Articles

Vous aimez les falafels ? Mais connaissez-vous les falafels d’okara ? Cette idée m’est venue car j’avais plein d’okara dans le congélateur, plus de pois chiche et une envie irrépressible de falafels !

C’est quoi l’okara ? Vous vous souvenez je vous en parlais dans le dernier DIY Tofu maison ? C’est la pulpe de soja que l’on récupère quand on fait du tofu ou du lait de soja. On appelle aussi okara toutes les pulpes que l’on récupère quand on fait du lait maison : noisette, amande, cajou, etc… Chaque okara apporte des bienfaits différents mais pour cette recette j’utilise l’okara de soja qui est riche en protéines, calcium et fer.

Au début quand je faisais du tofu et que je me retrouvais avec 1 kg d’okara je me disais “quelle galère, qu’est-ce que je vais faire de tout ça” ? Maintenant je l’utilise dans les falafels mais aussi dans les cookies ou encore les pancakes !

Les falafels c’est déjà un plat très économique et tellement simple à réaliser, mais encore plus avec de l’okara. En plus je trouve les falafels d’okara plus légères et moelleuses.

Ça dépanne bien quand on reçoit car tout le monde aime les falafels, ou alors pour un apéro par exemple !

Ingrédients pour 25 falafels d’okara

falafels d'okara

  • 500 g d’okara de soja
  • 50 g de farine pois chiche environ
  • 1 bouquet de menthe fraîche
  • 2 petits oignons
  • 1 ail
  • 2 cuillères à soupe de purée de cacahuète
  • 2-3 petits piments
  • Épices en poudre (1 cuillère à soupe de cumin et paprika)
  • Sel
  • Poivre (ou mélange de baies)

falafels d'okara

Mixer tous les ingrédients.
Ajouter plus ou moins de farine selon l’humidité de votre okara.
Puis former des petites boules.

falafels d'okara

Chauffer un peu d’huile dans une poêle et les cuire au fur et à mesure.
Une fois cuites les poser sur du papier absorbant.

Servir avec une sauce tomate maison ou une sauce au poivron.apéaaa

falafels d'okara

Si vous n’aviez pas encore trouvé de bonnes raisons pour faire votre tofu maison, peut-être cette recette vous décidera :)

falafels d'okara

 

 

Faire son propre tofu maison ? Tiens, quelle drôle d’idée…  À première vue ça semble être un travail assez fastidieux et compliqué alors que ça parait si simple de l’acheter tout fait dans son magasin. Mais il existe plein de bonnes raisons pour faire son tofu maison que vous allez découvrir …

Que vous aimiez ou non le tofu cet article pourrait vous intéresser. Si vous adorez le tofu vous allez encore plus l’aimer. Si vous avez un a priori négatif que ce soit gustativement ou niveau santé, ça va peut-être ne plus être le cas ! Enfin je l’espère ;-)

Le tofu maison un des premiers DIY que j’ai réalisé avant même d’être vegan, même végétarienne. J’ai découvert le tofu dans un restaurant japonais. À l’époque les sushi bar étaient loin d’être à la mode. Dans le resto japonais où j’allais régulièrement, le cuisinier faisait tout à la plancha devant nous. La classe non ? Oui un cuisinier par table, c’est pas beau ça ? Ma passion du tofu a commencé là. Il faut dire que j’avais commencé par du haut de gamme et je ne comprenais pas cette vendetta anti tofu qui disait qu’il était soit sans goût soit mauvais.

Puis j’ai finalement compris en voulant me procurer cette petite merveille dans le commerce il y a une dizaine d’années. Le tofu était vendu sous vide, tout sec, caoutchouteux … bouuuh c’était juste immonde, je comprenais mieux.

Je me suis donc rabattue sur les magasins asiatiques qui avaient du tofu de meilleure qualité, mais ce n’était jamais aussi parfait que ceux que j’avais pu manger dans ce fameux resto japonais…

Aujourd’hui des années plus tard et avec le boom des magasins bio, la qualité des tofus vendus au rayon frais se rapproche grandement du souvenir de mon tofu parfait. Il existe plusieurs marques, plusieurs goûts, plusieurs façons de le faire et on peut très facilement trouver son bonheur.

Mais je dois dire qu’après avoir fait mon propre tofu maison ce fût encore tout autre chose… Me voilà enfin avec un produit de qualité. Et ça vaut bien de passer quelques heures en cuisine !

