Vous retrouverez dans cette section toutes les recettes de “Junk Food” vegan (burger, pizzas…)

Articles

Aujourd’hui nous allons parler de la pissaladière aka le meilleur de la finger food niçoise et je vais partager avec vous ma version végétale de cette recette.

Il y a quelques mois, je vous avais déjà parlé d’une autre spécialité niçoise, naturellement vegan: la socca que j’aime revisiter au gré des saisons et de mes envies. Avec les journées qui rallongent et les beaux jours qui reviennent, j’ai de plus en plus envie de socca et de pissaladière, c’est l’apéro parfait à partager !

La pissaladière s’est végétalisée au fil du temps en quelque sorte grâce au tourisme (certain diront “à cause”). Au départ, l’ingrédient principal de la pissaladière était le “pissalat” du nissart “peis salat” qui signifie poisson salé. Cette petite crème de poisson très salée servait de base sous les oignons. Mais en raison de son fort goût qui ne plaisait pas à tout le monde, elle ne figure plus du tout ou alors que très rarement dans la pissaladière. Elle est parfois remplacée par des anchois entiers salés disposés dessus. Mais dans la majorité des cas, ça sera simplement oignons caramélisés et olives.

Cette nouvelle recette rentre dans le cadre de l’éco-défi du mois de Mai dont le thème est “manger local et végétal”.

Avec une quinzaine d’autres blogueuses, Natasha du blog “Echos-Verts” nous a invité à créer des recettes printanières végétaliennes réalisées principalement à partir des délices de nos régions ou des pays voisins afin de proposer 1 semaine de menu 100% local.

Après avoir aborder le mois dernier la découverte de l’alimentation locale en PACA, c’est donc naturellement que j’ai choisi non seulement une recette de ma région mais également des ingrédients locaux, de saison et bio.

Si vous venez en vacances dans la région et que vous avez envie d’une spécialité locale, la pissaladière se trouve facilement dans toutes les boulangeries, en tout cas à Nice et ses alentours c’est sûr. Nous on est assez fan de celle de Bread, notre boulangerie bio qui en propose une délicieuse, à base d’ingrédients locaux et 100% vegan.

Mais il est assez facile de la faire soit même si on connait quelques astuces de base. La pâte est une pâte à pain croustillante, que je trouve tellement fabuleuse que je l’utilise comme pâte pour mes pizzas : elle est rapide, facile, super pratique et inratable, pas de prise de tête avec la pousse de la pâte etc… Pour la garniture, vous n’avez besoin que d’oignons, d’huile d’olive, d’un peu de thym, de laurier, et d’olives de Nice pour les puristes. Et c’est tout.

La pissaladière est donc un apéro ou un encas qui peut se faire facilement à la dernière minute en cas d’urgence vu que la pâte n’a pas besoin d’être levée !

Avant de rentrer dans les détails de la recette, je vais vous parler des produits utilisés qui sont 100% locaux. Le thème était d’utiliser que des produits locaux, en tout cas le maximum, et j’ai joué le jeu à fond.

J’ai choisi une farine de petit épeautre de Haute Provence dont je suis totalement fan depuis que je l’ai découverte. Les oignons, laurier et thym viennent du marché et de mon micro jardin sur la terrasse. J’ai utilisé ici des oignons nouveaux car c’est la saison au lieu des traditionnels oignons jaunes pour cette recette. L’huile d’olive et les olives viennent également de mon producteur local qui se trouve dans l’arrière-pays à Saint Blaise pour être précise. Et le sel vient de Camargue. Difficile de faire mieux. Hormis la poudre à lever qui vient de “France”, tout est du coin. Dans cette recette j’ai utilisé de l’ail des ours que j’ai trouvé dans une forêt à La Colle sur Loup juste derrière chez moi, mais habituellement je me procure mon ail au marché local.

Je vais vous parler un peu des produits de la région…

La farine de petit épeautre

 

pissaladière

source

La farine de petit épeautre de Haute Provence est surnommée “le caviar des céréales”, et oui ce produit est exceptionnel ! Ses qualités nutritionnelles sont incomparables. Elle contient les 8 acides aminés essentiels à l’organisme. Elle n’est pas modifiée génétiquement. Sa composition riche et équilibrée en minéraux et sa teneur intéressante en caroténoïdes lui confère de nombreux bienfaits diététiques.

 

pissaladière

source

Les producteurs de Haute Provence se sont attachés à conserver l’origine des semences. Le petit épeautre se distingue par son faible taux de gluten. Il est toléré par les personnes qui ont une sensibilité au gluten. Pas besoin d’être “sensible” pour s’apercevoir de ses bienfaits, moi qui ne le suis pas je vois quand même la différence, il est très digeste.

