choses simples et faciles à faire. Tout en épatant mes papilles avec de nouvelles saveurs. En cette période transitoire où les légumes d’hiver disparaissent des étals et que ceux du printemps commencent à pointer le bout de leur nez, j’avoue avoir un peu délaissé le cru, en légère overdose des légumes d’hiver sous toutes leurs formes. J’ai plutôt envie de beignets de fleurs de courgettes, de pâtes aux herbes fraiches ou encore de pissaladière.

C’est donc dans cette optique que je vous partage ma dernière recette de pâtes qui se fait en 10 minutes chrono et qui sort de l’ordinaire. Au début c’était juste un petit plat sans prise de tête, en mode : qu’est-ce que je vais pouvoir faire de rapide avec mes fleurs ? Et je ne pensais pas du tout en publier la recette mais Lorelei a insisté me disant que c’était vraiment trop bon ! Alors la voilà :)

Ça fait quelques semaines maintenant que je vois de l’ail des ours sur toute la blogosphère, de quoi titiller suffisamment mes pupilles pour me motiver à tenter de trouver cette petite merveille de la nature.

Je ne m’étais jamais posée la question avant de savoir s’il était possible d’en trouver aux alentours de chez moi. Puis Clémentine du blog Amande Basilic a fait une série d’articles (que je vous conseille d’aller lire !) qui m’ont bien donné envie de me bouger à la recherche de quelques plantes et fleurs comestibles dans la nature. L’occasion d’allier l’utile à la l’agréable en somme. En tant que novice, j’ai quand même lu quelques articles sur les précautions à prendre pour la cueillette, bon il n’y a pas d’ours il me semble sur la Côte d’Azur donc je ne risque pas de me retrouver nez à nez avec un ours en pleine purge… déjà un risque en moins haha.

J’étais partie plutôt défaitiste vu comme je suis nulle pour reconnaître les fleurs mais bon quelques heures plus tard me voilà rentrée avec de l’ail des ours ! Une trouvaille inespérée.

Au marché, les fleurs de courgettes ont fait leur grand retour et la maraichère m’a offert des capucines, que je n’avais jamais goûtées avant ! C’est donc tous ces ingrédients qui m’ont inspiré cette recette… aux 3 fleurs.

J’adore la cuisine aux fleurs mais je n’en avais jamais fait moi-même. Étant super flemmarde et pas très patiente à en trouver dans la nature. Ce fut un bon début. La fleur d’ail des ours a un goût d’ail prononcé mais doux. La capucine a un goût subtile de poivre. Quant aux fleurs de courgettes j’en suis complètement fan, j’en fais une réelle orgie dès qu’elles arrivent de début mai à la fin de l’été (s’il ne fait pas trop chaud comme l’été dernier !).

courgettes-fleurs

Ingrédients pour 2 assiettes de spaghetti aux fleurs

  • 250 g de spaghetti (au choix)
  • 10 fleurs de courgettes
  • Ail des ours (fleurs + gousses)
  • Quelques capucines
  • 10 mini courgettes
  • Huile d’olive
  • Basilic
  • Sel
  • Poivres ou mélange de baies

Tout se cuit très rapidement. Les courgettes peuvent se manger limite croquantes si vous les aimez ainsi.

Cuire les pâtes (voir sur le paquet).
Faire revenir les mini courgettes entières dans une poêle légèrement huilée à l’huile d’olive avec les gousses d’ail des ours émincées.
Ajouter en fin de cuisson les fleurs de courgettes (vous pouvez éventuellement légèrement l’enrober d’un mélange farine de pois chiche et d’eau pour un léger effet tempura, comme dans la recette ici en bas de page -> ici ).
Une fois les pâtes cuites, assembler le tout dans une assiette : pâtes, courgettes, fleurs de courgettes, fleurs d’ail des ours, capucines et le basilic. Verser un filet d’huile d’olive sur les pâtes. Sans oublier d’assaisonner ;-)

Il n’y a plus qu’à déguster. Cette recette est déclinable selon vos envies, les fleurs que vous avez à disposition, à vous de laisser libre cours à votre imagination pour faire des associations étonnantes.