6 bonnes raisons de faire son tofu maison

Première raison : Tout d’abord, pour le plaisir et la fierté de réussir à faire du tofu fait maison. S’amuser à réaliser un produit qu’on ne pensait pas pouvoir faire alors qu’il n’y a rien de bien compliqué. Le tofu demande juste de la patience. Quand je cuisine j’aime bien mettre une petite musique d’ambiance et me concentrer uniquement sur ce que je suis en train de créer. C’est un bon moyen de découvrir la cuisine pleine conscience. La cuisine asiatique s’apparente à une cuisine zen et peut être vécue comme une méditation. C’est un peu le cas pour moi, une raison de plus qui fait que j’aime autant la cuisine asiatique :)

Deuxième raison : c’est moins cher. Si vous faites votre tofu vous-même, vous allez vite vous en rendre compte. Si vous êtes un grand consommateur de tofu, ça peut-être un plus. Bien évidemment, il faut avoir le temps de le faire !

Troisième raison : c’est meilleur. Et oui c’est toujours meilleur quand on le fait soi-même c’est bien connu, non ?  Vous allez me dire “pas toujours” peut-être haha.

Quatrième raison : Vous allez découvrir que le soja jaune permet de faire 3 produits différents : du lait (tonyu), du tofu et vous allez récupérer l’okara (pulpe de soja) ! Seulement celles et ceux qui ont fait du tofu savent ce que c’est ! En effet c’est un produit qu’on ne trouve pas sauf si on fait son propre tofu. Et quand on récupère pas loin de 1 kg d’okara en faisant du tofu on se dit qu’on a de quoi faire plein, plein d’autres recettes.

Cinquième raison : Vous pouvez donner au tofu le goût que vous souhaitez : fumé, curry, algue, tamari, etc… Laissez parler votre imagination.

Sixième raison : C’est bon pour la santé. Oui c’est dépourvu de cholestérol, riche en protéine végétale (bien plus riche en protéine que la protéine animale) mais il est également riche en fer, magnésium et omega 3. Alors pourquoi s’en priver ?

Mais le soja c’est le MAL ?

C’est pas bien ! Tout le monde le dit !

Mouais … Le problème c’est que quand tout le monde semble connaître une vérité il vaut mieux s’en méfier et se demander d’où elle vient. Si vous êtes inquiet au sujet du soja je vous conseil de lire cet article complet sur le sujet !

Allez dire au Pays du Soleil Levant que le soja c’est mauvais pour la santé… C’est la base de l’alimentation asiatique ! Et alors que ça fait des siècles qu’ils en consomment, nous on décide de diaboliser le soja … Ce n’est pas fabuleux ça ?

Mais il faut utiliser de bons produits : du soja bio français. Bien sûr pas du soja plein d’OGM qui vient des States et qui sert à gaver les animaux qui vont servir à nourrir les carnistes ;-) Là j’avoue que c’est une bombe à retardement. Mais on a de la chance, en France il existe de bons producteurs de soja bio qui peuvent nous garantir la qualité de leur produit.

Pourquoi un tofu maison est-il plus ou moins réussi ?

Quand on a pris le coup de main et l’habitude, en s’équipant de matériel qui facilite la tâche, ça change la vie, en tout cas moi ça m’a bien aidé… Il est possible de faire son tofu en faisant avec le matériel qu’on a déjà à la maison mais il est vrai que depuis que j’utilise un kit tofu, et un bon mixeur, pas besoin d’avoir un Vitamix non plus, moi j’utilise le Foodmatic Personal Mixer PM1000. Mon tofu est devenu maintenant beaucoup plus volumineux, j’en obtiens presque le double pour la même quantité de soja et il est aussi bien plus ferme.

L’okara aura une texture crémeuse, comme du fromage blanc, alors qu’avec un mixeur ordinaire, l’okara aura plus une texture de semoule.

Selon les recettes dans lesquelles on l’utilise ensuite ça change beaucoup au niveau de la texture. L’okara peut s’utiliser comme du tofu soyeux dans de nombreuses recettes (omelette, gâteau, flan, gratin, etc…). Mais attention le goût est assez prononcé parfois.

J’utilise des graines de soja non dépelliculées. Mais par contre il faut qu’elles soient dépelliculées pour faire du lait de soja sinon le lait risque d’être trop fort et imbuvable. Pour du tofu peu importe si le soja est dépelliculé ou non, par contre le goût sera plus prononcé pour l’okara.

J’utilise du nigari pour la coagulation du lait de soja. Il est possible d’utiliser du citron ou du vinaigre de cidre pour faire son tofu mais je trouve ça plus pratique avec le nigari. À vrai dire je n’ai jamais essayé autrement.

Vous pouvez très bien faire votre tofu sans boite mais avec une passoire, au risque qu’il ne soit pas bien ferme et qu’il ait une forme bizarre. Sinon prenez une boite tupperware et faites des petits trous. J’ai fait ça pendant longtemps.