Les olives de Nice

L’Olive de Nice appelée “Caillette” est une olive au goût unique. Gorgée de soleil, elle est très caractéristique et a un goût fruité. Sa couleur naturelle a de multiples nuances allant du vert-jaune, marron-rouge, violet au noir.

 

pissaladière

source

Produite entre mer et montagne, elles sont mises en saumure de façon traditionnelle dans un sel de mer naturel pendant 4 mois afin de la désamériser. Elles bénéficient aujourd’hui d’une Appellation d’Origine Protégée. Si vous y goûtez vous ne pourrez plus aimer d’autres olives. Et si vous pensez ne pas aimer les olives, il y a de forte chance que vous aimiez celles-ci ;-)

 

L’huile d’olive

 

 

Les AOP “Huile d’olive de Nice” et “Olive de Nice” partagent la même aire d’appellation, elle s’étend sur 99 communes du département des Alpes-Maritimes, en coteaux et collines, du Pays Grassois au Pays Mentonnais. La caractéristique principale de cette oliveraie est son implantation en restanques.

pissaladière

source

Sel de camargue

Lors de notre dernier road trip en Camargue nous avions fait une razzia sur le sel et on en a ramené pour 10 ans ! Oui pas besoin d’aller en Vendée, en Loire-Atlantique ou dans l’Himalaya pour avoir du sel. Autant se servir au plus près quand on a cette chance.

pissaladière

source

Le site d’Aigues-Mortes est magnifique. La coloration rose de l’eau est liée à la prolifération de micro-organismes. Les salines d’Aigues-Mortes sont la 2ième richesse biologique mondiale après la forêt tropicale.

Je ne vais pas vous reparler des maraichers du coin, j’en ai déjà parlé dans mon précédent article sur comment manger local, bio et vegan en PACA.

Maintenant ce n’est pas tout, place à la recette de LA pissaladière !

 

pissaladière

Ingrédients pour la pâte

  • 320 g de farine de petit épeautre
  • 1 sachet de poudre à lever (7 g)
  • 20 cl d’eau
  • 6 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • 1 cuillère à café de sel

Ingrédients pour la garniture

  • 800 g d’oignons jaunes (de préférence)
  • 2 feuilles de laurier
  • 5 branches de thym
  • 2 gousses d’ail
  • Olives de Nice
  • Sel
  • Sucre (facultatif)

Préparation de la garniture

  • Émincer très finement les oignons et l’ail.
  • Les faire revenir dans de l’huile d’olive avec le laurier et le thym. (Si vous n’en avez pas utiliser des herbes de Provence séchées).
  • Ajouter du sel et éventuellement du sucre mais ce n’est pas obligatoire.
  • Couvrir et laisser compoter pendant environ 1h sur feu doux. Les oignons vont dorer et se caraméliser.

Pendant ce temps faire la pâte.

Préparation de la pâte

  • Dans un saladier ajouter la farine, la poudre à lever, l’eau, l’huile d’olive, et le sel.
  • Mélanger le tout avec une spatule jusqu’à obtenir une pâte collante mais lisse (elle ne se travaille pas à la main). Même technique que pour ma pâte à pizza -> ici
  • Huiler un moule à pizza (ou mettre sur une plaque allant au four) à l’aide d’un pinceau.
  • Glisser la pâte à l’aide de la spatule sur le moule, fariner légèrement pour ne pas que la pâte colle à vos doigts et l’étaler avec les mains de façon uniforme.
  • Pas de temps d’attente. Une fois que les oignons sont confits, enlever les feuilles de lauriers et les branches de thym.
  • Mettre la garniture sur la pâte de façon uniforme.
  • Mettre au four pendant 40 min sur T7 (210°C) (attention ça peut varier selon les fours !)
  • Sortir du four, couper en morceaux et ajouter les olives sur les morceaux de pissaladière et quelques fleurs d’ail des ours si vous en avez.
  • Servir chaud ou tiède.

La pissaladière se conserve plusieurs jours au frigo. Elle se réchauffe facilement au four, elle est même meilleure et ne perd absolument pas de son croustillant au contraire. Je vous conseille même de la préparer en avance, pas de stress de dernière minute comme cela.

pissaladière

Et si vous réalisez cette recette, n’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé en commentaire ou à partager vos photos, c’est toujours un plaisir de vous lire !

Nous vous donnons rendez-vous la semaine prochaine pour la 2ème recette de cet éco-défi, un dessert réalisé par Lorelei avec un fruit qui vient tout juste de faire son retour sur les étales de marché …

Télécharger gratuitement 4 E-books de recettes

pissaladière

Un grand merci à Natasha d’Echos-Verts d’avoir réuni en 4 E-books les recettes printanières, locales et végétales de 15 blogueuses et de les avoir mis gratuitement en téléchargement. N’attendez plus pour découvrir ces 28 recettes  !