Et vous, la cuisine aux fleurs, vous avez déjà testé ? Qu’en avez-vous pensé ?

 

 

 

Seconde et dernière recette dans le cadre des éco-défis d’Échos-verts. La semaine dernière Edelweiss vous avait partagé une pissaladière apéro avec des ingrédients 100% locaux.

Aujourd’hui, c’est à mon tour (Lorelei) de vous proposer encore une recette qui prouve que l’on peut se régaler en consommant local. Et puis bio, aussi, bien évidement comme déjà expliqué -> ici. L’un ne va pas sans l’autre, si l’on est inquiet de la santé des sols et de la sienne ! Et comme je pense qu’il est important de savoir ce que l’on mange voici un petit dessin qui se passe de commentaire ;-)

mousse aérienne fraise basilic

Ça fait peur non ? Il faut savoir que la fraise est l’un des fruits les plus infestés en substances chimiques et que dans la liste il y en a qui sont même interdits ! Même si selon moi et en toute logique ils devraient tous l’être … Non ?!

Je ferme la parenthèse sur le sujet mais je ne pouvais pas ne pas l’évoquer.

Pour cette recette j’ai donc opté pour assez peu d’ingrédients. Tout d’abord les fraises, qui viennent tout juste d’arriver dans notre petit marché. Le basilic que je cultive sur notre terrasse et du citron qui pousse dans la cour à mon boulot (oui rien ne se perd). Et pour faire la mousse, du jus de cuisson de pois chiche, la légumineuse star de ma région. Si vous ne savez pas ce qu’est l’aquafaba, je vous invite à relire mon ancien article sur la tarte au citron meringuée où j’explique tout.

J’ai néanmoins eu un petit soucis en exécutant la recette. J’étais bien motivée à me passer de sucre mais ça se révéla… impossible. Vous devez vous demander pourquoi je n’ai pas utiliser de miel, et bien tout simplement parce que ce n’est pas vegan, et oui ! Et je privilégierais toujours le veganisme en premier lieu. Pour savoir pourquoi on ne devrait pas consommer de miel -> cliquez ici. J’ai donc dû me résigner à ajouter du sucre de canne, sans ça, la mousse n’aurait vraiment pas été sucrée.

 

Ingrédients pour la mousse aérienne fraise – basilic

mousse aérienne fraise basilic

  • 250 g de fraises
  • 10 cl d’aquafaba (eau de cuisson de pois chiche)
  • 5 feuilles de basilic
  • 4 cuillères à soupe de sucre de canne
  • 1 citron
  • Huile d’olive

 

Couper les fraises en morceaux et les faire revenir dans 1 cuillère à café d’huile d’olive avec 2 cuillères à soupe de sucre et un peu d’eau.
Cuire à couvert pendant 15 minutes.

fraises

Ajouter le basilic et mixer le tout pour obtenir un coulis de fraise.
Réserver au frais.

Pendant ce temps, monter en neige l’aquafaba avec le jus d’un citron et 2 cuillères à soupe de sucre. Mixer très longuement même au-delà du moment où vous pensez que c’est bon sinon ça risque de retomber vite.

mousse aérienne fraise basilic

Quand le coulis est frais, mettre 150 g de coulis dans un saladier et conserver le reste au frais.
Incorporer peu à peu l’aquafaba au coulis à l’aide d’une spatule afin d’obtenir une mousse homogène.

mousse aérienne fraise basilic
Déposer au fond d’une verrine un peu de coulis et le recouvrir de mousse. Décorer d’une feuille de basilic.
Déguster immédiatement.

mousse aérienne fraise basilic

Trucs et astuces

Si vous voulez conserver votre mousse plus longtemps, alors il faudra ajouter plus de sucre lors du battage de l’aquafaba. En effet, contrairement aux blancs en neige, l’aquafaba retombe assez vite et si vous attendez trop longtemps avant de la déguster, votre mousse risque de disparaitre. Mais en ajoutant plus de sucre, ou alors de la gomme de guar par exemple, ça permet de la conserver plus longtemps.