Si vous n’avez pas de boite, emmaillotez le tofu dans une étamine et serrez-le bien. Mettez un poids dessus, du liquide va couler, il faut donc le mettre dans un récipient et le vider régulièrement. Avec la boite à tofu pas de souci le fond est ouvert et s’égoutte facilement en gardant sa forme parfaite.

Attention le soja jaune doit cuire car il est toxique cru. Donc le lait ne peut pas se faire minute comme tout autre lait végétal.

Avec 300 g de soja jaune, on peut obtenir environ :

  • 1 kg d’okara + 1,3 litre de lait

OU

  • 1 kg d’okara +  300 g de tofu

Matériel et ingrédients

tofu maison

  • 300 g soja jaune
  • 3 litres d’eau + eau pour le trempage
  • 1 cuillère à soupe de nigari (se trouve en magasin bio)
  • Boîte à tofu (on en trouve sur le net, sinon fabriquez-en une : prenez une boite tupperware et faites des trous au fond)
  • 1 étamine
  • 1 grande casserole
  • 1 passoire fine
  • Un poids

faire son Lait et son okara maison

tofu maison

  1. Faire tremper le soja pendant 24h. Les graines vont doubler de volume donc il faut mettre de l’eau en conséquence. Après trempage, rincer les graines de soja jaune.
  2. Mixer les graines avec un peu d’eau, utiliser une partie des 3 L d’eau. Vous devez obtenir une consistance crémeuse. La puissance du mixeur change beaucoup : plus le mixeur est puissant plus ça sera bien crémeux, moins il est puissant plus la consistance sera granuleuse, ce qui changera la consistance de l’okara également. (Edit cf. commentaire : Attention de ne pas trop mixer longtemps si vous utilisez un mixeur puissant sinon l’okara sera inexistante et impossible à filtrer)

tofu maison

  1. Une fois le soja jaune mixé, mélanger au reste d’eau dans une casserole. Mettre sur le feu pendant 30 min, mélanger constamment et ne pas le laisser sans surveillance ça déborde très facilement. Même en le surveillant il m’est arrivé que ça déborde avec une seconde d’inattention.
  2. Une fois cuit, prendre un grand saladier et filtrer à l’aide d’une passoire fine. Là vous avez d’un côté la pulpe de soja (okara) dans la passoire , et de l’autre le lait de soja (tonyu).

tofu maison

Vous pourriez très bien vous arrêter là. Mais bon pourquoi s’arrêter en si bon chemin alors que vous êtes à 2 doigts de réaliser le meilleur tofu de votre vie ;-)

Garder l’okara bien sûr. Vous devriez en avoir pour plus de 900 g ! Je vous conseille de le congeler pour une utilisation ultérieure.

 

Faire son tofu ferme maison

rice burger tofu

  1. Remettre le lait de soja que vous venez de filtrer sur le feu. Chauffer et arrêter avant ébullition.
  2. Hors feu ajouter 1 cuillère à soupe de nigari. Mélanger et laisser reposer le temps que le lait caille (ça va assez vite mais le laisser reposer pendant environ 20 à 30 minutes pour être sûr).tofu maison
  3. Mettre l’étamine dans la boite à tofu. Filtrer à l’aide d’une étamine, verser le tofu et serrer l’étamine, presser bien (vous n’avez pas besoin de conserver le liquide qui s’écoule de l’étamine).
  4. Fermer l’étamine et ajouter un poids. Laisser environ 2h voire plus (plus vous le laissez longtemps, plus il sera ferme). À la fin du pressage vous devriez avoir environ 300g de tofu.
  5. Mettre le tofu dans une boite en verre (ou plastique) couvrir d’eau et fermer la boite.
  6. Mettre au frigo. Consommer rapidement, en général il ne fait pas long feu :-)

tofu maison

Faire son tofu soyeux maison

Reprenez les étapes 1 et 2 du tofu ferme. Puis le faire s’égoutter dans une étamine + passoire sans le presser. Laissez le s’égoutter quelques heures ou une nuit au frigo.

tofu maison

J’espère que cet article vous aidera à vous lancer dans le tofu maison ! En attendant, voici mes recettes préférées à réaliser avec cet ingrédient. Je n’aime pas trop le transformer surtout quand on a passé du temps à le fabriquer. Simplement snacké c’est parfait pour se rendre compte de la qualité du produit ! Même si je craque totalement aussi sur les nuggets de tofu :)

Quelques recettes à base de tofu

comment cuisiner le tofu

 

Dans cet article, je propose 10 recettes de tofu nature ferme pour enfin aimer le tofu !