 

 

 

 

 Mmmh une pizza… Ça faisait un petit moment que je n’avais pas craqué pour cette comfort food addictive ! Pas vous ? D’habitude je délaisse les pizzas en hiver, parce que je suis tellement accro pizza aux légumes d’été qu’une fois la saison des aubergines terminée, je n’en ai plus vraiment envie. Mais là, j’ai dégoté l’ingrédient hivernal parfait comme garniture : la pleurote ! Je vous propose donc aujourd’hui une pizza crémeuse aux champignons.

En ce moment, il y a des pleurotes en abondance et elles m’inspirent beaucoup. Je les cuisine à toutes les sauces pour tout vous dire. J’ai trouvé les pleurotes très intéressantes pour une pizza car elles sont très charnues, et ne “disparaissent” donc pas à la cuisson comme certains champignons qui réduisent de moitié parfois ^^

De plus, nutritionnellement, la pleurote est un champignon unique ! Elle est très riche en protéine. Elle contient toutes les vitamines B, mais également une vitamine rare : la vitamine D !

Comme base pour cette pizza j’ai opté pour un fromage végétal crémeux. J’ai testé plein de sauces différentes et je pense avoir trouvé le combo qui me rappelait vraiment le fromage. Un délice !

L’été dernier je vous avais partagé la recette de ma pizza aux légumes du soleil avec une pâte classique au levain. En été, la chaleur aidant, la pousse de la pâte se fait assez facilement.

Mais aujourd’hui je vous partage ma recette de pâte à pizza express, qui s’inspire de la pâte à pain. Généralement elle est utilisée à Nice pour la pissaladière, qui est une sorte de pizza aux confits d’oignons.

De plus cette pâte est épaisse et moelleuse. Elle est très pratiquepas besoin d’attendre qu’elle lève, elle se fait en un temps records. Idéal quand une envie de pizza à la dernière minute se fait sentir ;-)

Retrouvez la vidéo de la recette en fin d’article.

Si vous voulez d’autres idées, voici 7 garnitures pour faire les meilleures pizzas vegan !

Ingrédients pour une pâte à pizza express

  • 300 g de farine (T110 ici)
  • 5 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • 1 cuillère à café de sel
  • 1 sachet de poudre à lever (7 g)
  • 20 cl d’eau

ingrédients-patepizzaexpress5

Réunir tous les ingrédients dans un saladier et mélanger avec une spatule uniquement. La pâte va être collante c’est normal.
Huiler un plat à pizza (ici de 30 cm) ou la plaque du four. Poser la pâte à l’aide de la spatule et la saupoudrer légèrement de farine.
L’étaler ensuite avec les mains jusqu’à ce qu’elle soit répartie régulièrement sur tout le plat. Saupoudrer encore de farine si nécessaire.

etalerpate

Pour la crème au fromage de cajou :

  • 75g de noix de cajou
  • 25 cl de lait végétal (soja, riz, …)
  • 1 cuillère à soupe de vinaigre de cidre
  • 1 gousse d’ail
  • 20 g de levure maltée
  • 2 cuillères à soupe de tapioca
  • 1 cuillère à café de miso ou de sel
  • 1 cuillère à café de poivre ou mélange de baies

ingrédients-crèmecajou00

Mixer tous les ingrédients puis les mettre dans une casserole sur feu moyen.
Mélanger constamment jusqu’à ça devienne crémeux.
Puis étaler sur la pâte à pizza.

crèmefromage

 

Garniture de la pizza

  • 500 g de pleurotes
  • Persil
  • Herbes de Provence
  • Huile de truffe (option)

pleurotes

Séparer délicatement les pleurotes, si elles sont sales ne les lavez pas sous l’eau, mais à l’aide d’un torchon humide. Puis les faire revenir ensuite dans une poêle légèrement huilée. Saupoudrer d’herbe de Provence.
Poser les champignons sur la crème et mettre la pizza 40 min environ T7 (210°).

Ça peut sembler long mais la pâte est épaisse et doit lever. Il est possible que selon votre four le temps varie. De plus la durée peut aussi varier selon si vous aimez la pizza plus ou moins croustillante.

Si la garniture est bien cuite et risque de brûler avant que la pâte ne finisse de cuire, couvrir d’un papier d’aluminium ou baisser le thermostat.

La durée peut varier aussi selon la quantité d’ingrédients dessus. Personnellement j’ai tendance à charger mes pizzas en légumes, c’est donc un avantage d’utiliser cette pâte épaisse qui permet de mieux supporter le poids et la quantité.

Bref :-) Une fois cuite, parsemer la pizza de persil. Si vous le souhaitez vous pouvez ajouter des pshitts d’huile de truffe sur toute la pizza à la place de l’huile piquante, ça rehausse le goût des champignons et ça apportera une saveur festive.

