Vous retrouverez dans cette section toutes les recettes vegan réalisées avec des fruits et légumes d’hiver.

Articles

Bienvenue sur Vegan freestyle ! Si tu viens de découvrir le blog, tu recherches sûrement de l'inspiration pour tes repas au quotidien. Je te propose de recevoir un Ebook "Comment faire un sandwich vegan + 30 jours d'accompagnement pour végétaliser ton alimentation : clique ici pour recevoir le défi !

Tout est possible en cuisine végétale, même de faire une omelette sans œuf ! Si si je vous assure ;-) Et dans cet article, je vais vous expliquer comment réussir votre omelette vegan parfaite, adaptée à vos goûts ! En bonus, en fin d’article ma recette d’omelette automnale.

L’ omelette a été l’un de mes premiers défis quand j’ai décidé de ne plus consommer d’œuf… Étant vraiment accro aux œufs, j’en mangeais pratiquement tous les matins. C’était mon petit-déjeuner préféré : les œufs à la coque avec des mouillettes de pain au beurre (bien évidemment) ! Oui je suis une bouche salée.

J’adorais aussi les œufs sous forme d’omelette ou d’œufs cocotte, c’était le repas express et pas compliqué à faire que j’affectionnais particulièrement. Pour compenser le manque de mes œufs ça n’allait pas être chose facile. Enfin ça c’est ce que je pensais…

Je me suis lancée dans des omelettes vegan en voyant un reportage en Inde où ils faisaient des crêpes à base de farine de pois chiche ! Cela m’a fait beaucoup penser à la célèbre Socca mais sous forme de crêpe garnie. En y ajoutant davantage de liquide, c’est comme cela que j’ai réalisé ma première omelette vegan.

C’était très nourrissant, beaucoup plus qu’une omelette avec des œufs, mais en tout cas ça a bien fait son petit effet. C’est fou comme le fait de changer d’alimentation nous fait découvrir une nouvelle façon de manger. Et ce n’était que le début !

Je me suis dit que la cuisine vegan allait me surprendre et effectivement je n’ai pas été déçue… Tout vegan vous le dira, la cuisine végétale nous ouvre des perspectives culinaires auxquelles on n’aurait jamais pensé ni osé aller. Avant je n’aurais jamais pensé faire ce genre de plat. Je serais vraiment passée à côté de quelque chose…

Comment retrouver la texture de l’œuf ?

Mais pourquoi ces vegan s’obstinent-ils à vouloir retrouver ces aliments qu’ils ne veulent plus consommer ? Je dirais tout simplement que c’est comme ça, c’est culturel, on n’a pas un bouton pour effacer notre mémoire en changeant notre façon de vivre et on a donc parfois envie de créer ce qu’on mangeait avant, en version végétale.

Après ma recette des œufs cocotte l’automne dernier, je m’attaque aujourd’hui à la fameuse omelette !

Pour bluffer au mieux son palais il faut reproduire l’omelette comme vous la mangiez. Moi, j’étais fan des omelettes aux champignons. La première fois que j’en ai fait en mode vegan j’ai eu une explosion de joie en bouche (#foodgasm), moi qui pensais que je ne retrouverai jamais cette texture, j’ai été littéralement bluffée.

Certes, ça n’a pas le goût de l’œuf, faut pas se mentir (même s’il existe une petite astuce dont je vous parle un peu plus loin si on veut retrouver ce goût) mais heureusement j’ai envie de dire parce que désormais ce goût est associé à une souffrance à mes yeux !

En l’assaisonnant comme il faut, le cerveau est bien dérouté, car ce qui fait le goût ce sont les légumes, les épices et l’assaisonnement que vous allez choisir.

Par exemple, si vous aviez l’habitude de manger une omelette aux champignons et au jambon, en mode végétal elle pourrait littéralement vous bluffer si vous réutilisez des saveurs équivalentes comme les champignons que vous aimiez, du jambon végétal ou du tofu fumé, sans oublier les herbes aromatiques comme le persil, de l’ail, et pourquoi pas du fromage végétal ?!