Télécharger gratuitement 4 E-books de recettes

 

 

 

Un grand merci à Natasha d’Echos-Verts d’avoir réuni en 4 E-books les recettes printanières, locales et végétales de 15 blogueuses et de les avoir mis gratuitement en téléchargement. N’attendez plus pour découvrir ces 28 recettes  !

 

Click here to get the recipe of the Strawberry basil mousse in English

 

 

 

Avez-vous déjà essayé cette spécialité américaine qu’est le cheesecake ? Et l’avez-vous déjà essayé en version vegan ? Pour ma part c’est une première, je n’ai jamais mangé de “vrai” cheesecake et j’attaque direct avec une version salée et végétalisée qui je l’espère vous plaira.

Le printemps est bel et bien là, les étals du marché sont enfin passés presque totalement à cette nouvelle saison ! De quoi retrouver toute ma créativité qui commençait à s’estomper je dois dire.

Plein de jolis légumes que j’avais hâte de revoir ont fait leur grand retour : fleurs de courgettes et leurs bébés courgettes (une merveille de la nature), artichauts, petit pois, févettes, oignons nouveaux, carottes nouvelles, je vous conseille d’ailleurs de cuisiner ces dernières de la même façon que pour ma recette des navets glacés, un vrai bonheur :-)

marcheprintemps

Bye bye les légumes d’hiver ne vous inquiétez dans quelques mois j’aurais hâte de vous retrouver haha. Pour le moment je me languie des tomates, aubergines et courgettes de Nice. Je rêve de faire une bonne ratatouille et des plats indiens à base d’aubergine que j’ai hâte de partager avec vous. Mais bon on se détend on n’est qu’au début du printemps …

J’avais des asperges blanches dans mon frigo qui trainaient un peu ne sachant toujours pas quoi en faire… j’attendais qu’une illumination vienne à moi. Puis quand je suis arrivée au marché en voyant les petits pois et févettes j’ai tout de suite pensé au cheesecake ! Bon, salé bien sûr. Et pas vraiment cheesy non plus, vous vous en doutez bien.

En effet, le cheesecake n’a rien de vegan à la base. C’est un gâteau au fromage à la crème (style Philadelphia) avec des œufs et du sucre, déclinable selon les envies.

Mais même pas peur !

Ici pour végétaliser le cheesecake, j’utilise du tofu soyeux et de l’agar-agar comme base avec de l’asperge pour une version salée printanière. Pour donner une légère saveur de fumé, j’ai utilisé un thé fumé (à utiliser avec modération sinon c’est vite très envahissant). Pour le biscuit j’ai choisi d’utiliser du sarrasin et des noix de cajou, mes deux ingrédients chouchou. Si vous n’aimez pas, remplacez par n’importe quelles autres graines ou oléagineux.

Recette du cheesecake fumé printanier

 

Ingrédients pour la croute de biscuit sans cuisson

ingredients-croute

  • 75 g de noix de cajou
  • 50 g de kasha (sarrasin grillé)
  • 25 g de graines de tournesol
  • 1-2 cuillères à soupe de sauce tamari
  • 1-2 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • Persil
  • Coriandre
  • Poivre ou mélange de baies

Mixer tous les ingrédients mais pas trop longtemps il ne faut pas que ça soit une poudre trop fine. Mais plutôt grossière.
Étaler dans le fond d’un petit cercle à tarte. J’en ai fait 5 avec cette quantité (mes cercles font 8 cm).