Voilà il ne reste plus qu’à couper la pizza et à déguster :-)

part-pizza

Astuces

Il est bien sûr possible de mettre n’importe quelle autre garniture.

Pourquoi pas par exemple un confit d’oignon pour reproduire la pissaladière niçoise qui est devenue vegan d’ailleurs, car dans le Sud il est très rare d’en trouver avec de la pissala (une purée de petits poissons) celle-ci ne plaisant plus car très salée, le coin s’est adapté :-)

En été j’aime particulièrement cette pâte avec un reste de ratatouille.

Ça peut aussi faire office d’apéritif, couper en petite bouchée apéritive, très pratique. Ça se mange froid, tiède ou se réchauffe facilement.

Vidéo de la recette alternative de la pizza : tomate, champignons, fromage vegan

 

Recipe in English : Mushroom Pizza with Cashew Cheese

 

 

 

Un Burger Vegan et Sans Gluten en mode chic pour le nouvel an ça vous dit ? Oui, il faut oser le burger pour le réveillon… car ce burger est un peu spécial.

Quand j’ai voulu commencer à tester le sans gluten je me suis dit que je n’allais plus manger de burger. En tout cas pas comme avant. Mais je me suis quand même lancée le défi de réaliser des buns sans gluten. Que l’on soit intolérant ou pas, ça en fait un burger digeste, léger mais pas moins délicieux. Et si vous avez envie de faire des buns traditionnels la recette est ici !

Vous pouvez préparer tous les éléments de cette recette à l’avance et l’assembler au dernier moment, ce qui est très facile pour les soirs de fête où on ne veut pas passer des heures aux fourneaux.

Après un premier essai pas très concluant (pain trop compact, pas assez aérien), j’ai changé le dosage afin de respecter la règle de l’équilibre entre la farine et l’eau. J’ai trouvé ici plein de petites astuces de cuisson sans gluten et qui m’ont bien sauvé la vie ! Oui, il faut absolument autant de liquide que de farine si vous ne voulez pas que vos buns ressemblent à une boule de pierre. Le pain sans gluten à une texture beaucoup plus liquide et se cuit plus comme un gâteau que comme un pain normal. Je comprends mieux pourquoi mon boulanger bio me dit que pour lui les pains sans gluten ce sont plus des gâteaux qu’un pain !

Je me suis aussi amusée à le faire de 2 couleurs : un bun noir et un bun blanc. Par défaut le pain sans gluten est très blanc. Si vous le voulez un peu plus foncé vous pouvez y ajouter du curcuma comme colorant naturel.

Habituellement j’aime bien accompagner le burger de frites de patates douces. Mais ici j’ai décidé de faire l’une de mes recettes préférées de pommes de terre : Hasselbackspotatis. Vous connaissez ? Cette recette vient de Suède, d’un restaurant de Stockholm datant du 18e siècle. C’est très simple à réaliser, ces pommes de terre rôties au four sont fondantes, un vrai bonheur !

Et un petit plus original j’ai également eu envie de tester les radicelles frites. Késako ? Ce sont les racines des poireaux frites. J’avais une grosse quantité de très beaux poireaux du marché, ce fut donc l’occasion de tester. Et oui rien ne se jette, tout se mange dans le poireau ! Ces radicelles sont croustillantes et étonnantes et cela permet de faire un plat “zéro déchet“.

Pas de fromage végétal dans ce burger mais des légumes de saison, comme la courge de Nice et la sauce champignon sauvage aux châtaignes. Avec un peu d’huile de truffe pour le côté festif. Un vrai délice !

 

Ingrédients pour 4 Burger Vegan et Sans Gluten

  • 300 g de farine mix pain sans gluten
  • 1 cuillère à soupe de graines au choix
  • 1/2 cuillère à café de sel
  • 1 cuillère à café de sucre
  • 25 cl d’eau tiède
  • 30 g d’huile de coco désodorisée (2 cuillères à soupe )
  • 2 cuillères à café charbon végétal activé pour faire les buns noirs (se trouve facilement en magasin bio)

buns GF

Mélanger tous les ingrédients dans un saladier avec une spatule jusqu’à ce que le mélange soit homogène.
Diviser la pâte en 2, si vous voulez faire deux couleurs différentes, et ajouter le charbon végétal activé pour les buns noirs.

Séparer les deux pâtes encore en 2 afin d’avoir 4 pâtons de même taille. Huiler et fariner 4 cercles ou emportes-pièces et y déposer vos pâtons. Laisser reposer 1h à 3h, la pâte va doubler de volume.