Rien qu’en mettant juste que de l’ail et des herbes aromatiques, ça fait son petit effet. En faisant ma première omelette vegan j’ai compris que ce qui compte c’est l’assaisonnement et non l’ingrédient animal. Comme quand j’ai fait mon premier steak végétal. L’odeur des herbes de Provence enrobait l’atmosphère et me donnait l’impression de cuire un steak normal alors qu’il était aux haricots rouges !

Les omelettes vegans sont devenues mes amies

Si comme moi vous aviez mal au ventre après une bonne omelette bien baveuse, l’omelette vegan va peut-être vous changer la vie …. Les œufs me faisaient constamment des douleurs à l’estomac, surtout quand je les associais avec du fromage râpé, j’adorais ça, mais je souffrais à chaque fois après le repas ! Dorénavant c’est chose finie !

Je me régale d’omelettes végétales que je garnis avec des légumes du moment : poivron, champignon, épinard, ratatouille, blettes, courgette, courge ou tout simplement juste des herbes aromatiques…

Quels sont les ingrédients miracle pour remplacer les œufs ?

  • Les substituts d’œufs

En France, il existe des substituts d’œufs que l’on peut utiliser comme aide culinaire, notamment en pâtisserie (valpiform, Orgran) mais ils ne remplacent pas réellement les œufs, comme pour une omelette (que je sache) contrairement à cette marque aux US : VeganEgg qui a même été jusqu’à reproduire l’emballage !

Les avez-vous déjà testés ? Si oui n’hésitez pas à nous en parler en commentaire, ça nous intéresse d’avoir votre opinion !

  • La farine de pois chiche

Le pois chiche c’est un peu l’ingrédient miracle dans l’alimentation végétale. Il est riche en vitamines et minéraux: du fer, du magnésium, du potassium, des vitamines B, du cuivre, entre autres.

La farine de pois chiche est la farine parfaite au niveau texture et son goût unique est juste trop bon.

  • Le tofu soyeux

Le tofu soyeux vous ne connaissez pas ? C’est comme du tofu mais en beaucoup plus crémeux, un peu comme du fromage blanc. Le tofu est riche en protéines végétales et pauvre en matières grasses, peu calorique, riche en calcium.

Le tofu soyeux lui, va apporter le côté crémeux à l’omelette.

En utilisant de la farine de pois chiche et du tofu soyeux votre omelette vegan sera beaucoup plus consistante qu’avec des œufs mais également beaucoup plus nutritive et ceux sans la moindre trace de cholestérol que contiennent énormément les œufs.

Ici une omelette aux blettes sans tofu

Comment faire une omelette vegan parfaite ?

Pour faire une omelette vegan parfaite il n’y a pas de secret, il faut se lancer et tester selon ses préférences ! C’est comme les omelettes avec des œufs, selon si vous aimez qu’elles soient fermes ou plutôt baveuses (selon vos envies aussi).

La mienne ici est plutôt moelleuse. Je la fais comme je l’aime, mais je ne vous dirai pas qu’elle est parfaite c’est selon les goûts de chacun : omelette baveuse, épaisse, fine, ferme … Bref vous avez compris.

ASTUCE : Il est également possible d’utiliser du sel noir d’Himalaya appelé aussi Kala Namak, c’est un sel particulier qui a le goût et l’odeur de souffre et qui rappelle donc l’œuf. Son odeur unique est très surprenante.

Vous pouvez utiliser du tofu soyeux mais aussi du yaourt ou de la crème végétale en mélangeant des noix de cajou (environ 30 g) avec un peu d’eau pour obtenir une crème bien onctueuse.

Si vous n’avez que de la farine de pois chiche dans votre placard essayez et vous serez déjà bluffé avec seulement cet ingrédient, de l’ail et des herbes aromatiques.

Si vous aimez l’omelette baveuse et bien garnie c’est cette recette qu’il vous faut !

L’omelette est le plat parfait qui s’accommode toute l’année. En ce moment on est en plein automne, j’ai donc utilisé de la courge et les shiitakes pour cette omelette de saison.

À vous d’en mettre ou pas ou d’utiliser un autre légume de saison de votre choix.

