Nous avions entendu parler de la sortie de Demain, le film depuis quelques temps et même si nous n’allons jamais au cinéma, une fois n’est pas coutume et pendant nos vacances nous nous sommes rendus dans les salles obscures pour découvrir ce documentaire.

De manière générale, nous avons beaucoup apprécié le film, le message qu’il tente de véhiculer, la mise en lumière de toutes ces personnes qui se battent dans l’ombre pour sauver la planète pendant que les autres la détruisent.

C’était un film très émouvant et très touchant et surtout c’est un film qui fait réfléchir. Et ça c’est très rare. Je ne pense pas qu’on puisse sortir de la séance sans avoir été interpellé dans son mode de vie.

Au départ, c’était un film participatif qui a fait appel au crowdfunding. En à peine 3 jours ils avaient atteint leur objectif de 200.000 euros et ont terminé avec 444 390 € ! Un bel exploit qui montre que les gens ont envie d’en faire plus pour notre avenir et notre planète.

Demain, le film est très bien fait, en 5 parties qui abordent tous les sujets : l’alimentation, l’énergie, l’éducation, l’économie et la démocratie.

Je vais commencer en sens inverse du film.

La démocratie

Nous avons l’exemple inspirant d’Elango Ragaswami, de la caste des Intouchables, devenu maire de sa ville puis ayant crée un modèle de démocratie participative dans plusieurs villes d’Inde.

J’admire également beaucoup le peuple islandais qui a sauvé son économie et sa démocratie, même s’il leur reste encore beaucoup à faire pour lutter contre la corruption étatique et faire approuver leur nouvelle constitution.

L’économie

Je n’y connais rien en économie, c’est du chinois pour moi mais grâce à ce film j’ai pu comprendre pas mal de choses qui paraissent très simples comme par exemple : comment est créé l’argent.

Demain, le film

J’avais déjà entendu parler du franc Wir ainsi que des monnaies locales mises en place dans certaines villes et je trouve ces initiatives vraiment bonnes. Et ça m’a permis de découvrir qu’à Nice, une monnaie locale va être mise en place fin 2016.

L’éducation

J’ai toujours été admirative des pays du Nord, leur approche de l’éducation ou de la transition énergétique me conforte dans cette idée.

Demain, le film

Étant moi même dans le milieu de l’éducation, je suis totalement en accord avec leur mode de fonctionnement. J’ai la chance de travailler dans un établissement où il n’y pas de notes, pas de problème de discipline, où les gens sont là pour apprendre et nous, nous sommes là pour les encourager, les aider dans une ambiance détendue.

Quand on voit la différence entre le système éducatif français et celui des pays du Nord, on ne comprend pas ce qu’attendent les pouvoirs publics français pour ne serait-ce qu’un minimum améliorer la vie à l’école.

Une chose est sûre, dès la sortie du DVD je l’achèterai car il sera un très bon outil pour sensibiliser mes étudiants à la situation actuelle et aux réponses que chacun de nous peut apporter.

L’énergie

Le film nous parle des alternatives aux énergies fossiles qui ont été développées dans plusieurs pays, notamment en Europe du Nord : éolienne, énergie hydraulique, photovoltaïque …

Pendant les vacances j’avais déjà regardé plusieurs documentaires sur les énergies renouvelables sur Arte et les moyens mis en place par l’Islande et le Danemark.

Demain, le film

Même si tout n’est pas parfait, notamment avec les problèmes de l’industrie de l’aluminium qui détruit peu à peu le paysage naturel islandais, ils ont mis en place les énergies renouvelables et aujourd’hui près de 90% de la consommation d’énergie en provient.

Quant au Danemark sur l’île de Samsø, ils ont installés de nombreuses éoliennes dans la mer et désormais les paysans gagnent plus d’argent avec l’éolienne qu’avec les céréales. Et l’autre bonne nouvelle c’est qu’ils produisent deux fois plus d’électricité verte qu’ils n’en utilisent. Un exemple à suivre de toute urgence !

Dans le film, l’accent est également mis sur l’utilisation du vélo au Danemark, et même si de plus en plus en France, les villes encouragent les déplacements à vélo, nous sommes encore loin derrière.

On peut également voir la réussite de la ville de San Francisco, qui vise le « zéro déchet » en 2020 et qui aujourd’hui, a déjà atteint 80% de recyclage. Une révolution qui a non seulement été bénéfique pour l’environnement mais également pour l’emploi où un millier de nouveaux emplois dans ce secteur ont été créés.

Plusieurs villes en France souhaitent suivre cette voie sous l’impulsion du mouvement Zero Waste.

L’alimentation

Je terminerai par ce volet qui, à mes yeux, est le plus important.

Tout d’abord, la vie rêvée de ce couple qui a tout plaqué pour créer une ferme en permaculture : la Ferme du Bec. C’est encourageant de voir ces initiatives et surtout les excellents résultats qui prouvent bien qu’une autre agriculture est possible.

J’ai également été très touchée par les habitants de la ville de Détroit. Cette ville a complétement été laissée à l’abandon et ce sont les habitants eux même qui ont dû trouver des solutions pour pouvoir se nourrir. Un très bel exemple de tout ce qu’on peut accomplir quand tout une communauté se met ensemble pour le réaliser.

Demain, le film

Je vais terminer par mon seul bémol sur le film : j’ai été déçue qu’ils ne disent que du bout des lèvres qu’il fallait arrêter diminuer la viande pour sauver la planète et nourrir le monde entier. Même si je comprends que le film se veut positif et qu’ils n’allaient pas faire un remake de Earthlings, ils auraient quand même pu approfondir ce sujet et prendre quelques minutes pour interroger des végétaliens du monde, montrer qu’une autre alimentation est possible.

La consommation massive de viande est un fléau pour l’agriculture, pour les animaux et pour les humains. Mais comme à la COP 21, on n’en parle pas, c’est tabou.

Alors que nous savons que la production de viande est le plus gros pollueur à l’heure actuelle comme nous l’explique l’association L214, on nous encourage simplement à ‘diminuer’ notre consommation. Je trouve ça triste, et surtout dommage qu’un film engagé ne mette pas plus en lumière ce volet là, surtout sachant que 62% des français seraient prêts à le faire.

Néanmoins, comme je l’ai dit au début de l’article, ce film fait réfléchir et nous donne envie de faire encore plus : se battre pour le tri sélectif, se mettre à la monnaie locale, changer de fournisseur d’énergie, faire du bénévolat dans un groupe de jardiniers, prendre plus souvent le vélo, ne plus rien acheter dans les grandes enseignes et privilégier encore plus nos producteurs locaux…

Mais surtout : ne pas se résigner.

Jamais.

Et vous, avez-vous vu Demain, le film ?
Qu’en avez-vous pensé ?

 

Pour aller plus loin :

Le site officiel du film Demain et un récapitulatif des solutions apportées.

5 enseignements à retenir du film sur le blog Vegemag

Colibri, le mouvement de Pierre Rabhi

 

 

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.