Préchauffer le four à T7 (210°) puis enfourner pendant 20-25 minutes. Surveiller.

burger noir

Ingrédients pour 4 steaks végétaux

  • 200g d’azukis cuits
  • Sel
  • Poivre
  • Eau ou lait végétal

Mixer les azukis avec du sel, du poivre et un peu d’eau au mixeur. Ajouter un peu de lait végétal si c’est trop compact. Ajouter des herbes de Provence ou du persil. Ne pas former les steak à l’avance car la preparation est trop humide.

Chauffer de l’huile dans une poêle. Prendre une grosse cuillère du mélange, la déposer dans la poêle chaude et former les steaks de la taille souhaitée à l’aide d’une spatule. Les cuire jusqu’à ce qu’ils soient dorés. Retourner et dorer de l’autre côté.

Trucs & astuces :

Lorsque vous achetez un paquet d’azukis vous pouvez tout cuire d’un coup pour faire des petits sachets de 100 ou 200g à conserver au congélateur et à utiliser dès qu’on en a besoin.

Dans la préparation du steak végétal, on peut aussi ajouter un peu de farine, des flocons de céréales ou des légumes râpés au choix.

Pour une autre variante de steak, retrouvez ma recette du steak d’okara.

Ingrédients pour les rondelles de courges

  • 1 ou 2 rondelles de courge par personne
  • Huile d’olive

butternut

Couper votre courge en tranches assez épaisses (0,5 cm). Ici j’ai choisi la courge de Nice qui a la taille parfaite pour les buns. Faire rôtir les tranches dans une poêle avec de l’huile d’olive. Assaisonner.

 

Ingrédients pour la sauce champignon truffée

  • 100 g champignons sauvages de saison (ou 20 g de champignons déshydratés)
  • Une dizaine de châtaignes cuites
  • 1 ail
  • 1 oignon
  • 10 cl de crème végétale (soja, riz, amande…)
  • Huile de truffe blanche ou noire (de bonne qualité de préférence sinon vous ne sentirez pas le goût truffé)

burger blanc

Faire tremper les champignons s’ils sont déshydratés. Pendant ce temps faire revenir l’ail et l’oignon émincés puis ajouter les champignons, le persil et des morceaux de marrons concassés grossièrement.

Au dernier moment ajouter la crème et au choix mixer le tout ou verser tel quel sur le burger.

Il ne reste plus qu’à assembler le tout et ajouter un peu d’huile d’olive de truffes sur la sauce.

 

Ingrédients pour les radicelles frites

  • 20 radicelles de poireaux (5 par personnes)
  • Huile d’olive

radicelles

Bien nettoyer les radicelles et les faire blanchir pendant 2-3 minutes dans l’eau bouillante.
Bien les sécher puis les faire frire dans de l’huile dans une poêle jusqu’à ce qu’elles soient croustillantes. Les faire égoutter sur un papier absorbant.

 

Ingrédients pour les pommes de terre suédoises

  • 12 pommes de terre bio (petites de préférence)
  • Une dizaine de feuilles de laurier
  • Huile d’olive

hasselbackpotatis0

Laver les pommes de terre mais ne pas les éplucher.

Fendre les pommes de terre sur la transversale au 2/3 sans couper jusqu’au bout et en faisant des lamelles les plus fines possibles pour un effet accordéon.
Insérer deux-trois feuilles de laurier (ou morceaux de feuille selon leurs tailles) dans les fentes de la pomme de terre.
Assaisonner et arroser d’huile d’olive les pommes de terre puis enfourner dans un four chaud au T7 (ou 210°). Laisser cuire entre 20 et 30 minutes selon la taille des pommes de terre. Les arroser de temps en temps avec l’huile du plat pendant la cuisson.

Trucs & Astuces

Vous pouvez faire un mélange : ail + chapelure ou graines + persil ou épice au choix + huile d’olive à déposer sur les pommes de terre à mi-cuisson pour une saveur persillade.

hasselbackpotatis

Voilà c’est mon dernier article de l’année, bye bye 2015 ! Bon Réveillon vegan et bonne année 2016 à tous ! À l’année prochaine pour des nouvelles aventures culinaires !

 

 

 

Bienvenue sur Vegan freestyle ! Si tu viens de découvrir le blog, tu recherches sûrement de l'inspiration pour tes repas au quotidien. Je te propose de recevoir "30 Jours Vegan" avec  4 Ebooks offert "1 semaine de Meal Plan" : clique ici pour les recevoir !

La socca, vous connaissez ? Vous avez déjà pensé à la faire vous même, histoire de faire perdurer un peu plus longtemps vos vacances sur la Côte d’Azur ? Si vous ne connaissez pas encore ce plat naturellement végétalien, tentez l’expérience, c’est un délice.