Ingrédients pour une omelette vegan pour 2 personnes

omelette vegan

  • 100 g tofu soyeux
  • 50g de farine de pois chiche
  • 10 cl d’eau (ou lait végétal)
  • 50 g de champignons (ici shiitakés)
  • 100 g de chair de courge
  • 1 ail
  • 1 oignon
  • Persil frais
  • Sel
  • Poivre

Préparation de la garniture

omelette vegan

  1. Émincer l’ail et l’oignon.
  2. Les faire revenir dans de l’huile à la poêle.
  3. Couper les légumes en lamelles.
  4. Ajouter le tout à la poêle.
  5. Laisser mijoter quelques minutes.
  6. Ajouter le persil ciselé, le sel et le poivre.

Préparation et cuisson de l’omelette vegan

omelette vegan

  1. Dans un récipient, mélanger la farine de pois chiche et le tofu soyeux, ajouter l’eau au fur et à mesure tout en fouettant.
  2. Ajouter la garniture cuite et bien mélanger.
  3. Huiler une poêle, une fois chaude verser la préparation et bien la répartir dans la poêle de façon homogène.
  4. Laisser cuire sur feu moyen pendant 5-10 minutes jusqu’à ce que l’omelette soit cuite et selon si vous l’aimez plutôt “baveuse” ou plutôt bien cuite.
  5. Faire glisser l’omelette dans une assiette en rabattant la moitié de l’omelette sur l’autre moitié.

omelette vegan

J’espère que cette recette vous plaira. N’hésitez pas à partager votre avis, surtout si vous l’avez testée :-)

Bienvenue sur Vegan freestyle ! Si tu viens de découvrir le blog, tu recherches sûrement de l'inspiration pour tes repas au quotidien. Je te propose de recevoir un Ebook "Comment faire un sandwich vegan + 30 jours d'accompagnement pour végétaliser ton alimentation : clique ici pour recevoir le défi !

Inspirée du bouillon ayurvédique, cette soupe pleine d’énergie est riche en anti-oxydants et en anti-inflamatoires. La soupe ayurvédique serait même antibactérienne et boosterait votre système immunitaire.

En effet, l’inflammation serait la principale cause des problèmes dûs aux maladies et au vieillissement des cellules. Rien de mieux qu’un petit cocktail ayurvédique pour donner un coup de fouet à ses cellules. L’idéal serait de consommer quotidiennement ce bouillon composé d’épices bien spécifiques, d’ail, de citron et l’huile d’olive.

Ici j’en ai repris les principes : curcuma, gingembre, citron (qui sont en passant la base de mes jus quotidiens), mais aussi de l’ail qui est la panacée en Inde, riche d’une multitude d’éléments. Sans oublier le cumin et l’huile d’olive… Tous ces ingrédients sont fortement recommandés en médecine ayuvédique et ont des vertues fortement anti-inflammatoires.

Les épices ne sont pas nos ennemies

Les épices sont très importantes en médecine ayurvédique. Elles apaisent les troubles digestifs qui peuvent être plus ou moins graves et qui peuvent aller de la simple digestion, aux problèmes de ballonnements, jusqu’au syndrome de l’intestin irritable, voire de l’ulcère dans le pire des cas. En Inde, il est d’ailleurs courant de grignoter des épices digestives à la fin de chaque repas.

Avec toutes ces saveurs, j’y ai ajouté de la crème de coco qui est riche en fer, potassium, phosphore mais également source de manganèse, de cuivre, de sélénium et de zinc. La crème de coco ici va donner de l‘onctuosité à cette soupe mais aussi l’adoucir, ce qui n’est pas à négliger vu la puissance du curcuma et du gingembre frais si vous n’avez pas l’habitude d’en consommer.

Germer les graines permet d’économiser son énergie digestive

J’y ai ajouté des graines germées d’haricot mungo : peu caloriques, riches en fibre et en antioxydant, elles sont très digestes et nutritives. Elles sont une grande source de minéraux, riches en vitamines, oligo-éléments, acides aminés, enzymes, acides gras et protéines sous forme plus assimilable.