 

woktofu
Snacké comme dans ce wok de légumes aux shiitakes

tofu maison katsu
Pané à la japonaise avec cette recette de Tofu Katsu

tofu frit
Frit comme dans cette assiette aux saveurs japonaises

 

 

 

Vous pensiez que les vegans faisaient une croix sur les burgers ? Détrompez-vous ! Aujourd’hui ça sera Burger provençal vegan avec des courgettes grillées et un steak d’okara au menu.

Je ne me lasse pas des burgers, encore plus depuis que je suis vegan ! Je ne fais jamais le même burger, j’en fais de toutes sortes différentes selon les légumes de saison, et le steak végétal peut se décliner à l’infini. Il y a de quoi s’amuser.

Je tente de finir mon okara, cet hiver j’ai fait pas mal de tofu et de lait végétal du coup j’en ai plein le congélateur ! Du coup, j’ai décidé de faire un steak d’okara pour ce burger provençal vegan. Si vous ne savez pas ce que c’est l’okara, c’est le résidu des graines et des oléagineux qui reste quand on fait du tofu ou du lait végétal maison, il est riche en protéine, et il peut être utilisé dans beaucoup de recettes.

Recette du burger provençal vegan

Ingrédients pour 2 burgers

  • 2 buns
  • 2 steaks végétaux
  • Courgette(s)
  • Tomate(s)
  • Feuille(s) de salade
  • Sauce pistou

Pour 2 steaks d’okara

  • Environ 200 g d’okara (sinon remplacer par une légumineuse)
  • 30 g de farine de pois chiche
  • 1 oignon
  • 1 ail
  • Huile d’olive
  • Sauce tomate ou ketchup
  • Herbes de provence, sel, mélange de baies ou poivre.

burger provençal vegan steak d'okara

 

Émincer l’oignon et l’ail, et les faire revenir dans une poêle avec de l’huile d’olive.
Mélanger avec tous les ingrédients (okara, farine de pois chiche, sauce tomate, herbes de Provence, sel et poivre) et mixer le tout. Si la préparation est trop collante rajouter de la farine, si elle est trop sèche rajouter un peu de sauce tomate.
Façonner les steaks à la main (ou avec un emporte pièce) en forme de boule et les aplatir.
Cuire dans une poêle bien chaude à l’huile (ou au four sur du papier sulfurisé), attention que ça ne brûle pas ! Baisser si c’est le cas.
Retourner uniquement quand c’est bien cuit d’un côté sinon ça risque de se briser. Il faut compter 10-15 min de cuisson en tout environ.
Réserver.

Courgette(s) grillée(s)

J’ai trouvé une courgette énorme au marché que la maraîchère m’a vivement conseillé, elle faisait 1,6 kg ! Effectivement, c’était une des meilleures courgettes que je n’ai jamais mangée, hormis les toutes petites avec leurs fleurs de courgette. Du coup, elle était parfait pour le burger et faisait la taille du buns !

burger provençal vegan courgette

Couper 2 rondelles bien épaisses. Faire revenir les rondelles dans une poêle avec de l’huile d’olive bien chaude et des herbes de Provence.
Laisser cuire 5-10 min de chaque côté.
Réserver.
(Si vous avez des petites courgettes, couper des rondelles fines et faites les revenir de la même façon)

burger provençal vegan Courgettes grillées

Sauce pistou

Hacher de l’ail au mortier (ou au mini hachoir)
Ajouter des pignons de pins ou des graines au choix, mixer.
Ajouter du basilic frais et de l’huile d’olive (quantité selon consistance souhaitée)
Assaisonner de sel et mélange de baies ou poivre.

burger provençal vegan pistou

 

Vous pouvez préparer toutes les composantes du burger à l’avance et réchauffer le tout au moment de l’assemblage.

Assemblage du burger provençal vegan

Prendre les buns, et s’il sont congelés les décongeler au four T3 (90°), les couper en deux.
Étaler sur chaque face des buns de la sauce pistou.
Mettre une feuille de salade, le steak végétal, ajouter de la sauce pistou, poser la/les rondelle(s) de courgette(s), ainsi que les rondelles de tomates, puis la partie supérieure du buns.
Mettre éventuellement un pic en bois pour faire tenir le tout !

Accompagner de frites de pommes de terre ou frites de légumes ! (sur la photo droite ce sont des frites de carottes oranges et blanches)

Ce burger n’a pas de “fromage végétal”. Je ne me sens pas du tout en manque de fromage, j’ai testé avec des fromages frais d’oléagineux mais finalement je préfère sans (il faudrait que j’essaie peut-être avec d’autres sortes). Mais je n’y pense même plus, sauf que là je me suis dit que vous alliez peut-être vous dire que ça manque de fromage (végétal) que l’on soit végéta*ien ou vegan. Libre à vous d’en ajouter ou pas ;-)

Bonne dégustation !! :-)