Pour celles et ceux qui n’ont jamais entendu parler de la socca, c’est une grande galette assez fine qui est croustillante et moelleuse à l’intérieur. On l’assaisonne de poivre au moment de servir. C’est une spécialité niçoise qui se mange traditionnellement à l’apéro et on la trouve facilement dans le Vieux-Nice. Mais à l’origine elle vient de Ligurie. En Italie, dans les restaurants, elle se trouve sous le nom de farinata.

C’est un plat super rapide à faire, c’est juste de la farine de pois chiche avec de l’eau, du sel et de l’huile d’olive ! Pendant longtemps je n’ai même pas pensé que je pouvais la faire à la maison, comme si c’était impensable de la déguster en dehors du Vieux-Nice, et surtout qu’on ne pouvait la faire cuire uniquement au feu de bois dans un four à pizza et dans une grande plaque en cuivre !

Puis un jour je me suis lancée, pas facile de trouver les bonnes doses selon la poêle que l’on a, la socca ne doit pas être trop fine sinon elle ressemblera à une crêpe, et ni trop épaisse sinon elle ressemblera à une omelette végétale !

Recette de la socca traditionnelle

Ingrédients 

  • Farine de pois chiche
  • Eau
  • Huile d’olive
  • Sel
  • Poivre
Quantité pour 2 personnes environ

Je la fais dans une poêle de 22cm.
J’utilise : 100g de farine, 20 cl d’eau, 2 cuillères à soupe d’huile et une pincée de sel.

Quantité pour 4 personnes environ

Je la fais dans un plat à pizza de 30 cm.
J’utilise : 200 g de farine et 40 cl d’eau, 4 cuillères à soupe d’huile, et 2 pincée de sel.

Les quantités par personnes sont subjectives, mais c’est pour donner une idée…

Après le goût de la socca va aussi dépendre de la qualité de la farine. Avant je la prenais au supermarché sous la marque : “il Molino Chiavazza : Farina di cecci”, puis j’ai découvert la farine de pois chiche bio que l’on trouve dans les magasins bio ou rayon bio des supermarchés (si vous avez de la chance), et depuis je n’aime que la bio qui est vraiment meilleure, moins chère et made in France en plus !

Je ne suis pas sûr que la marque italienne se trouve en supermarché si on n’est pas de la région de toute façon.

Préparation

Mettre dans un saladier la farine de pois chiche, le sel, l’huile et l’eau, puis mélanger avec un fouet. La consistance doit être plus liquide que celle d’une crêpe.
Prendre une poêle (ou un plat à pizza) et y mettre entre 2 et 4 cuillères à soupe d’huile d’olive (ne pas avoir peur d’en mettre beaucoup).

Cuisson

Pour une cuisson à la poêle
Faire chauffer la poêle, quand elle est chaude, verser l’appareil à socca. Répartir de manière homogène en tournant la poêle. La préparation va se mélanger avec l’huile de façon irrégulière. Laisser cuire à couvert sur feu moyen-fort jusqu’à ce que vous puissiez retourner la socca sans qu’elle se casse. La cuisson est d’environ environ 5 minutes de chaque côté. Normalement une socca est croustillante mais moelleuse à l’intérieur.

Pour une cuisson au four (c’est plus simple, il n’y a pas besoin de la retourner)
Faire chauffer le plat avec l’huile jusqu’à ce que l’huile soit chaude, c’est très rapide mais il faut faire très attention, surveiller en permanence car ça peut être dangereux, il ne faut pas qu’il y ait plein de fumée. Sortir le plat du four, verser l’appareil à socca et répartir la pâte de manière homogène. La préparation va se mélanger avec l’huile de façon irrégulière, c’est normal. Enfourner à 210°C (Th. 7) pendant 10 à 15 minutes selon le four et retirer la socca lorsqu’elle est croustillante. De façon traditionnelle, la socca est cuite dans un four à pizza à 300°-500° en quelques minutes, ici ça prendra plus de temps.

Voilà il n’y a plus qu’à découper en portion !

socca

 

La socca en mode revisitée

En cuisine je m’ennuie assez vite si je mange toujours un plat de la même manière, et puis je ne peux m’empêcher de vouloir tout revisiter, histoire de varier les plaisirs. J’ai donc décidé d’ajouter des ingrédients afin qu’elle soit moins monotone ! En fait on peut y mettre absolument tout ce que l’on souhaite !

Pour ma part, j’ai essayé avec tous les ingrédients ci-dessous, il suffit juste de les ajouter à la préparation de base, et suivre les mêmes étapes que précédemment.

J’adore la socca et je n’aime pas jeter, voilà comment est née cette version aux fanes de carottes. Ensuite ça m’a donné de l’inspiration pour d’autres variantes : à découvrir ci -dessous ;-)

Socca aux fânes de carottes

socca

 

Socca aux feuilles de blettes

socca

Socca aux fânes de betteraves

socca

Socca aux poivrons rouges

socca

Socca à la ratatouille

socca

Socca aux oignons

socca

Socca aux herbes de Provence

socca

 Et vous, avez-vous déjà fait une socca ? Plutôt en apéro ou en plat ? Quelle variante préférez-vous ?