Avec tout ça on est prêt pour une soupe ayurvédique réconfortante et pleine d’énergie, non ? De plus cette soupe se prépare très rapidement !

ingrédients soupe ayurvédique

Ingrédients pour 2 soupes ayurvédiques

  • 400 g de courge
  • 200 g d’haricots mungo germés
  • 25 g de curcuma frais
  • 25 g de gingembre frais
  • 1 cuillère à café de cumin en poudre
  • 10 g d’ail
  •  2 cuillères à soupe de tamari
  • 1 citron
  • 2 cuillères à soupe de crème de coco
  • 2 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • Feuilles de coriandre fraîches

Tous ces ingrédients se trouvent facilement en magasin bio

  1. Couper en morceaux la courge.
  2. Émincer : ail, gingembre frais, curcuma frais.
  3. Faire revenir le tout rapidement dans une casserole avec l’huile d’olive.
  4. Une fois doré légérement, ajouter de l’eau à hauteur des ingrédients.
  5. Laisser cuire une dizaine de minutes.
  6. Ajouter le tamari, le cumin la crème de coco et mixer le tout.
  7. Servir dans un bol ou assiette à soupe.
  8. Ajouter 1 bonne poignée d’haricots mungo germés, un peu de jus de citron et quelques feuilles de coriandre.

soupe ayurvédique

 

 

 

Les nuggets … un plat que je ne m’imaginais absolument pas remanger un jour, mais il faut pas croire, les vegans sont des malins !

Alors vous allez vous dire : mais par quoi on remplace le poulet ? Vous avez l’embarras du choix ! Il y a plein de manières pour faire des nuggets sans cruauté, comme par exemple avec du tempeh, du tofu ou des protéines de soja texturées. La texture sera différente selon ce que vous choisirez. Pour cette recette, j’ai choisi le seitan.

Si vous ne connaissez pas le seitan, c’est un aliment qui nous vient d’Asie et qui est constitué de protéines de blé. Il est intéressant au niveau nutritionnel car il est riche en protéine, ne contient pas de cholestérol et est une bonne source de fer. Pour mieux assimiler le fer il faut le combiner avec des ingrédients riches en vitamines C, par exemple vous pouvez manger vos nuggets avec ma sauce poivron ou mon ketchup maison que vous retrouverez en fin d’article. Le seul point négatif c’est pour les intolérants au gluten.

Le seitan est de plus en plus populaire en cuisine depuis que les gens végétalisent leur alimentation, c’est une bonne alternative quand on veut diversifier voire changer son alimentation. On trouve le seitan en magasin bio sous forme de morceaux ou de steaks selon l’utilisation que l’on veut en faire. Mais on peut très bien le fabriquer soi-même à partir de gluten de blé ou de farine de blé.

Bon au départ, le seitan et moi on n’était pas vraiment les meilleurs amis du monde. Ça me rendait plus que septique quand je voyais ce bout de substitut végétal qui est censé ressembler à la “viande”. Mais bon je ne suis pas du genre à baisser les bras, quand je n’aime pas un ingrédient, je ré-essaie jusqu’à trouver la recette qui me fera changer d’avis, tout comme j’ai réussi à aimer les navets grâce à ma recette de navets glacés et ça ce n’était pas gagné ! Le seul légume que je n’aimais pas !

Bon vous avez compris j’ai enfin trouvé une manière d’aimer le seitan. Alors est-ce parce que le seitan était de bonne qualité, avec un bon goût et une texture parfaite ? Et non tout élastique avec un goût douteux comme lorsque je l’avais gouté lors de ma transition vegan. Ou est-ce parce qu’à l’époque je faisais un rejet total des similis qui me rappelaient trop la chair animale ?

Peut-être…

Depuis j’ai essayé les similis au resto pour voir si je les aimais mieux. Les nuggets du Loving Hut m’avaient bien plu et les lasagnes de Dame Nature étaient vraiment pas mal du tout. Ensuite j’ai bien eu envie de retenter l’expérience en mode homemade.

Bref…

Me voilà donc avec du seitan en morceaux qui trainait dans le placard et ne sachant trop quoi en faire dans un premier temps, je l’avais laissé là au chaud. Puis jusqu’au jour où j’ai eu une envie de nuggets (vegan bien sûr !). Mais gros problème je n’avais pas de chapelure, je n’en achète plus tentant de limiter ma consommation de blé au maximum. Avec le seitan c’est râpé vous allez me dire…

Et c’est là où quand t’as envie d’un truc ton cerveau marche 2 fois plus vite et trouve une solution ! En effet, j’avais une boite de cornflakes sans gluten que je n’avais pas encore ouverte et qui commençait à prendre la poussière. Un petit coup de mixeur et j’obtiens de la chapelure sans gluten que je me désespérais de trouver. Comme on dit on n’est jamais mieux servi que par soi même.