 

Ingrédients pour la garniture

ingredients-garniture

  • 600 g d’asperges blanches (une dizaine)
  • 1 citron
  • 100g de petits pois
  • 200 g de tofu soyeux
  • 1 cuillère à café d’agar-agar
  • 5 cl de lait végétal (ou de l’eau)
  • 1 cuillère à café de thé Lapsang souchong
  • Sel
  • Poivre
  • Des pousses de roquettes germées pour la déco
  • Quelques févettes

Éplucher et couper les extrémités dures des asperges.
Les cuire à la vapeur ou dans l’eau pendant 15 minutes environ (vous pourrez alors garder l’eau de cuisson pour une soupe ou juste boire le bouillon tel quel c’est super bon !).

Une fois cuites, les mixer avec le tofu soyeux, le citron pressé, le thé fumé, et les assaisonner de sel et poivre.

Cuire également les petits pois à l’eau (ou à la vapeur au choix) pendant 10 minutes environ.

Dans une petite casserole faire chauffer le lait avec l’agar-agar et porter à ébullition tout en mélangeant constamment. Laisser frémir quelques secondes (ça doit atteindre les 90°C pour que l’agar-agar agisse.)
Puis ajouter à la purée. Mixer à nouveau.

Placer la garniture et les petits pois cuits sur la base sablée. Lisser à l’aide d’une spatule.
Laisser au frigo quelques heures, minimum 2h le temps que ça prenne bien.

Au moment de servir décorer de pousses de roquettes.

cheesecake0

 Astuces

Vous pouvez également garder les têtes des asperges pour les poser sur le cheesecake si pour vous c’est un crève-cœur de les mixer ;-)

Vous pouvez utiliser d’autres pousses pour la décoration mais celles-ci apportent un goût particulier.

For the recipe in English –> Check out our page on “One Green Planet”.

 

 

 

Des navets ça vous tente ? Ok j’avoue, ça n’envoie pas du rêve comme légume :-) J’ai longtemps boudé ce légume que j’utilisais dans la soupe ou pour faire des bouillons de légumes… et encore. Je reste un peu traumatisée car petite dans un plat je les confondais avec les pommes de terre. Non non, toi petit navet on était prédestiné à pas être copain du tout.

Puis je l’ai redécouvert ou découvert même je dirais, grâce à mon marché bio. Chaque printemps je suis contente de retrouver ce légume que j’ai toujours trouvé curieux, fort et pas très agréable en bouche. Mais ces navets je peux vous dire que je les adore. Déjà ce sont des navets nouveaux tout petits et tout mignons. Et ils ont un super parfum tout doux, je les mange même crus parfois. Dans le navet je garde tout. Les fanes finissent soit à l’extracteur soit dans une soupe printanière, tout comme leurs copines les fanes de radis qui subissent le même sort.

Mais aujourd’hui j’avais envie de vous partager cette recette qui m’a fait re-aimer les navets : les navets glacés. C’est la première fois que je les fais en version vegan d’ailleurs. C’est à dire que je remplace le miel de romarin par du sirop d’agave et du romarin frais fleuri qui vient du marché également. Et je n’ai pas du tout était déçue ! Avec l’orange c’est pas mal du tout. Ces petits navets fondent dans la bouche :-)

J’ai décidé d’accompagner ces navets avec un pistou aux fanes de navet. Et oui tout se mange dans le navet !

Mais, pistou ou pesto ? Aucun des deux en fait. Dans le pesto il y a du parmesan et des pignons mais dans le pistou il n’y a rien de tout ça juste de l’huile, de l’ail. Ici j’ai fait entre les deux un pistou avec des oléagineux donc en mode freestyle pour changer ;-)

Navets glacés

Ingrédients

Navets glacés à l’orange et romarin fleuri

5 navets nouveaux
1 orange
Romarin fleuri
20 g de sirop d’agave
Huile d’olive
Eau
Sel
Poivre

Pistou de fanes de navets

Fanes de 5 navets
1 gousse d’ail
40 g de noix de cajou et d’amandes
25 g d’huile d’olive
Sel
Mélange de baies (ou poivre)