Plus de recettes d’apéro ? Découvrez notre ebook Chill Vegan avec 70 recettes !

Chill Apero Vegan

Cliquez ici pour découvrir les apéros 

 

Vous pensiez que les vegans faisaient une croix sur les burgers ? Détrompez-vous ! Aujourd’hui ça sera Burger provençal vegan avec des courgettes grillées et un steak d’okara au menu.

Je ne me lasse pas des burgers, encore plus depuis que je suis vegan ! Je ne fais jamais le même burger, j’en fais de toutes sortes différentes selon les légumes de saison, et le steak végétal peut se décliner à l’infini. Il y a de quoi s’amuser.

Je tente de finir mon okara, cet hiver j’ai fait pas mal de tofu et de lait végétal du coup j’en ai plein le congélateur ! Du coup, j’ai décidé de faire un steak d’okara pour ce burger provençal vegan. Si vous ne savez pas ce que c’est l’okara, c’est le résidu des graines et des oléagineux qui reste quand on fait du tofu ou du lait végétal maison, il est riche en protéine, et il peut être utilisé dans beaucoup de recettes.

Recette du burger provençal vegan

Ingrédients pour 2 burgers

  • 2 buns
  • 2 steaks végétaux
  • Courgette(s)
  • Tomate(s)
  • Feuille(s) de salade
  • Sauce pistou

Pour 2 steaks d’okara

  • Environ 200 g d’okara (sinon remplacer par une légumineuse)
  • 30 g de farine de pois chiche
  • 1 oignon
  • 1 ail
  • Huile d’olive
  • Sauce tomate ou ketchup
  • Herbes de provence, sel, mélange de baies ou poivre.

burger provençal vegan steak d'okara

 

Émincer l’oignon et l’ail, et les faire revenir dans une poêle avec de l’huile d’olive.
Mélanger avec tous les ingrédients (okara, farine de pois chiche, sauce tomate, herbes de Provence, sel et poivre) et mixer le tout. Si la préparation est trop collante rajouter de la farine, si elle est trop sèche rajouter un peu de sauce tomate.
Façonner les steaks à la main (ou avec un emporte pièce) en forme de boule et les aplatir.
Cuire dans une poêle bien chaude à l’huile (ou au four sur du papier sulfurisé), attention que ça ne brûle pas ! Baisser si c’est le cas.
Retourner uniquement quand c’est bien cuit d’un côté sinon ça risque de se briser. Il faut compter 10-15 min de cuisson en tout environ.
Réserver.

Courgette(s) grillée(s)

J’ai trouvé une courgette énorme au marché que la maraîchère m’a vivement conseillé, elle faisait 1,6 kg ! Effectivement, c’était une des meilleures courgettes que je n’ai jamais mangée, hormis les toutes petites avec leurs fleurs de courgette. Du coup, elle était parfait pour le burger et faisait la taille du buns !

burger provençal vegan courgette

Couper 2 rondelles bien épaisses. Faire revenir les rondelles dans une poêle avec de l’huile d’olive bien chaude et des herbes de Provence.
Laisser cuire 5-10 min de chaque côté.
Réserver.
(Si vous avez des petites courgettes, couper des rondelles fines et faites les revenir de la même façon)

burger provençal vegan Courgettes grillées

Sauce pistou

Hacher de l’ail au mortier (ou au mini hachoir)
Ajouter des pignons de pins ou des graines au choix, mixer.
Ajouter du basilic frais et de l’huile d’olive (quantité selon consistance souhaitée)
Assaisonner de sel et mélange de baies ou poivre.

burger provençal vegan pistou

 

Vous pouvez préparer toutes les composantes du burger à l’avance et réchauffer le tout au moment de l’assemblage.

Assemblage du burger provençal vegan

Prendre les buns, et s’il sont congelés les décongeler au four T3 (90°), les couper en deux.
Étaler sur chaque face des buns de la sauce pistou.
Mettre une feuille de salade, le steak végétal, ajouter de la sauce pistou, poser la/les rondelle(s) de courgette(s), ainsi que les rondelles de tomates, puis la partie supérieure du buns.
Mettre éventuellement un pic en bois pour faire tenir le tout !