Nous voilà paré pour faire des nuggets moelleux et croquants ;-)

Nuggets de seitan

Ingrédients des nuggets de seitan épicés

(pour 2-3 personnes)

  • 250 g de seitan (ou recette du seitan maison ici)
  • Corn flakes
  • 50 g de farine de blé
  • 10 cl d’eau
  • Épices en poudre : curry et piment de cayenne.
  • Mélange de baies ou poivre
  • Sel ou tamari
  • Huile d’olive

Mixer les cornflakes jusqu’à ce qu’elles soient réduites grossièrement en poudre.

Nuggets de seitan

Mélanger à l’aide d’un fouet : la farine, l’eau, les épices, le sel et le poivre.

Nuggets de seitan

Puis faire tremper chaque bout de seitan dans le mélange farine puis dans la chapelure, Effectuer l’opération deux fois pour des nuggets encore plus croustillants !

Chauffer une poêle avec de l’huile et cuire les nuggets jusqu’à ce qu’ils soient bien dorés et croustillants.

Une fois cuits, les poser immédiatement sur du papier absorbant.

Nuggets de seitan

Et voilà ils ne demandent qu’à être mangés ;-)

Nuggets de seitan

Tremper chaque nuggets dans une petite sauce de votre choix : ketchup, sauce poivron ou mayonnaise vegan par exemple.

Pour une version maison et rapide, je fais régulièrement ces trois recettes. La mayonnaise est plus rapide car il n’y a pas de cuisson.

Ketchup maison :

Faire revenir dans une poêle avec de l’huile d’olive un oignon, avec de l’ail et 2-3 tomates (ou utiliser une purée de tomate).
Ajouter avec des épices : piment, paprika, cannelle.
Une fois le tout bien mijoté, ajouter du vinaigre de cidre, un peu de farine pour épaissir, du sucre, du tamari et du poivre. Ensuite mixer le tout.

Sauce poivron :

Faire revenir dans une poêle avec de l’huile d’olive un oignon, avec de l’ail et 2 poivrons rouges.
Ajouter avec des épices : piment et curry.
Une fois le tout bien mijoté, ajouter du vinaigre de cidre, du sirop d’érable et de la crème végétale.
Mixer le tout.

Mayonnaise vegan express :

Mixer de la crème soja avec des herbes au choix, du sel et du poivre et la faire monter à l’huile d’olive. Personnaliser votre mayo en y ajoutant du curry par exemple ou n’importe quelle autre épice fera l’affaire !

Nuggets de seitan

Voilà j’espère qu’ils vous plairont autant qu’ils m’ont plu ! Ils m’ont bien bluffée j’en ai refait le lendemain c’est dire ! Mais il est vrai que n’ayant pas l’habitude de manger des simili-carnés, j’ai un peu été troublée. L’illusion est vraiment réussie, la texture était bien moelleuse, la chapelure de cornflakes bien croustillante !

Pas sûr qu’un “omni” voit la différence entre des nuggets vegan et des nuggets avec des poussins broyés vivants.

C’était les meilleurs nuggets que j’ai mangés de ma vie lol oui rien que ça haha !

Cette recette m’a réconciliée avec les similis en tout cas, alors osez les similis ! :-)

C’est tellement simple de manger sans cruauté … Non ?!

 

 Mmmh une pizza… Ça faisait un petit moment que je n’avais pas craqué pour cette comfort food addictive ! Pas vous ? D’habitude je délaisse les pizzas en hiver, parce que je suis tellement accro pizza aux légumes d’été qu’une fois la saison des aubergines terminée, je n’en ai plus vraiment envie. Mais là, j’ai dégoté l’ingrédient hivernal parfait comme garniture : la pleurote ! Je vous propose donc aujourd’hui une pizza crémeuse aux champignons.