Préparation des navets glacés à l’orange et romarin fleuri

Navets glacés

Pas besoin d’éplucher les navets nouveaux, la peau est super fine et se mange. Couper les fanes et les réserver pour le pistou. Laisser les navets entiers.
Les faire légèrement dorer dans de l’huile d’olive.
Zester l’orange, puis presser son jus.
Ajouter dans la poêle le sirop d’agave, le zeste de l’orange, le jus de l’orange pressée, le romarin et de l’eau à mi-hauteur.
Recouvrir d’un papier sulfurisé de la taille de la poêle et faire une cheminée au milieu, laisser le jus réduire à petite ébullition.
Enlever le papier sulfurisé quand les navets sont cuits (planter un couteau pour voir si c’est tendre).
Arroser les navets du jus restant et ce jusqu’à complète évaporation. Les navets doivent être brillants et colorés mais pas trop caramélisés (bon après on fait ce que l’on veut).

Préparation du pistou de fânes de navet

 

Navets glacés

Pour le pistou il suffit de mixer tous les ingrédients (fanes, ail, noix de cajou, amande, sel, poivre, huile d’olive) jusqu’à ce que ça fasse une pâte homogène.
Ajuster l’assaisonnement si nécessaire.

Astuces

Appliquer cette technique de cuisson avec n’importe quels légumes. Pareil pour le pistou.

 

 

 

 

Les nems, encore un plat qui invite aux voyages. De plus il n’y a rien de plus simple à faire. Oui oui je vous assure. Ça vous semble peut-être compliqué, réservé aux cuisinièr(e)s aguerri(e) ? On me le répète assez souvent, mais je vous assure une fois le coup de main attrapé, c’est vraiment super simple. Tout est question de doigté ;-)

C’est grâce à la cuisine asiatique que j’ai commencé à apprécier la cuisine végétale. J’aime tellement cette cuisine simple, légère et épicée qui met en avant les légumes. Cette cuisine est une explosion de saveurs en bouche.

À la maison cette recette est devenue un grand classique. C’était une des premières recettes que j’ai créée au début de notre véganisme et j’ai enfin décidé de la partager avec vous. Il est assez rare que je refasse une recette à lettre, mais celle-ci en fait partie, sauf que dernièrement j’y ai ajouté des shiitakes.

Pour faire des nems il suffit de pas grand chose : des feuilles de riz, des légumes, des céréales ou des légumineuses qui apporteront de la consistance au plat. Il m’arrive de faire des nems avec uniquement des légumes, c’est aussi bon, juste moins consistant, tout dépend de l’appétit que l’on a et de nos besoins.

Il n’y a rien de compliqué, utilisez juste les légumes à disposition. Ici ça sera blette et shiitakes. Pourquoi ? D’abord parce que la blette est un légume de saison et que l’on a à profusion dans le sud-est de la France, j’ai donc naturellement utilisé ce légume dans cette recette. Ensuite les shiitakes, parce qu’ils ont un goût assez prononcé et c’est la touche asiatique du plat. C’est également ma dernière lubie ! Je les mets partout en ce moment. Et enfin les lentilles corail parce que j’avais envie de changer des traditionnelles vermicelles de soja et que j’aime explorer des saveurs différentes.

Il faut toujours que j’apporte une nouveauté quand je refais un plat, cette fois ça sera au niveau de la sauce, que je fais à base de lait coco. Ça faisait un moment que j’avais envie d’essayer et je n’ai pas été déçue.

Ces nems ont une saveur qui change des traditionnels nems vietnamiens c’est certain… ils ont plutôt une saveur indienne : entre les blettes, les lentilles corail et les épices utilisées, ingrédients souvent utilisés dans la cuisine indienne.