Accompagner de frites de pommes de terre ou frites de légumes ! (sur la photo droite ce sont des frites de carottes oranges et blanches)

Ce burger n’a pas de “fromage végétal”. Je ne me sens pas du tout en manque de fromage, j’ai testé avec des fromages frais d’oléagineux mais finalement je préfère sans (il faudrait que j’essaie peut-être avec d’autres sortes). Mais je n’y pense même plus, sauf que là je me suis dit que vous alliez peut-être vous dire que ça manque de fromage (végétal) que l’on soit végéta*ien ou vegan. Libre à vous d’en ajouter ou pas ;-)

Bonne dégustation !! :-)

 

 

Bienvenue sur Vegan freestyle ! Si tu viens de découvrir le blog, tu recherches sûrement de l'inspiration pour tes repas au quotidien. Je te propose de recevoir "30 Jours Vegan" avec  4 Ebooks offert "1 semaine de Meal Plan" : clique ici pour les recevoir !

Vous avez envie d’un burger vegan ? Mais vous n’avez pas de buns ? Aujourd’hui j’avais envie de vous faire partager ma recette de petits pains à burger faciles à faire : les buns vegan, mais cela prend un peu de temps j’avoue.

Il faut le temps que la pâte gonfle donc il faut s’y prendre à l’avance. Le plus simple étant de faire plein de buns vegan à l’avance et de les congeler, ensuite en cas d’envie de burger c’est super rapide à faire.

Les buns vendus dans le commerce ne sont pas toujours vegan surtout ceux vendus en supermarché ! Il y a des oeufs, du lactose et des produits inexpliqués, tel que le mono et diglycérides d’acides gras que les fabricants disent soi disant végétal, alors qu’avec une recherche un peu approfondie on se rend compte que c’est du gras d’origine animale !

Dans les magasins bio, on peut trouver facilement des buns qui semble vegan à lire les étiquettes… Il y en a même qui ont le logo vegan mais je ne suis pas vraiment convaincue par la qualité de ses petits buns très friables, après ça reste pratique quand on a pas le temps, au moins si vous les faites vous même vous savez ce qu’il y a dedans.

RECETTE DES BUNS VEGAN

buns vegan
Ingrédients pour 6 buns vegan
  • 300 g de farine T65
  • 1 cuillère à soupe de graines de lin (ou de chia) + 3 cuillères à soupe d’eau tiède
  • 2 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • 5 g de levure de boulanger déhshydratée
  • 15 cl d’eau tiède (ou lait végétal)
  • 1 cuillère à café de sel
  • 1 cuillère à café de sucre
  • Graines au choix (facultatif)
Préparation des buns vegan

Moudre les graines de lin au mortier ou au mini hachoir, mélanger avec les 3 cuillères à soupe d’eau tiède. Laisser reposer 15 minutes, ça va avoir une consistance gélatineuse comme du blanc d’œuf.

buns vegan

Mélanger dans un saladier la moitié de la quantité de farine avec la levure, le sel et le sucre.

Ajouter les 15 cl d’eau ainsi que le mélange graines de lin + eau et l’huile d’olive. Mélanger à l’aide d’une cuillère (ou d’une spatule).

Ajouter le reste de farine puis pétrir avec les mains pour former une boule homogène.

buns vegan

Remettre la boule dans le saladier et couvrir d’un linge humide.
Allumer le four sur T1 (30°), éteindre quand c’est chaud, mettre le saladier dans le four pendant 1h30 minimum. La pâte va mieux gonfler ainsi.

buns vegan

Au bout des 1h30, la pâte a énormément gonflé ;-)

Pétrir à nouveau la pâte et la diviser en 6 part égales, former les pâtons et les déposer sur une plaque allant au four. Laisser reposer 1/4 d’heure sous un linge.

buns vegan

Bouler les pâtons une dernière fois.

Si vous le souhaitez c’est le moment d’ajouter des graines sur les buns : humidifier légèrement le buns avec de l’eau à l’aide d’un pinceau, ensuite mettre des graines de votre choix dans une coupelle. Presser chaque petit pâton humidifié dans les graines. Répéter l’opération avec chaque buns puis disposer sur la plaque du four en espaçant suffisamment chaque buns car ils vont bien gonfler !

buns vegan
Couvrir d’un linge et laisser reposer au moins 1/2 heure. Les pâtons vont doubler de volume comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessous !

buns vegan

Chauffer le four sur T7 (210°), mettre une coupelle d’eau pour que le four soit dans une atmosphère humide. Enfourner les buns 10 minutes environ.
Une fois qu’ils sont cuits, les sortir et les laisser refroidir sur une grille.

buns vegan

Voilà, il n’y a plus qu’à les couper en deux et les garnir.

Vous pouvez aussi les congeler pour une utilisation ultérieure, il suffira la prochaine fois de les décongeler à basse température dans le four T3 (ou 90°) maximum, ils ne doivent pas durcir :-)

En manque d’idée ? Pourquoi ne pas essayer ce Burger de seitan bien épicé ou ce Burger en mode provençal aux courgettes grillées ;-)