En ce moment, il y a des pleurotes en abondance et elles m’inspirent beaucoup. Je les cuisine à toutes les sauces pour tout vous dire. J’ai trouvé les pleurotes très intéressantes pour une pizza car elles sont très charnues, et ne “disparaissent” donc pas à la cuisson comme certains champignons qui réduisent de moitié parfois ^^

De plus, nutritionnellement, la pleurote est un champignon unique ! Elle est très riche en protéine. Elle contient toutes les vitamines B, mais également une vitamine rare : la vitamine D !

Comme base pour cette pizza j’ai opté pour un fromage végétal crémeux. J’ai testé plein de sauces différentes et je pense avoir trouvé le combo qui me rappelait vraiment le fromage. Un délice !

L’été dernier je vous avais partagé la recette de ma pizza aux légumes du soleil avec une pâte classique au levain. En été, la chaleur aidant, la pousse de la pâte se fait assez facilement.

Mais aujourd’hui je vous partage ma recette de pâte à pizza express, qui s’inspire de la pâte à pain. Généralement elle est utilisée à Nice pour la pissaladière, qui est une sorte de pizza aux confits d’oignons.

De plus cette pâte est épaisse et moelleuse. Elle est très pratiquepas besoin d’attendre qu’elle lève, elle se fait en un temps records. Idéal quand une envie de pizza à la dernière minute se fait sentir ;-)

Retrouvez la vidéo de la recette en fin d’article.

Si vous voulez d’autres idées, voici 7 garnitures pour faire les meilleures pizzas vegan !

Ingrédients pour une pâte à pizza express

  • 300 g de farine (T110 ici)
  • 5 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • 1 cuillère à café de sel
  • 1 sachet de poudre à lever (7 g)
  • 20 cl d’eau

ingrédients-patepizzaexpress5

Réunir tous les ingrédients dans un saladier et mélanger avec une spatule uniquement. La pâte va être collante c’est normal.
Huiler un plat à pizza (ici de 30 cm) ou la plaque du four. Poser la pâte à l’aide de la spatule et la saupoudrer légèrement de farine.
L’étaler ensuite avec les mains jusqu’à ce qu’elle soit répartie régulièrement sur tout le plat. Saupoudrer encore de farine si nécessaire.

etalerpate

Pour la crème au fromage de cajou :

  • 75g de noix de cajou
  • 25 cl de lait végétal (soja, riz, …)
  • 1 cuillère à soupe de vinaigre de cidre
  • 1 gousse d’ail
  • 20 g de levure maltée
  • 2 cuillères à soupe de tapioca
  • 1 cuillère à café de miso ou de sel
  • 1 cuillère à café de poivre ou mélange de baies

ingrédients-crèmecajou00

Mixer tous les ingrédients puis les mettre dans une casserole sur feu moyen.
Mélanger constamment jusqu’à ça devienne crémeux.
Puis étaler sur la pâte à pizza.

crèmefromage

 

Garniture de la pizza

  • 500 g de pleurotes
  • Persil
  • Herbes de Provence
  • Huile de truffe (option)

pleurotes

Séparer délicatement les pleurotes, si elles sont sales ne les lavez pas sous l’eau, mais à l’aide d’un torchon humide. Puis les faire revenir ensuite dans une poêle légèrement huilée. Saupoudrer d’herbe de Provence.
Poser les champignons sur la crème et mettre la pizza 40 min environ T7 (210°).

Ça peut sembler long mais la pâte est épaisse et doit lever. Il est possible que selon votre four le temps varie. De plus la durée peut aussi varier selon si vous aimez la pizza plus ou moins croustillante.

Si la garniture est bien cuite et risque de brûler avant que la pâte ne finisse de cuire, couvrir d’un papier d’aluminium ou baisser le thermostat.

La durée peut varier aussi selon la quantité d’ingrédients dessus. Personnellement j’ai tendance à charger mes pizzas en légumes, c’est donc un avantage d’utiliser cette pâte épaisse qui permet de mieux supporter le poids et la quantité.

Bref :-) Une fois cuite, parsemer la pizza de persil. Si vous le souhaitez vous pouvez ajouter des pshitts d’huile de truffe sur toute la pizza à la place de l’huile piquante, ça rehausse le goût des champignons et ça apportera une saveur festive.

Voilà il ne reste plus qu’à couper la pizza et à déguster :-)

part-pizza

Astuces

Il est bien sûr possible de mettre n’importe quelle autre garniture.