Ingrédients Nems

Ingrédients pour 12 nems aux blettes, shiitakes et lentilles corail

12 galettes de riz de de 22 cm (ou 16 pour des galettes de 18 cm)
100 g de lentilles corail
30 g de shiitakes déshydratés
1 bouquet de blette
1 aillet (1 gousse d’ail)
1 oignon nouveau (1 petit oignon)
1 petit piment
Gingembre en poudre
Curry en poudre
Huile d’olive

Ingrédients pour la sauce nems

Sauce tamari
Purée de cacahuète
Lait de coco
Citron
Piment
Eau (option)
Coriandre et/ou menthe fraîche.

Allumer le four T8 ou 240°.

Je préfère cuire les nems au four. À la base j’ai voulu essayé une version plus “light” et depuis je ne les fais que comme ça, tout simplement parce que c’est plus pratique selon moi. En effet tous les nems cuisent en même temps et j’utilise moins d’huile pour le coup. Après chacun fait comme il veut. Si vous avez une friteuse, ou sinon avec de l’huile dans une casserole (ou une poêle) ça marche aussi très bien !

Préparation de la farce

Mettre à tremper les champignons shiitakes dans de l’eau pendant 15-20 minutes.
Cuire les lentilles pendant 15 minutes.
Pendant ce temps, émincer : ail, oignon et piment (enlever les graines si vous n’aimez pas trop pimenté). Faire revenir le tout dans une poêle huilée préalablement.
Séparer les côtes des feuilles de blettes. Émincer les côtes et les ajouter à la poêle. Ajouter ensuite les feuilles ciselées, les shiitakes émincés avec un peu de tamari et laisser mijoter.
Une fois que les lentilles sont cuites les ajouter à la farce. Mélanger bien le tout.
Rectifier l’assaisonnement si besoin.

 

FarceNems

Une fois la farce cuite confectionner les nems

Faire tremper une feuille de riz dans de l’eau tiède. Personnellement je mets de l’eau dans une poêle que je fais légèrement chauffer. Je trempe la feuille dedans 10 sec, j’égoutte et je mets sur la planche en bois. La feuille doit être bien souple sinon elle casse et pas trop humide sinon elle ne collera pas.

Ajouter une cuillère à soupe de farce sur la partie basse de la feuille. Rabattre la feuille du bas sur la farce, roulé un peu en pressant, rabattre à gauche et à droite puis rouler en pressant bien mais pas trop pour ne pas casser la feuille. Tout est question d’habitude. Si ça casse recommencer ;)

Mettre les nems sur une plaque huilée allant au four puis une fois tous les nems confectionnés, repasser un coup de pinceau huilé sur tous les nems.

Et c’est parti pour 20 minutes de cuisson environ selon la taille de vos nems. Retourner à moitié de cuisson. Mais attention que ça soit cuit sinon en les retournant ils vont coller et se casser. Au pire si c’est le cas tant pis, ils ne seront pas moins bons, juste pas très beaux ;-)

Pour la sauce

Mélanger de la sauce tamari, du lait coco, un peu de piment, de la purée de cacahuète (ou autre oléagineux), du citron. Les quantités c’est selon les goûts, ajustez selon votre préférence : si vous préférez une sauce plutôt épicée ou douce, ajoutez plus ou moins de piment, de lait coco ou de purée. Allonger la sauce avec un peu d’eau si vous voulez qu’elle soit plus diluée.

Manger chaque nem enroulé dans une feuille de salade avec quelques feuilles d’herbes aromatiques au choix : coriandre et/ou menthe. Puis tremper dans la sauce. Mmmmh un vrai délice !

Astuces

Ajouter des protéines de soja texturés si vous êtes friands des simili-carnés.
Ajouter du curcuma et du gingembre frais, ça change des épices en poudre.
Remplacer les blettes par les épinards pour varier les plaisirs par exemple.
Faites de même avec les champignons, il existe une multitude de variétés de champignons, de quoi s’amuser selon les saisons et ses envies ;-)
S’il vous en reste en trop il est tout à fait possible de les réchauffer au four le lendemain.

 

Et vous, vous les aimez comment les nems végétaliens ?