Pourquoi pas par exemple un confit d’oignon pour reproduire la pissaladière niçoise qui est devenue vegan d’ailleurs, car dans le Sud il est très rare d’en trouver avec de la pissala (une purée de petits poissons) celle-ci ne plaisant plus car très salée, le coin s’est adapté :-)

En été j’aime particulièrement cette pâte avec un reste de ratatouille.

Ça peut aussi faire office d’apéritif, couper en petite bouchée apéritive, très pratique. Ça se mange froid, tiède ou se réchauffe facilement.

Vidéo de la recette alternative de la pizza : tomate, champignons, fromage vegan

 

Recipe in English : Mushroom Pizza with Cashew Cheese

 

 

 

Le wok de légumes, ce plat tout droit venu d’Extrême-Orient, fait de loin partie de mon top 5 des recettes à la fois saines et gourmandes. Il réunit tout ce que j’aime en cuisine : les saveurs, les couleurs et le road-trip gustatif.

Non seulement ce wok de légumes est léger et déborde de nutriments mais en plus il me permet de retrouver toutes les saveurs de cette région du monde que j’affectionne particulièrement et où j’espère me rendre un jour …

J’aime aussi particulièrement le côté freestyle du wok ou le côté zen à choisir ;-) On ne prévoit pas nécessairement à l’avance les ingrédients, on improvise et on fait avec les moyens du bord et selon ce qu’on a à disposition, libre à vous de faire un wok avec les légumes et ingrédients dont vous disposez donc.

J’aime aussi cette cuisson au wok avec peu de matière grasse et le fait de ne pas trop cuire les légumes afin qu’ils restent croquants et pas trop dépourvus de leurs nutriments .

WOKingrédients

 Ingrédients pour un Wok de légumes aux shiitakes pour 2 personnes :

  • 1/4 d’un gros chou chinois
  • 15g de shiitakés déshydratés
  • Un bouquet de brocolis
  • Aillet (ou ail)
  • Oignon
  • Haricots mungo germés
  • Racine de gingembre
  • Racine de curcuma (facultatif)
  • 250g de tofu ferme
  • Vermicelles de riz thaï rouge
  • 1 poignet de noix de cajou
  • Sauce tamari
  • Graines de sésame
  • Coriandre
  • Huile végétale

Récemment j’ai découvert à Naturalia une nouvelle sorte de shiitakes déshydratés sous la marque Supersec absolument fabuleuse, et qui ont un goût prononcé mais vraiment super bon. Meilleurs que les shiitakes frais même. Je tente de ne pas en faire trop souvent vu que je limite tout ce qui n’est pas local mais bon il faut savoir se faire plaisir de temps en temps. Quand je pense que la première fois que j’ai goûté un shiitake j’ai détesté ça tellement c’était puissant, ça avait un goût qui ne me plaisait pas du tout à l’époque.

Les aillets sont arrivés prématurément au marché. J’adore les aillets, si vous ne connaissez pas c’est une jeune pousse d’ail, c’est doux, moins fort que l’ail. On pourrait le confondre avec un mini poireau ou des cébettes. N’hésitez pas à essayer si vous tombez dessus !

Les brocolis sont rigolo cette année, au marché, pas de gros bouquets, mais de jeunes pousses de brocolis qui sont juste les meilleurs brocolis que j’ai jamais mangés. Oui j’ai décidé d’utiliser tous les superlatifs dans cet article haha.

Et une première, la semaine dernière, je suis allée à la Biocoop, qui n’est pas vraiment à côté de chez moi, mais ce fut l’occasion de découvrir de nouveaux produits comme les vermicelles de riz thaï rouge. J’ai donc décidé de m’en servir pour ce wok, elles ne sont pas mal du tout, ça faisait longtemps que je n’en avais pas mangé n’en trouvant jamais en magasin bio.

Souvent dans la cuisine asiatique, les cacahuètes sont utilisées pour donner un peu de croquant, moi je préfère utiliser des noix de cajou, je suis complètement fan de ces oléagineuses.

 

Bon assez parlé, place à l’action :-)

    1- Tremper les shiitakes déshydratés et les vermicelles dans deux bols remplis d’eau séparément.

woktofu

2- Couper le tofu en morceaux et le faire revenir dans une poêle préalablement huilée.
Ajouter de la sauce tamari ainsi que les graines de sésame et un bout de racine de gingembre émincé. Laisser sur le feu peu de temps, il ne faut pas que ça brûle, puis réserver.

3- Couper le chou chinois en fines lamelles.
4- Séparer les petites fleurs de brocolis.

wok0

5- Émincer l’aillet (ou ail), l’oignon, le curcuma, le gingembre et les faire revenir dans un wok (ou une poêle) avec un filet d’huile.

6- Ajouter au wok le reste des légumes : le chou chinois, le brocoli et les shiitakes.
Mélanger constamment. Les légumes ne doivent pas trop cuire et doivent être plus ou moins croquants selon les goûts.

7- Ajouter à la fin le reste des ingrédients hors feu : haricots mungo, noix de cajou, coriandre et tofu.

Voilà, il ne reste plus qu’à servir, et à déguster sans attendre :-)

wok1

 

Astuces

  • Ajouter un filet d’huile de sésame en fin de cuisson pour la touche gourmande.
  • Le tofu et les vermicelles sont un plus, je n’en mets pas forcément à chaque fois. Mais ici vous avez un bon repas complet.
  • Les haricots mungo je les fais germer moi-même, c’est tellement plus simple et plus économique.

 

 

 

Un crurry ça vous dit ? Un quoi ? Un CRUrry ?! Oui vous avez bien lu “cRurry”. C’est un curry cru. Rien à avoir avec un curry qui aurait refroidi sur le coin de la table et qu’on aurait lâchement abandonné, non non :-) D’ailleurs, je ne sais absolument pas si le terme existe mais j’ai décidé de baptiser ce plat “crurry crémeux” …

Bon ok il ne fait pas super chaud alors vu comme ça vous allez me dire que ça ne donne pas envie, mais pourtant… Je découvre que la crusine peut aussi être réconfortante ! Est-ce que l’idée que seul un plat chaud réchaufferait serait une légende ? Bref… Peu importe moi j’avais trop envie de ça en tout cas ! Et je vous le conseille.

Depuis le temps que je voulais adapter un curry en mode cru. Après mon jeûne je n’ai eu envie que de cru pendant quelques jours, comme si j’étais devenue une boulimique de microcutriments. Ce fut donc l’occasion de tester ce petit crurry avec les légumes du moment. Il me restait du lait coco, ça ne pouvait pas mieux tomber !

Je me suis donc lancée dans ce crurry en mode freestyle, comme souvent, et avec les moyens du bord et ce qu’il me restait du dernier marché. Ce plat se fait super rapidement ! Et il est super économique également, et oui pas de cuisson ! Et il permet de bénéficier au maximum de tous les micronutriments qui se détériorent habituellement en grande partie à la cuisson.

Recette du crurry crémeux

crurry crémeux

Ingrédients pour 2 Crurry crémeux

  • 1 potimarron
  • 1 poivron salade rouge
  • Dattes
  • 1 chou rave
  • Noix de cajou
  • Raisins secs

Sauce pour le crurry

  • 1 avocat
  • Feuille de Coriandre
  • Racine de gingembre
  • Racine de curcuma
  • Épices en poudre : curry, piment.
  • Sauce Tamari
  • 30 cl de lait coco

Raper le potimarron et le chou rave.
Couper en fines lamelles le poivron.
Réserver le tout dans un saladier.

Mixer tous les ingrédients de la sauce.
Ajouter la sauce aux légumes, ainsi que les datte, les raisins secs, et les noix de cajou au plat sans oublier les feuilles de coriandre.

Les quantités de légumes c’est selon l’appétit, mais par contre je compte toujours 1/2 avocat par personne. Pour les racines de gingembre et curcuma c’est selon si vous aimez bien relevé ou pas.

Déguster immédiatement, ou laisser un peu imbiber la sauce au plat.

Ce plat peut se faire également à l’avance, pas de stress de plat à réchauffer, y’a juste à servir et à avaler !

Et voilà, il n’y a plus qu’à déguster ce fabuleux crurry qui va vous donner la pêche et sans digestion lourde :-)